Les talibans afghans accueillent le ministre pakistanais pour des entretiens bilatéraux

Les talibans afghans accueillent le ministre pakistanais pour des entretiens bilatéraux

Une délégation pakistanaise de haut rang se rendra en Afghanistan mardi pour discuter avec le mouvement taliban islamique au pouvoir dans les domaines du commerce, de l’éducation, de l’investissement, de l’interdépendance régionale et de la sécurité.

Hina Rabbani Khar, ministre d’État pakistanaise aux Affaires étrangères, dirigera les réunions d’une journée avec les dirigeants du gouvernement taliban entièrement masculin à Kaboul, ont annoncé lundi des responsables à Islamabad.

Le communiqué du département d’État a déclaré que Kahr renouvellerait également « l’engagement et le soutien continus » du Pakistan pour promouvoir la paix et la prospérité afghanes.

« En tant qu’ami et voisin de l’Afghanistan, le Pakistan réaffirmera sa solidarité inébranlable avec le peuple afghan, en particulier par ses efforts pour atténuer la crise humanitaire en Afghanistan et créer de réelles opportunités de prospérité économique pour les hommes, les femmes et les enfants afghans », a déclaré le déclaration ajoutée.

DOSSIER – Le ministre taliban des Affaires étrangères, Amir Khan Mottaki, s’exprime à Kaboul, en Afghanistan, le 14 septembre 2021.

Kahr doit rencontrer le ministre taliban des Affaires étrangères Amir Khan Mottaki et le Premier ministre le mollah Hassan Akhund.

« La délégation pakistanaise de haut niveau arrivera demain pour discuter des relations politiques et économiques entre les deux pays », a confirmé sur Twitter le porte-parole des talibans Zabihullah Mujahid.

La visite intervient au milieu d’intenses critiques internationales et appelle l’administration talibane à annuler les restrictions qu’elle impose aux droits fondamentaux des femmes et des filles dans la vie publique et l’éducation.

DOSSIER – Le Premier ministre taliban, le mollah Hassan Akhund, s'exprime à l'ancien palais présidentiel de Kaboul, en Afghanistan, le 19 janvier 2022.

DOSSIER – Le Premier ministre taliban, le mollah Hassan Akhund, s’exprime à l’ancien palais présidentiel de Kaboul, en Afghanistan, le 19 janvier 2022.

La semaine dernière, un panel d’experts indépendants de l’ONU a dénoncé les restrictions comme « les plus dangereuses et les plus inacceptables » au monde, avertissant les talibans que leur traitement des femmes et des filles pourrait constituer un « crime contre l’humanité ».

Les dirigeants islamiques ont rejeté les critiques de leur régime, affirmant qu’il était compatible avec la culture afghane et la loi islamique. Les talibans ont repris le pouvoir en août 2021 du gouvernement afghan alors soutenu par les États-Unis, alors que les États-Unis, ainsi que les alliés de l’OTAN, ont retiré leurs forces du pays après avoir combattu le groupe d’insurgés pendant près de deux décennies.

La dernière série de pourparlers pakistanais avec les talibans intervient quelques jours seulement après des affrontements sanglants entre les forces de sécurité frontalières des deux pays. Les tensions ont incité Islamabad à fermer temporairement deux des nombreux points de passage frontaliers avec l’Afghanistan au début du mois.

Le pays enclavé dépend principalement des routes terrestres et des ports pakistanais pour le commerce bilatéral et international.

Les tensions frontalières entre les deux pays d’Asie du Sud ne sont pas rares le long de leur frontière de 2 600 kilomètres. L’Afghanistan va à l’encontre de plus d’un siècle de frontières tracées par les dirigeants coloniaux britanniques.

DOSSIER – Un combattant taliban se tient à un point de contrôle alors que des migrants afghans attendent des camions pour traverser la frontière à la périphérie de Zaranj, en Afghanistan, le 17 février 2022.

DOSSIER – Un combattant taliban se tient à un point de contrôle alors que des migrants afghans attendent des camions pour traverser la frontière à la périphérie de Zaranj, en Afghanistan, le 17 février 2022.

Le Pakistan rejette les objections afghanes et décrit la démarcation de la frontière comme une frontière internationale, comme le fait le reste du monde.

Alors que de nombreux pays, dont le Pakistan, la Russie, la Chine, la Turquie, le Qatar et l’Iran, ont maintenu leurs ambassades ouvertes à Kaboul depuis le retour du régime taliban, le nouveau gouvernement sur les droits de l’homme et le terrorisme n’a pas encore été reconnu par le monde entier. Peurs.

Mais les responsables d’Islamabad minimisent les tensions mutuelles liées aux problèmes de frontière et de sécurité. Ils ont confirmé que les deux questions seraient discutées, mais l’objectif des réunions de Kahr à Kaboul serait d’échanger des vues sur des projets qui pourraient contribuer à renforcer l’interdépendance économique bilatérale.

Malgré le scepticisme ambiant, le Pakistan se dit déterminé à renforcer la coopération économique et sécuritaire avec les talibans pour aider à préserver une paix et une stabilité fragiles après quatre décennies d’hostilités meurtrières en Afghanistan.

Islamabad affirme que la stabilité économique est essentielle pour dissuader le terrorisme transfrontalier et empêcher les flux de réfugiés au Pakistan, qui accueille déjà près de 3 millions d’Afghans, en tant que réfugiés et migrants économiques.

Les autorités pakistanaises ont récemment éliminé les tarifs et assoupli les règles en matière de visas pour faciliter le transit bilatéral et afghan afin de faire face à une crise humanitaire dans le pays voisin où les Nations Unies avertissent que des millions de personnes sont confrontées à de graves pénuries alimentaires.

Islamabad a également augmenté ses importations de charbon afghan depuis le retour au pouvoir des talibans, faisant pencher la balance commerciale annuelle en faveur de Kaboul pour la première fois dans l’histoire des relations bilatérales. Lundi, le volume annuel des échanges s’élevait à plus de 1,5 milliard de dollars, les exportations afghanes vers le Pakistan s’élevant à plus de 800 millions de dollars.

Le changement est principalement dû à l’augmentation des achats de charbon afghan à la suite de la hausse des prix mondiaux dans le but de réduire la dépendance du Pakistan vis-à-vis des approvisionnements coûteux de pays tels que l’Afrique du Sud.

Les commerçants disent qu’environ 10 000 tonnes métriques de charbon sont exportées quotidiennement vers le Pakistan, aidant les talibans à générer des revenus indispensables pour gouverner le pays.

Kahr devrait discuter de la possibilité d’augmenter les importations quotidiennes de charbon à un niveau qui permettrait au Pakistan de répondre à ses besoins mensuels estimés à au moins 1 million de tonnes métriques.

READ  L'Inde et la France étendent leur partenariat en matière de défense et de sécurité

Jacinthe Poulin

"Wannabe fauteur de troubles. Fanatique de la culture pop. Nerd de zombies. Défenseur du bacon à vie. Passionné d'alcool. Accro à la télévision."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Read also x