Les entreprises australiennes ne sont pas les seules. Les partis de gauche reviennent

Les entreprises australiennes ne sont pas les seules.  Les partis de gauche reviennent

Un aspect des élections fédérales de mai a été étrangement ignoré : la victoire des travaillistes suit un modèle parmi les principaux partis de centre-gauche en Europe et dans des pays similaires. Les partis traditionnels sociaux-démocrates et travaillistes réapparaissent, et ils occupent désormais des positions (seuls ou en coalition) à travers le Pays scandinaves et en Allemagne, en Espagne, au Portugal et en Nouvelle-Zélande.

Là où les discussions sur la crise de la gauche ont dominé la dernière décennie, le débat se tourne de plus en plus vers Crise de droite.

L’image n’est pas uniforme bien sûr. Certains pays ont vu la disparition virtuelle du principal parti de centre-gauche. On pourrait appeler çaBasukification», après la forte perte de soutien du parti grec PASOK, mais elle s’étend à d’autres parties de l’Europe.

Le parti travailliste néerlandais, autrefois dominant, est arrivé sixième aux élections de l’année dernière, avec seulement 5,7 % des voix. Le principal parti de gauche français, le Parti socialiste, est tombé à seulement 6,4 % au premier tour de l’élection présidentielle de 2017 et à seulement 1,7 % cette année.

Pendant ce temps, le Parti travailliste britannique a perdu les élections de 2010, 2015, 2017 et 2019. Malgré la toxicité entourant le gouvernement conservateur, le leader travailliste Keir Starmer est toujours debout. impopulaire Il est peu probable de gagner Prochaines élections.

En Belgique et en Italie, la situation de la gauche est moins sombre, bien que ses principaux partis soient loin d’être dominants. très Le système fragmenté de la Belgiqueles partis socialistes flamand et wallon font partie des Sept (Oui, Sept !) »Alliance VivaldiLe Parti démocrate italien fait partie de l’actuel gouvernement d’union nationale dirigé par Draghi et, plus récemment, il a pris ses fonctions de Premier ministre.

READ  Arsenal a toujours des activités de transfert inachevées le jour de la date limite: Arteta

Hors d’Europe, il a été témoin de la nouvelle « marée rose » en Amérique du Sud, par exemple, 35 ans Gabriel Borek Gagner l’élection présidentielle au Chili.

Pourquoi rebondis-tu ?

Certains facteurs communs nous aident à comprendre le retour partiel à gauche.

Premièrement, la part des voix des principaux partis de centre-droit et de centre-gauche a diminué dans la plupart de ces pays, mais le centre-gauche peut encore accumuler une majorité là où le système électoral le permet.

Le taux de vote primaire record du Parti travailliste australien de 32,6 % fait partie de cette tendance, les partis de centre-gauche en Norvège, en Suède et en Espagne obtenant désormais entre 25 % et 30 % des voix. Même lorsque les partis obtiennent des parts de vote plus importantes (comme au Portugal), ils ont généralement besoin de partenaires de coalition. Cependant, les partis de centre-gauche restent un incontournable dans de nombreux systèmes de partis et ont trouvé des moyens de revenir au pouvoir.

Une campagne sans chaos : le chancelier allemand Olaf Schulz.
Philippe Singer/EPA

Deuxièmement, les partis de centre-gauche revitalisés – dont le parti travailliste d’Anthony Albanese – partagent des positions politiques communes. Nous pourrions résumer cela comme une stratégie de « retour aux sources », avec un accent clair sur l’amélioration des salaires et des conditions, la sécurité de l’emploi et la revitalisation des institutions publiques.

La victoire d’Albanese est parallèle à celle d’Olaf Schultz, dirigé par les sociaux-démocrates.alliance arc-en-cielEn Allemagne. commentateur Son descriptif :

Scholz a mené une campagne organisée basée sur des promesses simples : un salaire minimum plus élevé, des pensions stables, des logements plus abordables et une économie neutre en carbone.

Les sociaux-démocrates ont (modérément) cherché à reconstruire les institutions publiques. Les sociaux-démocrates danois se sont engagés à augmenter les dépenses publiques et la protection sociale en 0,8 % par an pendant cinq ans. Le gouvernement travailliste néo-zélandais Jacinda Ardern a Augmenter le salaire minimum. Antonio Costa La dernière majorité Le gouvernement portugais s’est construit sur une coalition unie pour tenter de renverser les mesures d’austérité qui ont suivi la crise de la zone euro.

READ  Ayala est classée deuxième aux Championnats de France Juniors Internationaux

Caractéristiques communes…

Cette « nouvelle » social-démocratie simplifiée comporte plusieurs éléments entrelacés. Premièrement, les gouvernements entrants ont capturé l’ambiance, amplifiée par la pandémie, selon laquelle les gouvernements de centre-droit ont négligé les biens publics essentiels.

Deuxièmement, ces gouvernements de centre-gauche se sont éloignés des politiques de « troisième voie » associées à des dirigeants tels que Bill Clinton et Tony Blair. tel qu’indexé par iciLes partis de centre-gauche ont basculé vers la gauche depuis les années 1990 et 2000. De nombreux manifestes partisans se concentrent à nouveau sur la lutte contre les inégalités et l’augmentation des dépenses sociales.

Premier ministre finlandais Sanna Marin
Social-démocratie moderne : la Première ministre finlandaise Sanna Marin au sommet de l’UE à Bruxelles le mois dernier.
Olivier Matisse/AFP

Troisièmement, les partis de centre-gauche se « verdissent » progressivement. Beaucoup cherchent à intégrer les énergies renouvelables dans leurs programmes industriels et manufacturiers revitalisés.

Comme Albanese et ses collègues le savent, il s’agit d’un exercice d’équilibre délicat, visant à protéger les employés des industries à forte intensité de combustibles fossiles tout en fixant des objectifs climatiques modestes. Cet « équilibre » semble atteindre le point idéal électoral en attirant la demande publique d’action tout en dissipant les inquiétudes quant à la rapidité de la transition – même si les objectifs ne le font pas. suivre la science.

La dernière composante est la « féminisation » des partis de longue date. Beaucoup récoltent les fruits des luttes des femmes parlementaires, alliées et féministes pour améliorer la représentation. Ce n’est pas un hasard si quatre des cinq premiers ministres de centre-gauche actuels en Scandinavie sont des femmes. Les partis de centre-gauche semblent modernes et représentatifs, et la plupart d’entre eux ont une forte politique de genre, en particulier sur des questions telles que l’écart de rémunération entre les sexes.

READ  La Chine rejette la nécessité d'une enquête plus approfondie de l'OMS sur l'origine du coronavirus

… et une différence importante

Il convient de noter qu’il existe une différence essentielle entre le Parti travailliste australien et ses pairs émergents. Plusieurs partis de centre-gauche en Europe se sont fermement engagés à investir dans leurs propres États-providence, en partie pour faire leurs adieux. chauvinisme du luxe Un rival de la droite radicale. En Nouvelle-Zélande, le gouvernement Ardern a annoncé un nouveau régime d’assurance-chômage.

La dynamique semble différente en Australie, et le Parti travailliste semble voir peu de valeur électorale à passer de « décentL’agenda du bien-être.

Une leçon importante pour le Labour est que dans presque tous les cas au niveau international, le centre-gauche a dû apprendre à gouverner en partenariat avec d’autres acteurs majeurs. Ce sera un problème urgent pour Albanese car il gère un record record dans les deux chambres. Il peut même décider combien de temps le parti de centre-gauche australien régnera.

Jacinthe Poulin

"Wannabe fauteur de troubles. Fanatique de la culture pop. Nerd de zombies. Défenseur du bacon à vie. Passionné d'alcool. Accro à la télévision."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Read also x