2010927231539481734 20Credit : Al JazeeraLa célèbre ONG de défense des droits de l'homme a condamné dans un communiqué la décision du gouvernement israélien de fermer les bureaux de la chaîne qatarie à Jérusalem.

Benyamin Netanyahou l'avait envisagé il y a quelques semaines, c'est désormais officiel. Son cabinet vient de décider la fermeture de la chaîne qatarie à Jérusalem. Dans un récent reportage, les journalistes de la chaîne n'ont ainsi pas pu s'exprimer face caméra, des policiers israéliens leur interdisant de prendre l'antenne.
Publié dans Actualités du Qatar

beefc69a4b0d4b6aac13938ee98f0103 18Credit : Al JazeeraTribune de Nabil Ennasri dans le journal La Croix sur la place qu'occupe Al Jazeera dans l'édifice diplomatique du Qatar et les raisons qui poussent les pays du blocus à vouloir la fermer. 

"Pourquoi Al-Jazira gêne-t-elle les monarchies du Golfe ? L’avis de Nabil Ennasri". Spécialiste du Qatar, auteur de L’Énigme du Qatar (Éditions Armand Colin)

al jazeeraCredit : The IndependentLes condamnations réfutant l’idée d’une fermeture brutale d’Al Jazeera se multiplient à travers le monde. Exigée par l’Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, Bahreïn et l’Egypte, cette requête s’oppose aux normes internationales et fragilise le droit à l’information au Moyen-Orient.

Mercredi 28 juin, plusieurs institutions ont tenu à s’exprimer pour faire part de leur position sur la volonté de certains pays arabes de fermer Al Jazeera. Bras médiatique du Qatar, la chaîne se trouve au centre d’une polémique internationale depuis que les Etats auteurs du blocus contre le Qatar ont intégré sa fermeture comme l’une des conditions à un retour à la normale.

Publié dans Actualités du Qatar

ahmedzaidanCredit : Al Jazeera English Le journaliste Ahmad Zaïdan, ancien chef du bureau d'Al Jazeera à Islamabad et actuel producteur exécutif de la chaîne qatarie à Doha, a été placé sur une liste de personnes à abattre  « kill list » par l’administration américaine et ce, en raison de son « appartenance » supposée à un groupe terroriste.  L’Américain Bilal Abdul Kareem qui couvre les combats en Syrie et qui s’est rendu célèbre par ses reportages sur le vif figure également sur la liste.

Les journalistes Ahmad Zaïdan et Bilal Abdul Kareem affirment que leurs noms figurent sur la liste des personnes à abattre par des drones américains, rapporte le journal américain Politico, spécialisé dans l’actualité de la Maison Blanche et la politique étrangère américaine. Sur un message publié sur leur compte twitter respectif, les deux hommes affirment avoir été inclus dans une « kill list » sous le mandat de Barack Obama, mais selon eux, l’actuelle administration n’a pris aucune initiative pour les en exclure.

Publié dans Politique

mahmoud hussainCredit : Al Jazeera Détenu depuis 77 jours en Egypte, le journaliste d’Al Jazeera de nationalité égyptienne Mahmoud Hussein est accusé d’incitation à la subversion après la divulgation de « fausses informations ». Il vient d’être traduit devant le tribunal pénal de Gizeh.

Pour la troisième fois depuis le 20 décembre 2016, jour de son arrestation, Mahmoud Hussein a vu sa détention être prolongée. L’homme aura passé au total 77 jours dans les geôles égyptiennes. Âgé de 51 ans et vivant à Doha depuis 2013, ce reporter riche de plus de 20 ans d’expérience dans le domaine des médias dont cinq avec la chaîne qatarie, a été arrêté à son arrivée à l’aéroport du Caire où il était venu passer quelques jours de vacances auprès de sa famille. Sa détention devait s’achever une première fois le 4 janvier, puis le 19 janvier ; elle a ensuite été prorogée début février pour permettre à la justice « d’approfondir l’enquête ». Depuis lors, le tribunal traîne quant au prolongement ou non de son incarcération.

Publié dans Sur les médias
alarabCredit : Website Après plusieurs tentatives de lancement, "Al Arab News Channel", projet d'une chaîne d'information en continu en langue arabe du richissime prince saoudien al-Walid ben Talal, a finalement été enterré. L'information a été communiquée mardi 7 février par une source proche de la direction.

« Nous avons reçu une notification concernant l'arrêt définitif de la chaîne », a indiqué un employé qui avait été recruté au poste de correspondant du média à Riyad. D'après lui, les responsables d'Al Arab News Channel (plus connu sous son abréviation "Al Arab") ont fait part, dans une note interne, qu'il était temps d'annoncer l'arrêt définitif du projet. Tous les employés de la chaîne ont reçu un courrier électronique envoyé le 6 février du directeur des ressources humaines les informant que « le moment est venu de prendre une décision définitive concernant l'avenir du canal ». Le texte se terminait par la formule « par conséquent et malheureusement, la direction a décidé de cesser son fonctionnement avec un effet immédiat ».

Selon des sources concordantes, une centaine de personnes était encore payée par la chaîne au début du mois. Al Arab qui avait débloqué des moyens financiers importants, comptait en 2015 jusqu'à 280 collaborateurs répartis dans 30 pays. 

Publié dans Sur les médias

dohanewsCredit : Website

Doha News, site d’information indépendant anglophone implanté au Qatar, a accusé jeudi 1er décembre les autorités de l'émirat de censure. Reporters sans frontières (RSF) dénonce ce blocage et demande le rétablissement de l’accès au site. 

Doha News est un site d’information en ligne lancé en mars 2009 par deux journalistes américains, Shabina Khatri et Omar Chatriwala. Basé au Qatar et doté d’une liberté de ton qui tranche avec ses concurrents locaux, il fournit à ses lecteurs des articles et prises de position couvrant différents domaines comme l’actualité économique, sociale, politique ou culturelle. En plus d'une rédaction solide, le site a souvent été critique vis-à-vis des autorités ou des normes (notamment sociétales) établies, ce qui a participé à sa popularité. 

Publié dans Actualités du Qatar

aljazeera20ansCredit : Website Avec désormais vingt millions de suiveurs sur le réseau social Facebook, la chaîne Al Jazeera est devenu le média le plus suivi du monde arabe. Ce cap symbolique a été franchi mercredi 24 novembre, alors que la chaîne qatarie venait de célébrer ses vingt ans. Depuis qu’il s’est imposé comme un média mainstream, le groupe maintient son objectif de renforcer son audience et de poursuivre son développement. Néanmoins, sa stratégie d’expansion mondiale a montré ses limites, notamment aux Etats-Unis.

Lancée le 1er novembre 1996, la chaîne Al Jazeera a contribué, durant ses deux décennies d’existence, à révolutionner le champ médiatique du monde arabe. Il est fini l’époque où le monde arabe était dépendant d’une couverture par les pays du Nord de l’information qui le concernait. La réussite majeure d’Al Jazeera se situe à ce niveau : en plus d’avoir donné l’occasion à toutes les forces politiques du monde arabe de s’exprimer en toute liberté, elle a considérablement modifié la nature des flux d’information. Car jusqu’à la fin des années 1990, l’opinion mondiale était dans une large mesure tributaire des principaux canaux occidentaux dans le traitement des grands dossiers. Al Jazeera a apporté une rupture dans ce schéma ; désormais, les pays du Sud sont en mesure de bousculer la hiérarchie et de proposer un angle différent qui est davantage en phase avec les aspirations d’une grande partie de l'opinion mondiale. Avec des déclinaisons en anglais et serbo-croate, une filiale sportive (BeIN SPORTS) qui domine le marché mondial de la diffusion du sport et de nombreuses ramifications dans le domaine de la formation ou de l’enfance, la chaîne peut aujourd’hui se targuer de figurer parmi les médias mainstream.

Publié dans Sur les médias

flotillefemmesgazaCredit : Google Les deux voiliers baptisés "Amal" (espoir) et "Zaytouna" (Olive), ont à leur bord une trentaine de militantes provenant d'une quinzaine de pays dont l'ambition est de briser le blocus à Gaza.

Le voilier Zaytouna avec à son bord treize femmes de différentes nationalités et d’horizons divers ont quitté le port d’Ajaccio lundi 19 septembre. Après 4 jours de traversée, Zaytouna est arrivé dans la matinée du vendredi 23 septembre au port de Messine en Sicile.

Publié dans Actualités du Qatar

bateau gazaCredit : WebsiteUne flottille exclusivement féminine va une nouvelle fois tenter de briser le blocus israélien sur la bande de Gaza. Les deux voiliers baptisés "Amal" (espoir) et "Zaytouna" (Olive), ont à leur bord une trentaine de militantes provenant d'une quinzaine de pays. Parti de Barcelone, "Zaytouna" a rejoint Ajaccio lundi 19 septembre et est actuellement en route vers sa prochaine étape, Messine en Italie. Ceci, alors que le voilier "Amal" est bloqué à Barcelone pour des raisons techniques.

Du Canada à la Malaisie en passant par la France, la Tunisie ou le Qatar, elles n'ont qu'un seul but : briser le blocus qui étrangle la population de la bande de Gaza depuis des années. Originaires de quinze pays y compris d’Israël, les participantes à la flottille font partie de l'opération de solidarité nommée "Bateaux des femmes pour Gaza". L’initiative s'inscrit dans le projet "Flottilles de la liberté" qui tentera de joindre Gaza d'ici fin septembre. Depuis 2008, des bateaux du monde entier tentent de briser le blocus terrestre, aérien et maritime instauré par Israël depuis juin 2007. 

Publié dans Actualités du Qatar
Page 1 sur 5