Les EAU se débattent avec une nouvelle loi pour attirer les femmes dans les conseils d’administration des entreprises | Actualités des affaires et de l’économie

Les EAU se débattent avec une nouvelle loi pour attirer les femmes dans les conseils d’administration des entreprises |  Actualités des affaires et de l’économie

Obtenir plus de femmes dans les conseils d’administration des EAU n’a jamais été facile, et les chiffres après l’entrée en vigueur d’une nouvelle règle pour renforcer leur présence le confirment.

Depuis que l’État a annoncé le 15 mars que les sociétés cotées devraient avoir au moins un membre du conseil d’administration, seules quatre des 23 personnes ajoutées à de tels rôles dans les entreprises des deux principales bourses des Émirats arabes unis sont des femmes, selon les données compilées par Bloomberg. Et cela ne bouge guère l’aiguille dans un pays où environ 96% de ces postes sont occupés par des hommes.

Pour Fatima Hussain, la seule femme au conseil d’administration du groupe logistique basé à Dubaï Aramex, la lenteur des progrès témoigne de la mentalité culturelle qui empêche les femmes de jouer de tels rôles. Le ressortissant émirati, qui est également le directeur du capital humain chez Tecom Group, une unité de Dubai Holding investissement souverain, a déclaré que les femmes – en particulier issues de milieux conservateurs – évitent les emplois qui pourraient nécessiter de rester tard ou d’interagir avec des collègues masculins.

“Je rencontre beaucoup de monde, et parfois une candidate doit demander la permission à ses parents pour accepter une offre parce qu’il y a tellement d’hommes”, a déclaré Hussain, qui a rejoint le conseil d’administration d’Aramex après l’annonce de la publication dans un journal local. .

Le contexte social impose une bataille acharnée pour l’égalité des sexes, même là où les femmes émiraties représentent 70% de tous les diplômés universitaires. Alors que les femmes représentent environ les deux tiers des travailleurs du secteur public, seules 30% occupent des postes de direction, selon les données du Conseil pour l’équilibre entre les sexes des EAU. Un rapport de JPMorgan Chase & Co. l’année dernière a montré qu’il n’y avait pas de «données claires» sur l’emploi des femmes aux EAU, mais il a estimé que leur participation à la main-d’œuvre est faible, même par rapport à des voisins comme l’Arabie saoudite, le Koweït et le Qatar.

READ  La société informatique française ATOS rachète trois autres sociétés, enregistrant une baisse des ventes au premier trimestre | Reuters | Affaires

C’est ce contexte qui conduit le conseil d’administration des Émirats arabes unis à menacer d’imposer des sanctions aux entreprises qui ne se conforment pas. C’est une décision sans précédent pour le Moyen-Orient, et elle intervient à un moment où la région du Golfe, riche en pétrole – qui a longtemps compté sur le pétrole brut pour soutenir son économie d’un billion de dollars – cherche à diversifier le vivier de talents qui en profite au niveau mondial. la dépendance vis-à-vis du pétrole et du gaz diminue. La Banque mondiale estime que le taux d’activité des femmes dans la région MENA est le plus bas du monde.

Donner des dents

Les EAU veulent montrer qu’ils prennent au sérieux sa nouvelle décision. La Securities and Commodities Authority de Bloomberg a déclaré dans une réponse écrite aux questions que les sanctions pour les entreprises qui ne se conforment pas peuvent aller d’avertissements à des amendes, voire des renvois aux procureurs. Un porte-parole de la Securities and Commodities Authority a déclaré que les entreprises seront tenues de divulguer la représentation au conseil d’administration dans les rapports annuels.

Depuis l’annonce de la base, Emaar Properties, le plus grand développeur de Dubaï, la société de télécommunications, Abu Dhabi National Oil Company for Distribution, une unité du géant pétrolier ADNOC, et Dana Gas ont nommé des femmes à leurs conseils d’administration.

Les quotas de genre ont fait leurs preuves dans d’autres régions du monde. En France, par exemple, les femmes occupent au moins 40% des postes de direction dans les grandes entreprises, en conséquence directe d’une loi votée en 2011 dans laquelle un quota a été imposé progressivement pour faire passer la participation des femmes de 20% en 2014 à 40% en 2017 L’Allemagne, qui a eu un piètre bilan en matière de conduite d’entreprises féminines, a présenté cette année un projet de loi exigeant qu’au moins une femme siège aux conseils d’administration des sociétés cotées.

READ  Les influenceurs disent avoir été exhortés à critiquer le vaccin Pfizer

Rasha Al Khawaja, responsable de la distribution et du développement chez Equitativa Group, basé à Dubaï, a déclaré que la décision de SCA était “vraiment nécessaire”. “Les femmes ont fait un énorme bond en avant dans le monde de l’entreprise au cours de la dernière décennie, mais leur émergence n’a pas nécessairement suivi, et donc peu d’entre elles ont encore atteint le niveau de la salle de conseil”.

Elle a dit que l’état d’esprit qui place les femmes dans le fonds du principal dispensateur de soins «doit changer». Tant que cela ne se produira pas, l’égalité ne sera pas atteinte. Changer les mentalités prend des générations. “

Mohamed Hamadeh, PDG d’Amanat Holding Company, qui a nommé deux femmes à son conseil d’administration avant même la nouvelle loi, a déclaré que les barrières culturelles sont moins restrictives qu’elles ne l’étaient auparavant.

«J’ai vu l’évolution au cours des 10 dernières années et elle est devenue beaucoup plus diversifiée», a-t-il déclaré. “Je ne pense pas qu’il sera difficile de définir des femmes qualifiées. Il y a tellement de grandes réalisations qui ont accompli beaucoup, que ce soit au niveau local, régional ou même international, et elles peuvent ajouter beaucoup de valeur aux sociétés cotées.”

Base basse

La pression vient également des investisseurs, qui poussent les entreprises sur des questions environnementales, sociales et de gouvernance, ou ESG. Les entreprises progressent, avec First Abu Dhabi Bank PJSC, la plus grande banque du Golfe, qui embauche cette année Hana Al Rostamani comme PDG du groupe.

«La vérité est que nous sommes partis d’une base très basse», a déclaré Diana Wilde, cofondatrice d’Aurora50, une entreprise sociale basée aux Émirats arabes unis qui se concentre sur la création de salles de conseil équilibrées entre les sexes. Par rapport aux États-Unis, où il y a au moins une femme dans chaque conseil d’administration du S&P 500, ou au Royaume-Uni où les femmes occupent plus de 34% des postes au conseil d’administration du FTSE 350, «c’est très bas», a-t-elle déclaré.

READ  Bistro propose une cuisine d'inspiration française | Affaires

Jacinthe Poulin

"Wannabe fauteur de troubles. Fanatique de la culture pop. Nerd de zombies. Défenseur du bacon à vie. Passionné d'alcool. Accro à la télévision."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read also x