L’expérience européenne exacerbe la supériorité du Japon en finale de la Coupe du monde

Émis en : la moyenne:

Doha (AFP) – Le Japon n’avait aucun joueur basé en Europe lorsqu’il a fait ses débuts en Coupe du monde en 1998. Maintenant, ils ont plus de clubs allemands que la J. League nationale.

Le Japon a lancé mercredi sa septième campagne consécutive de Coupe du monde contre l’Allemagne à Doha, et les attentes n’ont jamais été aussi élevées.

Les Samurai Blue sont passés de nouveaux venus au tournoi à vétérans au cours des 24 dernières années, en grande partie grâce à la migration croissante des talents vers les clubs européens.

Il n’y a que sept joueurs de la J.League dans l’équipe japonaise pour la Coupe du monde au Qatar. Parmi eux, Yuto Nagatomo a joué pour l’Inter Milan, Galatasaray et Marseille avant de revenir au Japon après 11 ans passés en Europe, tandis que Hiroki Sakai a également joué en Allemagne et en France.

Le reste de l’équipe de l’entraîneur Hajime Moriyasu exerce son métier en Europe occidentale, et Nagatomo pense que l’expérience qu’ils ont acquise ne peut qu’aider la cause du Japon.

« Nous avons beaucoup de joueurs qui jouent pour des clubs étrangers, et ils sont habitués aux matchs difficiles », a déclaré le joueur de 36 ans, le premier joueur à être sélectionné dans quatre équipes de Coupe du monde pour le Japon.

« Nous avons des joueurs qui jouent en Ligue des champions ou contre des équipes fortes comme le Bayern Munich. Par rapport à avant, nous nous sentons beaucoup plus solides maintenant. »

READ  Le Pape salue les fidèles pour prier depuis le balcon de la clinique de Rome

Le Japon a déjà eu des joueurs vedettes dans des clubs européens, mais jamais dans ce nombre.

L’ailier japonais Kaoru Mitoma a eu un impact énorme depuis qu’il a rejoint Brighton cet été Glenn Kirk, AP

Huit des joueurs de l’équipe cette année sont basés en Allemagne, trois en France, deux en Espagne, en Angleterre et en Belgique et un au Portugal et en Écosse.

Telle est la force actuelle en profondeur que le duo celtique Kyogo Furuhashi et Ryu Hatate a manqué.

Nagatomo pense que jouer en Europe a donné à la jeune génération japonaise une maturité au-delà de son âge.

« Quand j’ai disputé ma première Coupe du monde, je ne pensais qu’à moi-même », a déclaré Nagatomo, qui a fait ses débuts en Coupe du monde en Afrique du Sud en 2010 et a disputé chaque minute des saisons du Japon depuis.

« Maintenant, il semble y avoir beaucoup de joueurs qui pensent à toute l’équipe, même si c’est leur première Coupe du monde. »

nouvelle génération

Le Japon aborde cette Coupe du monde avec une foule de nouveaux visages, avec 19 joueurs apparaissant dans le tournoi pour la première fois.

La génération qui a formé le cœur de l’équipe au cours des trois dernières éditions – Keisuke Honda, Shinji Kagawa, Shinji Okazaki et Makoto Hasebe – a été largement cachée.

Le gardien Eiji Kawashima en est toujours à sa quatrième finale de Coupe du monde, même s’il est cette fois réserviste.

Il pense que le Japon peut « montrer quelque chose de différent de la précédente Coupe du monde ».

« En 2010, je pense que quatre joueurs ont joué en Europe, a déclaré le joueur de 39 ans. Aujourd’hui, c’est la norme que nous jouons en Europe. »

READ  Emirates Airlines critique l'ordre d'Heathrow de couper les vols

« Nous connaissons la Ligue des champions et certains joueurs jouent pour de grands clubs – Arsenal, en Premier League, en Bundesliga.

« Cette expérience nous donne plus d’expérience pour l’équipe nationale, donc je pense que c’est bon pour nous. »

Le Japon comptait six joueurs en phase de groupes de la Ligue des champions cette saison, tandis que Daichi Kamada a remporté la Ligue Europa la saison dernière avec l’Eintracht Francfort.

Christina Kuekler fb

Takehiro Tomiyasu joue régulièrement pour Arsenal et Kaoru Mitoma se fait un nom après avoir rejoint Brighton cet été.

Nagatomo, qui a disputé 170 matches de championnat avec l’Inter Milan de 2011 à 2018, pense que la bataille sera gagnée à la tête des joueurs du Qatar.

« En Coupe du monde, peu importe la qualité de votre tactique ou de votre style, ce qui compte vraiment, c’est votre mentalité », a-t-il déclaré.

« Si vous n’avez pas le bon état d’esprit, votre tactique et votre style n’auront aucun effet.

« C’est ce que j’ai appris des trois derniers tournois. »

Léonard Lachapelle

"Future teen idol. Pionnier hardcore de Twitter. Evangéliste de voyage d'une humilité exaspérante."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Read also x