Opinion : L’accord entre les États-Unis et le Qatar pour les réfugiés afghans est la chance de rachat du Canada

Elisabeth Jocelyn-Malo est une journaliste indépendante de défense et de sécurité spécialisée dans les affaires militaires et d’approvisionnement, maintenant basée à Milan, en Italie.

Le programme de réinstallation afghano-canadien pour secourir ceux qui ont soutenu le gouvernement et l’armée a peut-être commencé avec les bonnes intentions, mais il a été semé d’embûches depuis son lancement fin juillet.

Ottawa a initialement donné aux demandeurs afghans 72 heures seulement de compiler tous les documents de visa nécessaires à l’approbation, ce qui a fait craindre que le processus ne soit pas réalisable.

L’histoire continue sous l’annonce

Malgré l’ajustement du calendrier, d’autres problèmes logistiques sont apparus. L’obligation de remplir des documents en anglais uniquement et la nécessité d’une bonne connexion Internet, ainsi que d’un accès à un ordinateur, présentent des défis pour les candidats vivant en Afghanistan, où l’accès aux services de traduction et à la technologie est un luxe inaccessible à la plupart des gens.

Le mois dernier, le ministre de l’Immigration Marco Mendicino a annoncé que le Canada accueillerait plus de 20 000 réfugiés afghans. Bien qu’il y ait un processus, les efforts d’Ottawa auraient dû être accélérés étant donné le besoin urgent de mettre ces personnes en sécurité.

Kara Osborne, ancienne major des Forces armées canadiennes et vétéran de l’Afghanistan, a critiqué la décision de fermer l’ambassade du Canada le 15 août.

“En tant que nation, nous signalons la fin des choix politiques lorsque nous fermons l’ambassade, car les ambassades et les consulats servent des bases critiques pendant les crises”, a déclaré Mme Osborne.

Les actions du Canada contrastaient avec les actions entreprises par ses alliés, dont la Grande-Bretagne, qui a choisi de garder son ambassadeur à Kaboul jusqu’au 28 août, pour délivrer des visas humanitaires spéciaux afin d’accélérer l’évacuation des réfugiés afghans.

READ  L'équipe nationale égyptienne se prépare à confirmer l'emplacement du Qatar dans les éliminatoires de la Coupe du monde contre la Chine

Au 15 juillet, le plan de réinstallation du Canada en réponse à la crise actuelle n’avait pas été achevé ni approuvé. Le premier vol de réfugiés a atterri à Ottawa le 4 août. En revanche, les États-Unis ont mis en œuvre le programme Afghan Special Immigrant Visa (SIV) en 2009 et en ont délivré plus de 16 000 depuis 2014. Le programme d’urgence supplémentaire a été promulgué le 30 juillet, les premiers participants étant arrivés ce jour-là.

Fin juillet, Washington était en négociations avec Doha pour faire du Qatar l’un des pays tiers désignés pour réinstaller les réfugiés afghans. Depuis lors, le Qatar a hébergé temporairement près de 6 000 ressortissants afghans dans les bases américaines d’Al Udeid et d’Al Saliliya pendant que leurs visas sont traités. Washington a également proposé d’envoyer 1 000 personnes supplémentaires à Doha pour accélérer le processus.

L’histoire continue sous l’annonce

Le plan d’évacuation américain fonctionne en coopération avec des pays tels que Bahreïn, la Grande-Bretagne, la France, l’Allemagne, l’Italie, le Kazakhstan, le Koweït, la Turquie, l’Ukraine, les Émirats arabes unis et l’Ouzbékistan. Le Canada n’a rejoint l’opération de coopération américaine que le 31 août.

Tel que rapporté par The Globe and Mail, le Canada a déclaré qu’il accueillerait certains des nombreux réfugiés afghans actuellement dans les bases militaires américaines au Qatar. La participation à ce processus permettra non seulement au Canada de regagner une certaine crédibilité dans la résolution des crises humanitaires, mais pourrait également lui épargner ses chances d’embaucher des interprètes pour de futures missions.

En se joignant à l’opération États-Unis-Qatar, le Canada deviendra un site de réinstallation tiers supplémentaire et soulagera la pression sur le Qatar tout en créant un espace supplémentaire pour accepter davantage de réfugiés afghans dans les bases américaines. En retour, le Qatar, qui partage de bonnes relations avec les talibans, pourrait aider le Canada à négocier le retour de ses citoyens.

READ  Aide-mémoire PSG - OL (0-1): En égalisant la concurrence, Paris finirait par payer

En 2009, le Canada a annoncé la création d’un programme spécial de visas pour assurer la protection des ressortissants afghans vulnérables qui ont appuyé la mission du Canada à Kandahar. Les candidats admissibles doivent démontrer qu’ils ont travaillé pendant 12 mois cumulatifs auprès de la mission canadienne, obtenir une lettre de recommandation d’un haut fonctionnaire et démontrer qu’ils ont fait face à des menaces inhabituelles ou subi des blessures graves au cours de leur emploi.

Cependant, deux ans après sa mise en œuvre, un porte-parole du ministère a déclaré que sur plus de 475 demandeurs, seulement 60 Afghans avaient été renvoyés au Canada dans le cadre du programme. Un certain nombre d’interprètes et de personnel local, ainsi que leurs familles élargies, ont été négligés, refusés ou incapables de satisfaire aux exigences d’immigration.

Les opérations de combat canadiennes ont cessé en 2011 et les derniers soldats canadiens sont rentrés chez eux en 2014. Ces mesures indiquent que le gouvernement fédéral sait depuis des années que les citoyens afghans et leurs familles ont besoin de visas humanitaires pour pouvoir déménager au Canada. Par le passé, le Canada a démontré sa capacité de réagir aux crises humanitaires et d’effectuer des missions d’évacuation à grande échelle en temps opportun. En 2006, le Canada a évacué 14 000 Canadiens du Liban en un mois.

L’histoire continue sous l’annonce

En Afghanistan, non seulement le Canada a agi trop tard, mais il semble qu’il n’ait subi aucune pression pour agir.

On pourrait soutenir que tous les alliés canadiens ont attendu que la situation en Afghanistan devienne dramatique afin d’accélérer la procédure d’évacuation. Les tâches de réinstallation sont également beaucoup plus complexes que les autres tâches d’évacuation, confrontées à d’importants obstacles bureaucratiques et logistiques.

READ  Les fans américains veulent que l'USMNT boycotte la Coupe du monde au Qatar

Cependant, la réponse du Canada est considérée comme la pire parmi ses alliés pour deux raisons. Premièrement, le programme de réinstallation manquait fondamentalement d’un plan global et d’un calendrier précis.

Deuxièmement, et c’est le plus pernicieux, Ottawa n’a pas agi avec l’urgence nécessaire pour secourir les réfugiés afghans. Comme l’a souligné Mike Lalonde, ancien officier du renseignement des Forces armées canadiennes, ce sont « la préférence et les habitudes du Canada à suivre plutôt qu’à diriger » qui lui ont coûté un temps essentiel alors qu’il aurait pu faire plus pour sauver ces vies.

Les conséquences de l’inaction et de l’échec du Canada à secourir les réfugiés afghans peuvent signifier que le Canada a compromis ses futures missions, car les forces dépendent fortement des capacités de communication et des connaissances des interprètes et des entrepreneurs locaux pour les opérations de contre-insurrection. L’établissement de ces relations nécessite en fin de compte du temps, de la confiance et l’assurance de la protection. Nos futurs partenaires et alliés se souviendront que le Canada a laissé tomber nos traducteurs et guides afghans au moment où cela comptait le plus.

Gardez vos opinions nettes et informées. Recevez le bulletin. Inscrivez-vous aujourd’hui.

Léonard Lachapelle

"Future teen idol. Pionnier hardcore de Twitter. Evangéliste de voyage d'une humilité exaspérante."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read also x