Opinion: L’accord français sur les armes à 19 milliards de dollars est une belle revanche

Plus tôt ce mois-ci, le président français Emmanuel Macron a effectué une visite rapide aux Émirats arabes unis, au Qatar et en Arabie saoudite. Aux Emirats Arabes Unis, il est sorti avec 19 milliards de dollars Il a commandé 80 avions de combat Rafale et 12 hélicoptères militaires.
Après cela, Macron s’est rendu en Arabie saoudite, où il est devenu l’un des premiers dirigeants occidentaux à rencontrer le prince héritier Mohammed bin Salman depuis l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi, que Mohammed bin Salman aurait eu. D’accord, une allégation que Mohammed bin Salman a toujours niée.

Macron a défendu la visite, déclarant aux journalistes à Dubaï : Comment pouvons-nous « préserver la paix et la stabilité au Moyen-Orient si nous disons » nous ne parlerons pas à l’Arabie saoudite, le pays le plus peuplé du Golfe » ? «  » a rapporté le site d’information France24.

Bien sûr, pendant près d’un siècle, les États-Unis ont été l’allié et le partenaire suprême dans toute la péninsule arabique – de l’Arabie saoudite elle-même, en passant par le Koweït, qui était l’Amérique éditeur Après sa saisie par Saddam Hussein en 1990, il a été transporté aux Émirats arabes unis avec ses vastes richesses pétrolières et gazières et où les navires de la marine américaine sont amarrés depuis des décennies.
Désormais, face aux nouvelles menaces, cette région se cherche de nouveaux alliés, ou du moins des amis. Cela ne devait pas être ainsi. L’espoir dans une grande partie du monde était que le président américain Joe Biden marquerait une rupture brutale avec son prédécesseur, Donald Trump – un retour à une époque où L’Amérique peut compter Pour la cohérence, la fiabilité et surtout la protection contre les puissances les plus détestées de la région.

Tout n’est pas perdu, bien sûr. Mais le temps presse alors que les événements de ces dernières semaines sont révélés.

READ  La France a fixé des dates de discussion sur les vents flottants méditerranéens

Il est temps – en fait presque dans le passé – que les États-Unis fassent preuve de souplesse et de fiabilité dans leurs relations avec les pays qui voulaient maintenir leur amitié. Dans le même temps, les États-Unis doivent faire preuve d’une plus grande sensibilité aux problèmes qui peuvent être calculés pour aliéner des pays très sensibles au comportement de partenaires étrangers.

Cela vaut clairement pour des alliés de longue date comme la France, mais aussi pour des pays comme l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis, avec des sensibilités qui transcendent les frontières culturelles, religieuses et sociales.

Mais ce sont les histoires qui révèlent aujourd’hui le plus le changement radical que les alliances et les alignements traditionnels peuvent abriter dans cette région et au-delà.

je me souviens 90 milliards de dollars Un contrat de sous-marin français signé par l’Australie – jusqu’à ce que les États-Unis et le Royaume-Uni torpillent en septembre un accord sur les sous-marins à propulsion nucléaire. là-bas perception plus large Parmi ces trois puissances navales anglophones, la France n’était pas prête à adopter la même ligne dure contre la Chine sur la scène mondiale.
Le pacte de défense surprise d’AUKUS a laissé le gouvernement français en colère et meurtri, bien que cela semble avoir été manipulé auparavant paroles conciliantes De Biden à Macron lorsque le duo s’est rencontré avant le sommet du G-20 en octobre.

Quelques semaines plus tard, l’accord de plusieurs milliards de dollars de la France avec les Emirats Arabes Unis porte toutes les caractéristiques de « pas en colère, même ».

READ  L'initiative Qatar Charity fait la joie des petits agriculteurs de Gaza

En effet, dans une interview marathon de 90 minutes aux heures de grande écoute sur la chaîne française TF-1 mercredi soir, l’affaire du sous-marin AUKUS était le seul problème de politique étrangère traité par Macron. « Nous avons répondu de la manière la plus forte », a haussé Macron, ajoutant qu' »avec le temps », toute l’action américaine serait traitée.

Les commentaires de Macron interviennent dans le contexte de l’accord nucléaire iranien en lambeaux et des craintes croissantes des puissances régionales – dont les Émirats arabes unis, le Qatar, l’Arabie saoudite et l’Égypte – d’être prises en otage par les capacités nucléaires de l’Iran.

Les Émirats arabes unis suspendent un accord sur les armes de plusieurs milliards de dollars en signe de frustration croissante face à l'impasse américano-chinoise

L’échec de l’administration Biden à rétablir les restrictions sur les activités iraniennes après le retrait de Trump de l’accord nucléaire JCPOA en 2018 n’a guère contribué à renforcer la position des États-Unis.

Maintenant, le parapluie nucléaire américain qui pendant des décennies semblait être une garantie suffisante, est soudainement apparu de plus en plus fragile.

Cette perception a été encore accentuée par le retrait soudain des forces américaines d’Afghanistan, qui à son tour a suivi le retrait des États-Unis d’Irak et de Syrie, suggérant à beaucoup dans la région qu’ils le sont. En fait par eux-mêmes.
Pendant ce temps, de nombreux pays du Golfe en dehors des États-Unis sont à la recherche de nouveaux amis. Les Émirats arabes unis ont depuis longtemps commencé à se développer relation avec la Chine. Et lorsque les États-Unis ont insisté sur les garanties clés que les Émirats arabes unis sépareraient leurs armes fournies par les États-Unis de toute enquête chinoise, les Émirats arabes unis ont estimé que c’était un pas de trop en termes d’empiétement sur ces armes. « la souveraineté. »

L’Arabie saoudite se tourne également de plus en plus vers la Chine, qui est déjà l’un des principaux partenaires commerciaux des Saoudiens. Plus récemment, cela s’est traduit par la création d’une sixième installation de dessalement géante dans le royaume par un consortium saoudo-chinois et espagnol et d’autres ventes d’armes.

READ  La Chambre du Qatar et le Conseil commercial arabo-russe examinent les relations de coopération entre les deux pays

Comprendre les priorités et surtout les préoccupations des anciens alliés de l’Amérique dans toute la région et au-delà est essentiel si les États-Unis ne veulent pas se retrouver marginalisés dans une partie du monde où ils jouaient auparavant un rôle central.

Léonard Lachapelle

"Future teen idol. Pionnier hardcore de Twitter. Evangéliste de voyage d'une humilité exaspérante."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Read also x