Les intérêts, et non l’idéologie, guident les relations du Soudan avec la Turquie |

Les intérêts, et non l’idéologie, guident les relations du Soudan avec la Turquie |

ANKARA – Le Soudan tente de corriger le cours de ses relations avec la Turquie et de surmonter une période de près de deux ans d’éloignement politique alors qu’Ankara cherche également à améliorer ses relations avec ses partenaires régionaux, l’Égypte, l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis.

Le chef du Conseil souverain de transition soudanais, Abdel Fattah Al-Burhan, s’est rendu en Turquie, jeudi et vendredi, à l’invitation du président turc Recep Tayyip Erdogan.

Vendredi, Al-Burhan a tenu une réunion à Ankara, à laquelle assistait le vice-président turc Fuat Aktay, avec des hommes d’affaires et des investisseurs. Le président soudanais a exprimé sa confiance dans la possibilité de porter le volume des échanges avec la Turquie à deux milliards de dollars.

Dans ses relations avec la Turquie, le Soudan suit les traces de l’amélioration de ses relations avec le Qatar. Les relations avec Doha ont connu des développements majeurs à la suite du sommet d’Al-Ula en Arabie saoudite en janvier dernier, qui a redéfini le cours des relations entre le Qatar et le Quatuor arabe.

Des observateurs disent qu’Al-Burhan était préoccupé par les résultats de la visite de son adjoint, le lieutenant-général Mohamed Hamdan Dagalo, en Turquie avant la fin du mois de mai dernier, au cours de laquelle il a obtenu un soutien matériel et moral et un accord avec Ankara pour signer des accords. . en dehors de ses pouvoirs officiels.

On raconte qu’Al-Burhan craignait que la démarche de son adjoint ne conduise à des spéculations sur l’existence d’un conflit entre eux ou qu’Ankara soit en mesure d’établir des relations privilégiées avec Dagalo.

READ  Patrick Dupond, ballerine française Vertuoso, décède à 61 ans

Les observateurs ajoutent que le chef du Conseil souverain veut contrôler les affaires étrangères, notamment dans le traitement des grands dossiers, même s’il est prêt à laisser certains détails au gouvernement de transition.

La visite d’Al-Burhan coïncide avec des changements clairs dans le discours turc concernant ses positions idéologiques. Ankara a réduit son niveau de soutien aux islamistes au Soudan, ce qui rend le Conseil de souveraineté moins conservateur sur la coopération et plus disposé à rechercher des domaines d’intérêt commun entre la Turquie et le Soudan sur la base d’intérêts stratégiques.

membre le Conseil De Partenaires de la période de transition dans un SoudanYoussef Mohamed Zein a souligné que la visite vise à mettre un terme aux problèmes préoccupants qui ont empêché l’établissement de relations normales entre les deux pays. Au sommet de ces questions se trouve le soutien d’Ankara au mouvement islamique au Soudan. Il a déclaré qu’il existe une tendance au Conseil de souveraineté à exiger la cessation de ce type de soutien en échange de la facilitation des opportunités d’investissement pour la Turquie au Soudan.

Bien que la visite d’Al-Burhan ait été axée sur l’économie, les questions de sécurité et politiques ne peuvent être ignorées alors que Khartoum cherche à trouver un équilibre entre le désir d’Ankara de poursuivre les investissements au Soudan et le désir de Khartoum de s’assurer qu’il n’y a pas de menaces de sécurité de la part de la Turquie.

Le porte-parole de la Coalition arabe pour le Soudan, Suleiman Sari, a déclaré que les discussions sur l’établissement de relations diplomatiques normales avec la Turquie doivent attendre un peu car Ankara abrite un certain nombre d'”ennemis de la révolution soudanaise” appartenant aux Frères musulmans. Il a souligné qu’il y a des investisseurs turcs au Soudan qui sont recherchés chez eux, mais ils n’ont pas été extradés.

READ  Le ministre des Affaires étrangères du Qatar en visite en Iran après le voyage de Blinken dans le Golfe et la prise de contrôle des talibans

Il a expliqué à Al-Arabi Weekly que le silence officiel soudanais vis-à-vis de l’intervention turque soulève plusieurs questions et indique qu’il existe des partis au sein de l’Autorité intérimaire soudanaise soucieux de protéger les intérêts turcs.

Parmi ses nombreuses autres considérations, Khartoum veut éviter la confrontation avec Ankara et la persuader de réduire son soutien à l’Éthiopie, rival régional du Soudan.

Les analystes estiment que le président du Conseil de souveraineté essaie également de tirer parti des initiatives régionales et internationales pour réaliser des gains politiques et économiques qui pourraient renforcer son emprise sur le pouvoir dans son pays et des relations harmonieuses avec son pays à l’étranger.

Jacinthe Poulin

"Wannabe fauteur de troubles. Fanatique de la culture pop. Nerd de zombies. Défenseur du bacon à vie. Passionné d'alcool. Accro à la télévision."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read also x