L’ONU appelle à de nouveaux pourparlers sur Hodeidah au Yémen alors que les lignes de front se déplacent | Nouvelles de l’ONU

Les combattants houthis ont atteint des positions clés dans la ville côtière stratégique après le retrait des forces pro-gouvernementales.

Une mission de surveillance des Nations Unies a exhorté les parties belligérantes au Yémen à tenir de nouveaux pourparlers sur Hodeidah alors que la coalition dirigée par l’Arabie saoudite attaquait des zones au sud de la ville portuaire, où les combattants houthis ont avancé après le retrait des forces de la coalition.

L’appel est arrivé lundi, un jour après le début des frappes aériennes. C’était la première depuis fin 2018, lorsque le gouvernement soutenu par l’Arabie saoudite et les Houthis ont convenu d’un accord négocié par l’ONU pour une trêve à Hodeidah et un redéploiement des forces des deux côtés qui ne s’est jamais concrétisé.

Le porte-parole de la coalition dirigée par l’Arabie saoudite, le général de division Turki Al-Maliki, a déclaré, dans la première clarification concernant le retrait soudain des environs de Hodeidah, que le redéploiement est un ordre de soutenir d’autres fronts et conformément à “l’avenir de la coalition des plans.”

La mission des Nations Unies supervisant l’accord d’Hodeidah, la Mission des Nations Unies à l’appui de l’accord d’Hodeidah et l’équipe du gouvernement yéménite qui y participe, ont déclaré n’avoir reçu aucun préavis, tandis que certaines unités de la coalition yéménite ont critiqué le retrait, y compris des combattants de la côte de la mer Rouge.

La Mission des Nations Unies pour soutenir l’accord de Hudaydah a déclaré lundi que la sortie des forces conjointes yéménites de la ville de Hudaydah, al-Durayhimi, Bait al-Faqih et certaines parties de Tuhayta, et le contrôle ultérieur des Houthis sur les fronts, a été un “changement majeur” sur les lignes de front, qui a nécessité des discussions entre les deux parties.

READ  Les États-Unis invitent Taïwan à participer à son sommet démocratique ; La Chine énervée

La coalition a déclaré plus tôt qu’elle avait mené 11 frappes aériennes “en dehors des zones couvertes par l’Accord de Stockholm”.

Deux sources militaires ont déclaré à l’agence de presse Reuters que des combattants du groupe Houthi se sont affrontés, aujourd’hui, lundi, avec les forces de la coalition yéménite dans le district de Hays, au sud de la ville de Hodeidah, à la suite de combats à Al-Faz’ dimanche.

Des milliers de déplacés

Les Nations Unies ont déclaré que le déplacement des lignes de front avait déplacé des milliers de personnes.

« Environ 700 familles (environ 4 900 personnes) ont été déplacées » vers Al-Khokha, à plus de 100 kilomètres (60 miles) au sud de Hodeidah, « tandis que 184 autres familles (environ 1 300 personnes) ont été déplacées vers le sud » vers le port de la mer Rouge ville de Moka, a indiqué le bureau des Nations Unies pour la coordination des affaires humanitaires (OCHA), citant des sources gouvernementales yéménites.

“Aucun déplacement n’a été signalé dans les zones qui sont passées sous le contrôle des autorités de facto”, a-t-elle déclaré dimanche dans un communiqué, faisant référence aux Houthis.

Citant des partenaires de secours sur le terrain, il a déclaré que 300 tentes pour les déplacés avaient été installées dans le district de Khokha, tandis que les autorités cherchaient un autre site pour faire face à l’afflux.

Mais les Nations Unies ont également déclaré que l’avancée des Houthi pourrait conduire à une “amélioration des déplacements des civils” entre les gouvernorats de Hodeidah et de Sanaa, et le long des routes reliant la ville de Hodeidah à d’autres zones.

READ  Un juge canadien n'autorisera pas le directeur financier de Huawei à utiliser des documents HSBC dans l'affaire d'extradition aux États-Unis

Il n’était pas clair si le retrait d’Hodeidah était lié à ce que la coalition a décrit comme un redéploiement dans le sud, où des sources ont indiqué que l’armée saoudienne avait abandonné une base importante à Aden, le siège temporaire du gouvernement.

Le Yémen est le théâtre de violences depuis que les Houthis ont renversé le gouvernement internationalement reconnu de la capitale, Sanaa, fin 2014. La coalition dirigée par les Saoudiens est intervenue dans le conflit en mars 2015 dans le but de rétablir le gouvernement.

Les efforts des Nations Unies et des États-Unis pour organiser un cessez-le-feu à l’échelle nationale sont au point mort alors que les Houthis insistent pour que la coalition lève d’abord le siège de leurs régions, tandis que Riyad veut un accord simultané.

Désiré Faure

"Evangéliste du café sans aucune excuse. Fanatique du Web. Nerd d'Internet. Geek de Twitter."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read also x