Les décideurs français s’inquiètent de la participation d’une entreprise chinoise dans le port de Hambourg – Eurasia Review

Les décideurs français s’inquiètent de la participation d’une entreprise chinoise dans le port de Hambourg – Eurasia Review

Écrit par Oliver Noyan et Théo Borgerie-Gons

(EuroActivLa décision de Berlin de donner à la compagnie maritime chinoise Cosco une participation minoritaire de 25% dans le port de Hambourg a suscité les critiques des décideurs politiques français, qui exigent un front uni contre la création de dépendances entre l’Union européenne et la Chine.

Les radiodiffuseurs publics allemands NDR et WDR ont révélé le 20 octobre que le géant chinois du transport maritime Cosco était sur le point de prendre une participation minoritaire dans le port maritime de Hambourg malgré la résistance de plusieurs ministères allemands.

Le port est le plus grand d’Allemagne et le deuxième de l’Union européenne pour les porte-conteneurs, et donc un lieu majeur pour les flux commerciaux dans l’Union européenne.

À la suite de l’invasion de l’Ukraine par la Russie, de l’avertissement de l’Union européenne sur la création de nouvelles dépendances et des appels de la Commission à protéger les infrastructures critiques du bloc, les décideurs français ont critiqué la décision de l’Allemagne de vendre la participation à la société chinoise.

« Je suis consternée par la décision allemande », a déclaré à EURACTIV la députée du Parti majoritaire Anne Jeanette, qui représente les citoyens français vivant en Chine.

Il a ajouté qu’investir dans les infrastructures critiques était « le moyen le plus efficace pour la Chine de faire avancer ses intérêts en Europe ».

Invité par EURACTIV à commenter la décision allemande et si de nouveaux investissements chinois dans les infrastructures critiques sont attendus en France, le ministère français du Commerce international a déclaré qu’il « n’avait pas encore de réponse suffisamment détaillée » et n’a fait aucun commentaire. En outre.

READ  Des écoliers australiens se joignent à la manifestation mondiale contre le climat

Dangers pour la souveraineté économique de l’Union européenne

La refonte des dépendances commerciales et économiques de l’Europe avec la Chine était au centre des longues discussions des dirigeants européens lors de la dernière réunion du Conseil européen les 20 et 21 octobre à Bruxelles.

Quatorze ports européens ont des sociétés chinoises comme actionnaires, dont six par le biais de participations majoritaires.

China Merchant Ports Corporation (CMP), un autre conglomérat chinois, détient des participations minoritaires dans trois ports français, une situation qui, selon Jeanette, doit être « traitée avec une extrême prudence ».

« Les députés français n’apprécient pas la façon dont la diplomatie chinoise fonctionne dans la pratique », a déclaré Jeanette, avertissant que la décision stratégique de Cosco à Hambourg et la propagation de l’influence chinoise plus généralement dans les infrastructures critiques européennes pourraient « limiter la souveraineté économique d’un pays ».

En octobre 2021, un rapport de l’Institut français de stratégie militaire, IRSEM, concluait que « les pressions économiques étaient de loin l’un des leviers diplomatiques les plus puissants pour la Chine » en Europe.

« La décision allemande va à l’encontre du récit actuel de l’UE selon lequel il doit y avoir un « recalibrage » de la dépendance économique entre l’UE et la Chine », a déclaré Elvir Fabri, chercheur principal à la Fondation Jean Jaurès, à EURACTIV.

Cela contraste fortement avec le maintien d’un front uni par la France, a-t-elle déclaré, ajoutant que « la France a fait pression pour une législation européenne sur la liquidation des IDE. [in 2020]. « 

Mathieu Duchatel, directeur du programme Asie à l’Institut français Montaigne, a déclaré à EURACTIV qu’un mécanisme similaire a été inscrit dans la loi française en 2019 – mis en place de manière « sur mesure pour la Chine ».

READ  La Nouvelle-Calédonie élit le candidat indépendantiste Luis Mapu à la présidence

De plus, l’annonce récente que le chancelier allemand Olaf Schulz devait se rendre en Chine vendredi 4 novembre a ajouté à la frustration croissante.

« L’Allemagne est un navire qui coule », a déclaré à EURACTIV une source française proche du dossier.

Conflits d’alliance

L’accord controversé sur le port de Hambourg a également déclenché un débat en Allemagne sur l’influence chinoise. Alors que le Parti social-démocrate au pouvoir et son conseiller Olaf Schulz soutiennent largement l’accord, le Parti vert et le Parti libéral-démocrate ont vivement critiqué cette décision.

La secrétaire d’État Annalina Barbuk a été parmi les critiques les plus sévères. Selon elle, la société chinoise Cosco ne devrait « pas du tout participer » au port de Hambourg.

La Chine interdit aux entreprises étrangères de pouvoir investir dans ses infrastructures et interdit aux entreprises d’être actives en Chine […]. Et puis on permet tout ça dans notre pays ? La ministre allemande des Affaires étrangères, Annalena Barbock, a déclaré ARD Le dimanche. « C’est une distorsion absolue de la concurrence », a-t-elle ajouté.

De plus, le ministre libéral des Finances, Christian Lindner, a proposé une nouvelle loi pour limiter l’étendue de l’influence chinoise en Allemagne. Puisque Pékin essaiera de créer des dépendances, a déclaré Lindner, « la loi sur le commerce extérieur doit être modifiée ». Funk Media Group.

Il a ajouté que « le ministère des Finances a pris une initiative en ce sens à l’occasion de l’affaire COSCO ».

Bien que Lindner n’ait donné aucun détail sur ce que ce nouveau cadre juridique pourrait impliquer, cette décision semble également avoir des partisans au sein du SPD.

« Quand il s’agit de numérisation, quand il s’agit d’infrastructures critiques, quand il s’agit de la question de l’intelligence artificielle, des données et des ordinateurs quantiques, parmi toutes ces questions, la Chine n’a pas à être là en Europe », a déclaré Lars Klingbeil, chef du SPD, dimanche. .

READ  Prix ​​des voyageurs d'affaires 2021 - Voyageurs d'affaires

Jacinthe Poulin

"Wannabe fauteur de troubles. Fanatique de la culture pop. Nerd de zombies. Défenseur du bacon à vie. Passionné d'alcool. Accro à la télévision."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Read also x