Les campagnes électorales au Qatar filmées sur les réseaux sociaux avant le vote

Les campagnes électorales au Qatar filmées sur les réseaux sociaux avant le vote

Alors que des banderoles et des panneaux d’affichage remplissent les rues de Doha et au-delà, certains candidats ont préféré utiliser les médias sociaux pour faire avancer leurs campagnes, avec le hashtag « Qatar Shura Council Elections » se propageant sur Twitter.

Les élections prévues le 2 octobre sont les premières au Qatar [AFP/Getty]

Les campagnes électorales au Qatar font rage dans les rues ainsi que sur les réseaux sociaux, alors que le petit émirat du Golfe se prépare pour ses premières élections législatives prévues la semaine prochaine.

Alors que des banderoles et des panneaux d’affichage remplissent les rues de Doha et au-delà, certains candidats ont préféré utiliser les médias sociaux pour faire avancer leurs campagnes, avec le hashtag « Qatar Shura Council Elections » se propageant sur Twitter.

Les journaux locaux font même des offres aux candidats pour les persuader de promouvoir leurs campagnes électorales dans leurs publications, leurs sites Web et leurs pages de médias sociaux.

Environ 30 pour cent de tous les candidats ont jusqu’à présent eu recours à cette tactique.

Les offres comprennent la publication d’informations sur le candidat, la couverture médiatique, la publicité, la création de contenu, la gestion de comptes de réseaux sociaux, etc. Les prix de ces services ont oscillé entre 150 000 et 500 000 rials qataris pendant un peu plus de deux semaines, soit la durée de la campagne électorale.

Bien qu’aucune statistique officielle ne soit disponible pour les utilisateurs de médias sociaux au Qatar, on pense que plus de 50 pour cent des quelque 2,8 millions de personnes vivant dans le pays ont des comptes sur diverses plateformes de médias sociaux. Snapchat est à l’avant-garde de la population jeune.

READ  Dans la bulle française de la mode et de la technologie

Les Qataris éliront 30 membres de l’organe de 45 sièges le 2 octobre, tandis que l’émir Cheikh Tamim bin Hamad Al Thani continuera de nommer les 15 membres restants.

Le conseil a le pouvoir législatif et approuve les politiques générales de l’État et le budget. Il exercera également un contrôle sur l’exécutif, à l’exception des organes qui définissent les politiques de défense, de sécurité, d’économie et d’investissement.

Les élections d’octobre ont suscité une controverse sur l’inclusion électorale après que certains membres de la tribu des mollahs se sont retrouvés inéligibles au vote en vertu d’une loi limitant le vote aux Qataris dont les familles étaient dans le pays avant 1930.

Le Qatar, petit mais riche producteur de gaz qui organise déjà des élections municipales, interdit les partis politiques comme les autres États arabes du Golfe.

Jacinthe Poulin

"Wannabe fauteur de troubles. Fanatique de la culture pop. Nerd de zombies. Défenseur du bacon à vie. Passionné d'alcool. Accro à la télévision."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read also x