Les victimes du 11 septembre n’ont pas le droit de saisir les avoirs de la Banque centrale d’Afghanistan, selon un juge américain

Les victimes du 11 septembre n’ont pas le droit de saisir les avoirs de la Banque centrale d’Afghanistan, selon un juge américain

Les gens rendent hommage aux victimes lors d’un mémorial alors que l’installation artistique Tribute in Light et One World Trade Center est vue en arrière-plan à l’occasion du 20e anniversaire des attentats du 11 septembre 2001 à New York, vu de Exchange Place, New Jersey, États-Unis, le 11 septembre 2021 REUTERS/Eduardo Munoz

NEW YORK : Un juge américain a recommandé vendredi que les victimes des attentats du 11 septembre 2001 ne soient pas autorisées à saisir des milliards de dollars d’actifs appartenant à la Banque centrale afghane pour exécuter les décisions de justice qu’elles ont reçues contre les talibans.

La juge de district américaine Sarah Netburn à Manhattan a déclaré que la Bank da Afghanistan était à l’abri de toute juridiction et qu’autoriser la confiscation reconnaîtrait effectivement le groupe militant islamiste comme le gouvernement afghan, ce que seul le président américain pourrait faire.

« Les victimes talibanes se sont battues pendant des années pour la justice, la responsabilité et la réparation », a écrit Netburn, « elles ne méritent rien de moins ». « Mais la loi limite l’indemnisation qu’un tribunal peut autoriser et ces limites placent les actifs de DAB hors de sa juridiction. »

Le juge de district américain George Daniels à Manhattan examinera la recommandation de Netbourne, qui supervise également les litiges et peut décider d’accepter ou non sa recommandation.

La décision est une défaite pour quatre groupes de créanciers qui ont poursuivi divers accusés, dont al-Qaïda, tenu responsable des attentats du 11 septembre, et ont reçu des jugements abrégés après que les accusés ne se sont pas présentés au tribunal.

READ  IHG ouvre le Crowne Plaza dans le sud de la France

Au moment des attaques, les talibans au pouvoir ont autorisé al-Qaïda à opérer en Afghanistan.

Les États-Unis ont évincé les talibans et al-Qaïda à la fin de 2001, mais les talibans sont revenus au pouvoir un an plus tôt lorsque les forces américaines et occidentales se sont retirées du pays.

Les avocats des groupes de créanciers n’ont pas immédiatement répondu aux demandes de commentaires.

Les groupes tentaient de tirer profit d’une partie des 7 milliards de dollars de fonds de la Banque centrale d’Afghanistan gelés à la Federal Reserve Bank de New York.

Dans un décret émis en février, le président américain Joe Biden a ordonné que 3,5 milliards de dollars de ce montant soient affectés « au profit du peuple afghan », laissant les victimes poursuivre ce qui reste devant les tribunaux.

Le gouvernement des États-Unis n’a pris aucune position à l’époque sur la question de savoir si des groupes de créanciers avaient le droit de recouvrer des fonds en vertu de la Terrorism Risk Insurance Act de 2002.

Elle a exhorté Netburn et Daniels à considérer les exceptions à l’immunité souveraine de manière étroite, notant les risques d’ingérence dans l’autorité du président pour gérer les relations étrangères et les défis potentiels pour les avoirs américains situés à l’étranger.

D’autres pays détiennent environ 2 milliards de dollars de réserves afghanes.

Shaun Van Diver, président de #AfghanEvac, qui aide à évacuer et à réinstaller les Afghans, a déclaré qu’il espère que les fonds gelés seront utilisés pour aider l’économie afghane en difficulté sans enrichir les talibans.

READ  De nouvelles règles sur les vaccins pourraient permettre à Djokovic de jouer Roland-Garros

« Le juge a fait ce qu’il fallait ici », a-t-il déclaré.

Près de 3 000 personnes sont mortes le 11 septembre 2001, lorsque des avions ont volé vers le World Trade Center à New York, le Pentagone dans le nord de la Virginie et le champ de Pennsylvanie.

Les sanctions américaines interdisent les transactions financières avec les talibans, mais permettent un soutien humanitaire au peuple afghan.

Jacinthe Poulin

"Wannabe fauteur de troubles. Fanatique de la culture pop. Nerd de zombies. Défenseur du bacon à vie. Passionné d'alcool. Accro à la télévision."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Read also x