Les pays du Golfe devraient accélérer leur chemin vers l’obtention d’un visa touristique unifié de type Schengen

Les pays du Golfe devraient accélérer leur chemin vers l’obtention d’un visa touristique unifié de type Schengen

Les États membres de l’Union européenne ont obtenu un grand succès dans le développement des secteurs du tourisme et de l’hôtellerie grâce à l’accord unique de Schengen, qui a été lancé dans la seconde moitié des années 1990. Cela faisait suite à un accord conclu au milieu des années 1980 qui représentait un bond en avant, en encourageant les pays non membres de l’UE – la Suisse, la Norvège, l’Islande et le Liechtenstein – à adhérer à l’accord de Schengen.

Dans les années qui ont suivi, ces pays ont réalisé les grands avantages de rejoindre l’espace Schengen. Nous avons précédemment discuté de l’opportunité pour les pays du CCG de s’inspirer de l’exemple de l’Union européenne à travers l’adoption du visa « Pays du Golfe Schengen » pour développer davantage le secteur du tourisme. Il semble y avoir une forte possibilité d’un accord sur un tel visa, motivé par plusieurs facteurs.

Parmi ceux-ci, il y a le développement rapide de l’infrastructure touristique du Golfe, ainsi que l’émergence de certaines villes du Golfe en tant que destinations mondiales distinguées qui attirent des talents et des célébrités du monde de l’art, de la culture et du sport. Bon nombre de ces personnes apprécieront probablement la possibilité de visiter facilement plusieurs pays du Golfe.

Dans le même temps, certains pays du CCG ont récemment fourni des facilités supplémentaires aux visiteurs, en permettant à ceux qui ont un permis de séjour dans l’un des pays du CCG de voyager librement entre les États membres. Cela a conduit à la revitalisation du tourisme du Golfe.

READ  Directeur général de l'IATA : Hamad Airport continue de dominer le monde des aéroports

Victoire du Qatar

La Coupe du monde au Qatar a mis en évidence la faisabilité d’accorder un visa commun grâce à l’application réussie de la carte Haya. Émis par le Qatar pour la Coupe du monde, permettant au porteur d’entrer dans les pays du CCG, puis de se rendre au Qatar pour le tournoi. Cette brève expérience a montré l’importance – et les perspectives – d’approuver la délivrance d’un visa Schengen du Golfe et d’atténuer certaines des préoccupations précédentes liées à l’idée.

Le nombre de touristes venant de l’extérieur des pays du CCG a doublé l’année dernière, atteignant 10 millions de touristes, à l’exclusion du tourisme à l’intérieur des pays du CCG. Cette croissance, à son tour, a contribué à revitaliser le secteur du tourisme, créant plus de visibilité pour la diversité géographique et les nombreux sites archéologiques, musées et lieux de divertissement familial. On s’attend à ce que le nombre de touristes en provenance de l’extérieur des pays du CCG double à nouveau si un visa du Golfe unifié est adopté.

Juste des touristes

Bien que l’espace Schengen du Golfe diffère de la version européenne – qui ne se limite pas aux visas touristiques mais est un accord intégré qui permet une ouverture totale des frontières à la circulation des personnes, des biens et des services – le concept est similaire. Il suit une politique d’ouverture des frontières, considérant tous les pays de l’accord comme une seule zone commerciale et touristique. Alors que les conditions ne sont peut-être pas encore réunies pour que le Golfe franchisse une telle étape vers l’ouverture totale de ses frontières, un accord sur un visa unifié peut être considéré comme une première étape cruciale pour devenir une région sans frontières.

READ  Uber transporte 2,6 millions de passagers à travers le Qatar pendant la Coupe du monde de football

Annuler les offres précédentes du Golfe

Il est nécessaire de souligner certains des problèmes antérieurs qui ont affecté les progrès de la coopération au niveau du Golfe et dont on peut tirer des leçons. Des détails techniques ont parfois entravé le bénéfice des accords signés. Par exemple, le tarif douanier unifié ou l’accord d’union douanière prévoit explicitement la libre circulation des biens et des services entre les pays du CCG.

Cependant, les obstacles imposés par le législateur ont entravé le processus de libre circulation, comme l’exigence que la période d’entrée d’une marchandise dans le pays du Golfe concerné ne dépasse pas deux ans pour permettre sa liberté de circulation. De plus, les procédures de transfert de biens et de services en franchise de droits peuvent être longues et fastidieuses, ce qui limite considérablement les avantages des accords à l’échelle du Golfe une fois qu’ils sont liés par des conditions qui entravent la mise en œuvre.

Il est crucial de veiller à ce que l’accord Schengen du Golfe ne soit pas surchargé d’obstacles intrinsèques, car cela profitera grandement au secteur touristique prometteur du Golfe. Ce secteur gagne un statut plus élevé en raison des investissements importants qui lui sont destinés, avec l’aide de l’infrastructure existante et des différentes options disponibles dans les pays du CCG.

Si l’accord de Schengen du Golfe se poursuit sans complications, le secteur du tourisme dans les six pays connaîtra un bond en avant, créant des milliers d’emplois dans ce secteur à forte intensité de main-d’œuvre. Ce développement augmentera la contribution du tourisme au PIB des pays du CCG, dynamisant ainsi leurs économies.

READ  Où est Carlos Ghosn de The Fugitive sur Netflix ?

Mohamed Al-Asoumi

L’auteur est spécialisé dans les affaires énergétiques et économiques du Golfe.

Emmy Tailler

"Spécialiste du voyage. Érudit typique des médias sociaux. Ami des animaux partout. Ninja zombie indépendant. Passionné de Twitter."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read also x