Les talibans ordonnent aux ONG d’empêcher les employées de venir travailler

  • Les talibans ordonnent aux ONG d’empêcher les employées de travailler
  • Cela vient après la suspension des étudiantes des universités
  • Les Nations Unies affirment que le système serait une violation des principes humanitaires
  • L’ONU prévoit de rencontrer les talibans pour obtenir des éclaircissements

KABOUL (Reuters) – L’administration afghane dirigée par les talibans a ordonné samedi à toutes les organisations non gouvernementales nationales et étrangères d’empêcher les employées de venir travailler, selon une lettre du ministère de l’Economie, dans le cadre de la dernière répression des libertés des femmes. .

La lettre, qui a été confirmée par le porte-parole du ministère de l’Economie, Abd al-Rahman Habib, a déclaré que les employées n’étaient pas autorisées à travailler jusqu’à nouvel ordre parce que certaines d’entre elles ne respectaient pas l’interprétation par l’administration du code vestimentaire islamique pour les femmes.

Cela survient quelques jours après que l’administration talibane a ordonné aux universités de se fermer aux femmes, suscitant une condamnation mondiale et suscitant des protestations et de vives critiques en Afghanistan.

Ramiz Alekperov, représentant spécial adjoint de l’ONU pour l’Afghanistan et coordinateur humanitaire, s’est dit « profondément préoccupé » par les informations contenues dans la lettre, qui représentent « une violation manifeste des principes humanitaires ».

Il n’était pas immédiatement clair comment l’ordre affecterait les agences des Nations Unies, qui ont une forte présence en Afghanistan pour fournir des services au milieu de la crise humanitaire du pays.

Le Bureau des affaires humanitaires des Nations unies a déclaré que les Nations unies tenteraient de rencontrer les dirigeants talibans « pour obtenir des éclaircissements sur l’affaire signalée ».

READ  France : Enquête sur des allégations de viol au palais présidentiel

Le chargé d’affaires de Norvège, qui finance l’aide en Afghanistan et a accueilli des pourparlers entre les talibans et des membres de la société civile en janvier, a condamné cette décision.

« L’interdiction faite aux femmes employées d’ONG doit être levée immédiatement », a tweeté Paul Kloman Pekin. « En plus d’être un coup porté aux droits des femmes, cette décision exacerbera la crise humanitaire et nuira aux Afghans les plus vulnérables. »

Lorsqu’on lui a demandé si les règles s’étendaient aux agences de l’ONU, Habib a déclaré que la lettre s’appliquait aux organisations affiliées à l’Organe afghan de coordination des organisations humanitaires, connu sous le nom d’Akbar. Cet organisme n’inclut pas les Nations Unies, mais comprend plus de 180 ONG locales et internationales.

Cependant, l’ONU passe souvent des contrats avec des ONG enregistrées en Afghanistan pour mener à bien leur travail humanitaire.

Les travailleurs humanitaires affirment que les travailleuses sont essentielles pour garantir que les femmes reçoivent de l’aide.

L’économie déjà en difficulté de l’Afghanistan est entrée en crise depuis que les talibans ont pris le pouvoir en 2021, alors que le pays fait face à des sanctions et à des réductions de l’aide au développement.

L’aide humanitaire, qui vise à répondre aux besoins urgents, a fourni une bouée de sauvetage à des millions de personnes. Plus de la moitié de la population afghane dépend de l’aide humanitaire, selon l’International Rescue Committee.

(Rapport de la salle de presse de Kaboul) Edité par Mark Potter

Nos normes : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Désiré Faure

"Evangéliste du café sans aucune excuse. Fanatique du Web. Nerd d'Internet. Geek de Twitter."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Read also x