Les États-Unis et l’Iran expriment leur pessimisme quant à la relance de l’accord nucléaire

Le drapeau iranien est hissé devant le siège de l’Agence internationale de l’énergie atomique à Vienne, en Autriche, le 23 mai 2021. REUTERS/Leonard Voyager // Photo d’archive

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à reuters.com

VIENNE/STOCKHOLM (Reuters) – Les États-Unis et l’Iran ont semblé pessimistes jeudi sur les chances de relancer l’accord nucléaire iranien de 2015, Washington déclarant qu’il n’avait aucune raison d’être optimiste et Téhéran remettant en question la détermination des négociateurs américains et européens. .

Le secrétaire d’État américain Anthony Blinken a déclaré aux journalistes à Stockholm : « Je dois vous dire que les récents mouvements, la dernière rhétorique, ne nous donnent pas beaucoup de raisons… L’Iran agira de bonne foi.

Blinken a fait ces remarques après que l’Iran a soumis aux puissances européennes circulant entre les responsables américains et iraniens à Vienne des projets de levée des sanctions et des engagements nucléaires, à un moment où les puissances mondiales et Téhéran cherchent à rétablir l’accord en lambeaux.

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à reuters.com

“Nous sommes allés à Vienne avec une détermination sérieuse, mais nous ne sommes pas optimistes quant à la volonté et l’intention des États-Unis et des trois parties européennes à l’accord”, a déclaré les médias iraniens citant le ministre iranien des Affaires étrangères Hossein Amirabadalahyan. Conversation téléphonique avec son homologue japonais.

Et tandis que Blinken a déclaré qu'”il n’est pas trop tard pour que l’Iran fasse marche arrière et s’engage de manière significative”, il semblait que les deux parties pourraient chercher à éviter le blâme si les pourparlers échouent.

READ  Le Royaume-Uni pourrait retarder la levée des mesures Covid le 21 juin en raison de la variable delta

Ces déclarations sont intervenues au quatrième jour des pourparlers indirects entre les États-Unis et l’Iran sur le retour complet des deux pays à l’accord, en vertu duquel l’Iran a limité son programme nucléaire en échange de l’assouplissement des sanctions économiques américaines, de l’Union européenne et des Nations Unies. .

Les pourparlers ont repris lundi après une interruption de cinq mois concernant l’élection par l’Iran d’un extrémiste anti-occidental à la présidence.

L’Agence internationale de l’énergie atomique des Nations Unies a déclaré mercredi que l’Iran avait commencé à produire de l’uranium enrichi avec des centrifugeuses avancées dans son usine de Fordow creusée dans une montagne, érodant davantage l’accord nucléaire lors des pourparlers avec l’Occident pour le sauver. Lire la suite

“Ce que l’Iran ne peut pas faire, c’est maintenir le statu quo de la construction de son programme nucléaire pendant qu’il ralentit les pourparlers. Cela n’arrivera pas”, a déclaré Blinken aux journalistes à Stockholm, une référence possible à ce développement.

Il n’était pas clair si Blinken avait été informé des dernières propositions des Iraniens lorsqu’il a fait ses remarques.

“Nous leur avons remis deux avant-projets (…) ils doivent bien sûr vérifier les textes que nous leur avons donnés. S’ils sont prêts à poursuivre les pourparlers, nous sommes à Vienne pour poursuivre les pourparlers”, a déclaré le négociateur en chef iranien sur le nucléaire. Ali Bagheri Kani a déclaré aux journalistes dans la capitale autrichienne.

Un diplomate européen à Vienne a confirmé la livraison des projets de documents.

Dans le cadre de l’accord, Téhéran a limité son programme d’enrichissement d’uranium, une voie potentielle vers les armes nucléaires, bien que l’Iran affirme qu’il ne recherche l’énergie atomique civile qu’en échange d’un allégement des sanctions économiques.

READ  Une mariée se bat pour atteindre son marié après être tombée dans la tragédie des Rohingyas au Myanmar

Mais en 2018, le président américain de l’époque, Donald Trump, a abandonné l’accord, le qualifiant de trop souple avec l’Iran, et a réimposé des sanctions américaines sévères, incitant Téhéran à enfreindre les restrictions nucléaires inscrites dans l’accord.

“Nous voulons lever toutes les sanctions en même temps”, a déclaré Bagheri aux journalistes. Il a déclaré qu’une proposition iranienne sur la façon de vérifier la levée des sanctions – la priorité absolue de Téhéran dans les pourparlers – serait remise aux parties européennes à une date ultérieure.

Un haut diplomate européen a estimé mardi que 70 à 80 % d’un projet d’accord visant à sauver l’accord de 2015 avait été finalisé lors de la dernière rencontre entre l’Iran et les puissances mondiales en juin, bien qu’il ne soit pas clair si Téhéran reprendrait les pourparlers là où ils s’étaient arrêtés.

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à reuters.com

(Reportage de Parisa Hafezi à Vienne et Humira Pamuk à Stockholm ; Reportage supplémentaire de Doina Chiaco et Simon Lewis à Washington. Écriture de Parisa Hafezi et Arshad Muhammad. Montage par Peter Graf, Mark Heinrich, Margarita Choi et Daniel Wallis

Nos critères : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Désiré Faure

"Evangéliste du café sans aucune excuse. Fanatique du Web. Nerd d'Internet. Geek de Twitter."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read also x