Les procureurs français désignent un suspect ukrainien dans l’enquête de la Banque centrale libanaise

Les procureurs français désignent un suspect ukrainien dans l’enquête de la Banque centrale libanaise

(Reuters) – Les procureurs français ont déclaré lundi avoir placé une femme ukrainienne liée au gouverneur de la banque centrale du Liban sous enquête officielle dans le cadre d’une enquête transfrontalière sur des allégations de fraude au nom de l’État libanais.

Un porte-parole du parquet national financier de Paris a déclaré qu’Anna Kosakova, dont Riad Salameh a engendré la fille du gouverneur de la banque centrale, selon un acte de naissance consulté par Reuters, est accusée d’aggravation du blanchiment d’argent.

Kosakova, qui a été informée des premières accusations le 14 juin, a dû rendre son passeport et a reçu l’ordre de ne pas quitter la France, a déclaré la porte-parole, confirmant une information du journal en ligne français Mediapart.

L’avocat de Kosakova a déclaré que lui et son client réagiraient très prochainement aux décisions du procureur français.

Salameh, qui n’a pas été désigné comme suspect par les procureurs français mais s’est vu confisquer certains de ses biens immobiliers en France dans le cadre de l’enquête, n’a pas répondu à une lettre sollicitant des commentaires.

Pierre-Olivier Sur, l’avocat français de Salameh, a déclaré que la décision de juin concernant Kosakova « ne change rien ». Il a dit qu’ils attendaient qu’un tribunal français examine leur appel à la confiscation de la propriété.

L’enquête française fait partie d’un effort coordonné des procureurs au Liban, ainsi qu’en Suisse, en Allemagne, au Luxembourg et au Liechtenstein pour déterminer si Salameh a utilisé son poste à la banque centrale, connue sous le nom de Banque du Liban, pour détourner des centaines de millions. dollars de fonds publics.

READ  Les vols de Doha, Qatar à Sofia, Bulgarie, célèbrent 10 ans de succès

Les autorités suisses soupçonnent Salameh et son frère Raja Salameh d’avoir illégalement saisi plus de 300 millions de dollars à la Banque du Liban entre 2002 et 2015 pour blanchir de l’argent en Suisse, selon des documents judiciaires suisses consultés par Reuters.

Dans une interview accordée à Reuters en novembre de l’année dernière, Riad Salameh a nié tout acte répréhensible, affirmant qu’aucun argent de la Banque du Liban ou de fonds publics libanais n’avait été transféré. Une personne proche de Salameh a refusé de commenter.

En Allemagne, les procureurs ont déclaré enquêter sur la possibilité que certains des fonds identifiés par les autorités suisses puissent être utilisés pour acquérir des actifs immobiliers, notamment à Munich.

De leur côté, les procureurs français tentent de déterminer si les frères Salameh ont utilisé une partie de cet argent pour acquérir des biens immobiliers en France, dont une partie d’un immeuble sur les Champs-Elysées, selon des sources proches de l’enquête.

Dans une interview à Reuters, Riad Salameh a déclaré avoir acheté des actifs immobiliers avec son propre argent, qu’il a acquis lorsqu’il travaillait comme banquier d’affaires. Interrogé l’an dernier par les enquêteurs français sur ces acquisitions, Raja Salameh a nié tout acte répréhensible.

L’immeuble des Champs-Élysées a attiré l’attention des procureurs en France ainsi qu’au Liban car, selon les registres de l’entreprise et les contrats de location consultés par Reuters, il abrite un centre commercial géré par Kosakova, dont une partie a été louée par la banque centrale du Liban. .

(Cette histoire a été reformulée pour corriger une faute de frappe au paragraphe 11.)

READ  Pas de vaccin ? Il n'y a pas de café selon la nouvelle loi française sur les virus

(Reportage de David Gautier-Villars) Montage par Angus MacEwan

Nos normes : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Jacinthe Poulin

"Wannabe fauteur de troubles. Fanatique de la culture pop. Nerd de zombies. Défenseur du bacon à vie. Passionné d'alcool. Accro à la télévision."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Read also x