Les syndicats d’Agad appellent les États du Golfe à imiter les droits des travailleurs qataris

Les syndicats d’Agad appellent les États du Golfe à imiter les droits des travailleurs qataris

Écrit par Abdul Qadir Khalif

Un lobby syndical dans la Corne de l’Afrique a appelé les autres États du Golfe à lancer des réformes du travail similaires à celles du Qatar dans le cadre d’une politique de protection du travail à long terme.

À la suite de rapports faisant état d’abus de travailleurs domestiques dans les États du Golfe, la Fédération des syndicats de la Corne de l’Afrique (Hactu) a déclaré vendredi que des réformes progressives sont nécessaires pour garantir que les travailleurs de la région sont protégés partout où ils travaillent dans le Golfe.

Le Lobby, une fédération de mouvements syndicaux de huit pays qui composent l’Autorité intergouvernementale pour le développement (IGAD), a écrit au Qatar pour lui demander de partager son expérience en matière de réformes avec ses homologues du Golfe afin d’accélérer la réforme des droits du travail.

Le syndicat, dans une lettre adressée au ministre qatari du Travail, le Dr Ali bin Samikh Al-Marri, lui a demandé « d’aider à faciliter la protection des droits des travailleurs migrants des huit pays de la Corne de l’Afrique, à savoir l’Éthiopie, Kenya, Somalie, Soudan, Soudan du Sud, Djibouti, Erythrée et Ouganda à travers des relations bilatérales et multilatérales avec les pays des autres golfes.

L’appel conjoint indique que les récents amendements du Qatar à ses politiques de main-d’œuvre migrante ont été « progressistes » et qu’il devrait suivre l’exemple des pays voisins « de la région du Golfe et du monde arabe en général, qui accueillent des centaines de milliers de travailleurs migrants d’Afrique et les pays de la Corne de l’Afrique en particulier. »

READ  Les islamistes pakistanais affrontent la police à propos de dessins animés français représentant le prophète Mahomet

Incidence élevée d’abus

Les publicités

Ils ont lancé l’invitation après leur assemblée générale annuelle à Hawassa, dans le sud de l’Éthiopie. La réunion s’est tenue sous les auspices de l’Organisation internationale du travail, l’organisme mondial qui surveille les droits et les politiques du travail dans les États membres de l’ONU.

Hactu, accrédité auprès de l’Igad en tant qu’observateur, a tenu la réunion dans le contexte de cas signalés d’abus par des travailleurs dans la Corne de l’Afrique dans des États du Golfe tels que l’Arabie saoudite et Bahreïn.

La semaine dernière, les autorités kenyanes ont ramené une femme qui s’était rendue en Arabie saoudite pour travailler comme domestique, mais elle est tombée malade et s’est vu refuser l’accès à des soins médicaux adéquats.

Lis: La souffrance et le désespoir des travailleurs à l’étranger

correctifs

Mais pour le Qatar, l’Organisation internationale du travail affirme avoir fait des progrès sur les droits des travailleurs, en particulier alors qu’il se prépare à accueillir la Coupe du monde de football en novembre.

Un rapport d’organisations de défense des droits de l’homme a accusé Doha de tolérer les abus tels que les longues heures de travail, les bas salaires et les soins de santé médiocres pour les travailleurs migrants dans un pays où travaillent plus de deux millions d’employés étrangers.

Mais un rapport récent de l’Organisation internationale du travail indique que le Qatar a apporté des changements, notamment en supprimant certains éléments restrictifs du système de kafala, tels que l’exigence d’un permis de sortie et en permettant aux employés de changer d’employeur sans certificats de non-objection de leurs employeurs actuels.

READ  Exclusif : l'Australie s'attend à un accord commercial avec l'UE d'ici fin 2022 - Ministère

Il a également introduit un salaire minimum non discriminatoire de 500 dollars, la création de Wage Protection Watchers, un fonds d’assurance de soutien aux travailleurs et certaines lois sur la sécurité au travail.

En conséquence, « entre septembre 2020 et mars 2022, plus de 300 000 travailleurs (dont 7 000 travailleurs domestiques) ont changé d’emploi », indique le rapport de l’OIT.

Lire aussi : Le Qatar ferme 12 agences de recrutement kenyanes

Mission d’établissement des faits

Cependant, le pays a peut-être encore besoin de s’expliquer sur les réformes concrètes du système de parrainage, qui a vu certains employeurs continuer à en abuser.

Dans d’autres États du Golfe, la discrimination et l’esclavage existent toujours, ce qui, selon le lobby, doit cesser. Ils ont déclaré que le Qatar devrait partager son expérience de réforme avec les pays de la Corne de l’Afrique « afin de promouvoir un environnement de travail propice pour les travailleurs de notre région ».

« Nous voulons reproduire les réformes progressistes du travail du Qatar dans d’autres pays arabes et du Golfe avec de mauvaises lois », a déclaré Kasahun Fullo, secrétaire général de Hactu.

Hactu comprend des syndicats de tous les pays de l’Igad, tels que la Confédération des syndicats d’Éthiopie (Cetu), l’Organisation centrale des syndicats – Kenya (Cotu), la Fédération des syndicats somaliens (Festu), la Confédération des syndicats du Soudan du Sud et les travailleurs soudanais. . Confédération syndicale, Organisation syndicale nationale – Ouganda, Syndicat djiboutien et Confédération nationale des travailleurs érythréens.

En février de cette année, les syndicats ont rejoint la Confédération syndicale internationale (CSI-Afrique), l’organisation continentale des travailleurs, dans le cadre d’une mission d’enquête au cours de laquelle ils ont déclaré que le pays améliorait le bien-être des travailleurs.

READ  Le compte financier du Qatar restituera le "excédent" cette année à la suite de la "reprise" des prix du pétrole: EIU

Les responsables de la CSI Afrique ont ensuite déclaré aux journalistes qu’ils étaient satisfaits des progrès réalisés, notamment de la modification de la législation du travail pour permettre aux travailleurs de changer d’emploi sans l’autorisation de leurs employeurs actuels.

« La CSI se félicite de la réduction des réformes prise par l’État qatari et la considère comme progressiste », a déclaré le secrétaire général de la CSI, Kwasi Ado-Amankwa, lors d’un point de presse.

Jacinthe Poulin

"Wannabe fauteur de troubles. Fanatique de la culture pop. Nerd de zombies. Défenseur du bacon à vie. Passionné d'alcool. Accro à la télévision."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Read also x