L’Iran salue les efforts du Qatar pour relancer le plan d’action global conjoint

Téhéran – Saeed Khatibzadeh, porte-parole du ministère iranien des Affaires étrangères, a salué lundi les efforts du Qatar pour relancer l’accord nucléaire de 2015, tout en précisant que l’engagement de Washington envers le plan d’action global conjoint ne nécessitait pas de médiation.

“L’Iran se félicite de l’aide du gouvernement qatari pour sauver le JCPOA”, a déclaré Khatibzadeh lors d’une conférence de presse régulière.

Le Qatar est l’un des amis et partenaires régionaux de l’Iran. Il a souligné qu’il y avait eu des consultations étroites entre l’Iran et le Qatar à différents niveaux.

On s’attend à ce que Mohammed Javad Zarif s’entretienne avec son homologue qatari, Mohammed bin Abdul Rahman bin Jassim Al Thani, à Téhéran lundi soir.

Il a souligné que “Téhéran salue tout effort visant à réduire les tensions, mais le respect de ses obligations par les États-Unis ne nécessite pas de messages”.

Notant que les États-Unis pourraient facilement commencer à respecter leurs engagements dans le cadre du JCPOA, le porte-parole a déclaré: “Il est regrettable que l’administration actuelle soit devenue un partenaire dans la violation des engagements de l’administration précédente. Ce n’est pas une approche constructive et cela devrait prendre fin.”

Le porte-parole a critiqué l’administration Biden pour avoir poursuivi la politique de Donald Trump envers l’Iran, notant que “la situation n’est pas différente de ce qu’elle était avant le 20 janvier, alors que Washington maintenait la même” pression et le maximum de crimes “contre la nation iranienne.

Il a décrit les politiques inchangées de la nouvelle administration américaine comme une honte pour les politiciens dont la campagne électorale était basée sur une promesse de renverser la politique de Trump.

READ  Transports en commun: Navigo dans l'iPhone, rendez-vous en février!

Le Plan d’action global conjoint a été signé en 2015 par l’Iran et six pays du monde – les États-Unis, l’Allemagne, la France, la Grande-Bretagne, la Russie et la Chine – et ratifié sous la forme de la résolution 2231 par le Conseil de sécurité des Nations Unies.

Cependant, Trump a unilatéralement retiré les États-Unis du JCPOA en mai 2018, imposé des sanctions qui ont été levées en vertu de l’accord et ajouté de nouvelles sanctions sévères.

En mai 2019, l’Iran a commencé à réduire ses engagements dans le cadre du JCPOA après que les autres parties européennes n’aient pas rempli leurs obligations dans l’accord et compensé les sanctions de Washington.

Dans ses déclarations du 7 février, le chef de la révolution islamique, l’ayatollah Seyyed Ali Khamenei, a déclaré que l’Iran ne reprendrait pleinement le respect du JCPOA qu’après que les États-Unis lèveraient toutes les sanctions qui lui ont été imposées de manière pratique et vérifiable.

EE / PA

Léonard Lachapelle

"Future teen idol. Pionnier hardcore de Twitter. Evangéliste de voyage d'une humilité exaspérante."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read also x