Les sponsors inquiets pour le Qatar à l’approche de la Coupe du monde

Les sponsors inquiets pour le Qatar à l’approche de la Coupe du monde

La FIFA a signé un accord avec le fournisseur de technologie blockchain Algorand, ce qui en fait « le sponsor américain numéro un de la Coupe du monde masculine en 11 ans », selon Graham Dunbar de l’Associated Press. L’accord pourrait « aider la FIFA à développer une stratégie d’actifs numériques » ainsi qu’à commercialiser les NFT liés au football. Le parrainage se situe au «niveau territorial III couvrant les droits nord-américains et européens». Au milieu des enquêtes sur la corruption au cours de la dernière décennie, la FIFA « a eu du mal à ajouter des marques américaines pour rejoindre ses partenaires de longue date Coca-Cola, Visa, McDonald’s et Budweiser ». Jusqu’à ces derniers mois, l’organisation signait « la quasi-totalité de ses sponsors pour les tournois 2018 et 2022 avec des entreprises des pays hôtes… et de Chine » (AP, 5/2). S’exprimant lors de la conférence mondiale Milken sur l’accord, le président de la FIFA, Gianni Infantino, a déclaré : « Le ciel est la limite. Nous avons parlé des NFT, nous parlions des crypto-monnaies. Le monde de la FIFA connaît le football et les compétitions que nous organisons. De la jeune génération, beaucoup d’entre vous parce que vous êtes tous de la jeune génération, vous connaissez très bien la FIFA du jeu. Peut-être qu’à l’avenir nous connaîtrons la FIFA aussi à cause de sa crypto-monnaie et d’autres jetons que nous mettrons en place. Mais il est important de pouvoir y aller dans le monde, toucher le monde et donner cette opportunité à des millions et des millions, voire à des milliards de personnes là-bas. » (Chris Smith, SBJ).

Les sponsors, les célébrités s’arrêtent: À New York, Tariq Banga a noté que les athlètes et les sponsors célèbres sont « obligés d’intensifier » en ce qui concerne la Coupe du monde au Qatar, qui depuis sa création a été « embourbée dans la controverse et les plaintes concernant le traitement par le pays des travailleurs migrants et la communauté LGBT. » De nombreuses entreprises, et même certaines fédérations, prennent des pays participants, « des mesures pour éloigner leurs marques du pays hôte » même s’ils ont payé « des millions de dollars » pour s’associer à l’événement. Le Qatar a longtemps « fait marche arrière » sur les perceptions de l’État qu’il considère comme « inexactes ou dépassées au mieux ». Mais des exemples de « comportements abusifs et de mauvais traitements demeurent ». De manière alarmante, certaines entreprises « qui devaient bénéficier du plus grand événement du sport le plus populaire au monde » ont plutôt choisi de « s’éloigner ». Même certaines des équipes en compétition vont légèrement. Le football américain a eu des « discussions internes » sur les messages qu’il peut transmettre aux joueurs face aux « inévitables questions sur les droits de l’homme ». Pour d’autres, « les riches salaires proposés peuvent être trop importants pour être refusés ». Le Qatar a signé au fil des ans certains des plus gros contrats de sponsoring du sport, et cela s’est « intensifié » à l’approche de la Coupe du monde. La « plus grosse acquisition à ce jour » était David Beckham, copropriétaire d’Inter Miami. L’accord en dollars avec Beckham « s’étend au-delà » de la Coupe du monde. La relation de Beckham avec le Qatar « pourrait susciter des interrogations » pour l’un de ses autres partenaires, Adidas (Le New York Times, 5/2).

READ  Un rapport de l'OBG indique que le Qatar entrave les problèmes économiques de Covid-19

Jacinthe Poulin

"Wannabe fauteur de troubles. Fanatique de la culture pop. Nerd de zombies. Défenseur du bacon à vie. Passionné d'alcool. Accro à la télévision."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Read also x