L’équipe canadienne de basketball féminin des moins de 23 ans bat la France et remporte l’or au Globl Jam

Alia Edwards a célébré ses fans et a posé pour des photos alors qu’elle sortait du stade du Matami Sports Center avec ses coéquipières dimanche, tenant son trophée MVP du tournoi.

Le Canada avait facilement battu la France 78-60 quelques instants plus tôt lors du premier Globl Jam.

Présenté comme un pont entre les programmes nationaux pour les jeunes et les adultes, ainsi qu’une occasion rare pour les Canadiens de jouer au basketball à la maison, le tournoi U-23 était également une fête à venir d’Edwards et des étoiles montantes Merissa Russell, Shayna Billington et Shy Day Wilson. .

« C’était incroyable », a déclaré Edwards. « C’était formidable pour une grande partie de la communauté de sortir pour regarder le basketball féminin. Le basketball féminin se développe ici au Canada, et c’est formidable pour les gens de venir voir ce que nous avons, nous pouvons être dominants, nous pouvons être agressif sur le court.

« Je parlais à [friends and family] À quel point je leur suis reconnaissante, qu’ils voient à quel point je suis personnelle, c’est génial », a-t-elle ajouté en riant.

Day Wilson a marqué 19 points et fourni neuf passes décisives, tandis que l’attaquant du Connecticut Husky Edwards a ajouté 13 points et sept rebonds. L’attaquant de Louisville Russell a marqué 11 points tandis que le garde de l’Arizona Billington a terminé avec 10.

« Pour nous, les joueurs universitaires, pouvoir jouer à la maison est formidable pour nous parce que les gens sont habitués à essayer de trouver un [broadcast] « C’est donc formidable d’avoir un réel avantage sur les courts locaux et de se sentir aimé », a déclaré Edwards, qui a eu 20 ans la veille.

READ  Raab s'envole pour le Qatar pour discuter de la "priorité absolue" pour un passage en toute sécurité depuis l'Afghanistan

L’Université Baylor, représentant les États-Unis, a affronté le Brésil dans la finale masculine plus tard dimanche après avoir battu le Canada 93-87 la nuit précédente.

Les Canadiennes sont allées 3-0 en ronde préliminaire, battant la Belgique, la France et les États-Unis, représentés par le Virginia Commonwealth. Ils ont écrasé les Américains 85-60 en demi-finale samedi.

« Je pense que c’est incroyable », a déclaré Russell, le joueur de 20 ans d’Ottawa. « La chose la plus importante pour moi, j’étais tellement excitée de jouer contre mon père, parce que ça fait longtemps à cause du COVID. Ils ne m’ont pas vu jouer et beaucoup de gens ne peuvent pas nous regarder jouer. [college] réseau. C’est difficile à faire.

« Nous en avons parlé : aucun de nous n’a joué à domicile en portant le Canada, n’est-ce pas ? C’est incroyable, nous sommes si fiers, nous avons remporté le titre de la ligue et je suis tellement excité.

Le Canada menait 19-16 après un quart, mais le lancer d’Yvonne Eggem à la fin de la deuxième demie a plafonné les Canadiennes 13-3, ce qui les a soulevées de 13 points. Ils sont entrés en première mi-temps par 37-25.

Le Canada a continué de l’affronter en deuxième demie. Billington avait une avance de 58-43 avec un quart à jouer, Billington a pu jouer avec 8:25 à jouer, ce qui a donné une avance de 22 aux Canadiens et tout était fini.

La Canadienne Yvonne Eggem, à gauche, monte dans un panier contre la France dimanche. (Jojo Yangyao Qian/HO-Canada Basketball/La Presse canadienne)

Edwards, Russell, l’attaquant de Louisville et l’arrière de l’Arizona Billington faisaient partie de l’équipe canadienne aux Jeux olympiques de Tokyo l’été dernier, et ils participeront au premier camp du Canada à la fin juillet à New York. Le Canada jouera deux matchs hors-concours contre l’Australie, en préparation pour la Coupe du monde cet automne.

Ils espèrent que la performance de cette semaine a fait une déclaration sur leurs futurs rôles du côté plus grand.

« Bien sûr, » dit Edwards. « Ce n’est qu’un aperçu de ce à quoi ressemblera la prochaine génération. Elle a moins de 23 ans, elle pourrait donc jouer un rôle important dans les rôles seniors de l’équipe nationale. Je pense que cela a montré que nous pouvons être dominants à ce niveau et chez les femmes seniors. niveau. »

‘Ce n’est que le commencement’

Le nouvel entraîneur du Canada, Victor Lapina, a siégé sur le terrain à tous les matchs du Canada.

« Je suis très excitée par l’avenir du basketball féminin au Canada parce que ce n’est que le début », a déclaré Russell.

Carly Clark, entraîneur-chef féminin des moins de 23 ans et assistante adjointe de la première équipe, a déclaré que le tournoi avait été fantastique pour la croissance continue d’Edwards & Co, en vue de la Coupe du monde et au-delà des Jeux olympiques de Paris 2024.

« Il y a beaucoup de choses auxquelles vous devez faire face lorsque vous jouez à domicile lors d’un événement comme celui-ci », a déclaré Clark. «Il y a des distractions tout autour, il y a des pressions pour performer et ils y ont fait face.

« En rassemblant toutes ces pièces, ce sont les choses que vous devez faire sur une scène de Coupe du monde ou sur la scène olympique. Vous devez être capable de donner le meilleur de vous-même quand il se passe tant de choses autour de vous. Je pense que notre équipe géré cela parfaitement, excellent. « 

Clark a donné un grand coup de pouce à la cérémonie d’ouverture.

« C’était incroyable, a dit Clark. C’était juste de classe mondiale toute la semaine. »

Le PDG de Canadian Basketball, Mike Bartlett, a déclaré que l’événement, qui reviendra à Toronto l’été prochain, est un excellent moyen de se connecter avec les futures étoiles du jeu.

« Je pense que cela va vraiment conduire ce programme, et l’effet d’entraînement de cela au cours des 10 à 15 prochaines années lorsque certains d’entre eux devront parfois prendre des décisions pour jouer pour nous ou non », a déclaré Bartlett. « Nous sommes dans un endroit où nous créons un fichier [strong] relation avec eux. »

Canada Basketball rêve de faire de Globl Jam la version basketball du Championnat mondial de hockey junior, en tant que source de revenus et plateforme pour accroître l’audience du jeu au Canada.

Le tournoi n’a peut-être pas attiré les foules que les organisateurs espéraient – la plupart des matchs du Canada ont vu le Matami Sports Centre manquer de moitié. Mais Bartlett a déclaré que la communauté du basket-ball l’avait adopté. Les spectateurs du tournoi incluent: Scotty Barnes, la recrue NBA du Nouvel An des Raptors de Toronto, le garde d’Oklahoma City Shay Gilgus Alexander, les dirigeants des Raptors Masai Ujiri et Bobby Webster, les membres de l’équipe féminine de basket-ball et la star olympique de la natation Benny Oleksiak.

Bartlett a déclaré que l’IBF était satisfaite de l’événement et que les équipes visiteuses ont déclaré qu’elles aimeraient revenir l’été prochain.

Le Championnat canadien 3×3, organisé conjointement avec le Globl Jam, a attiré de grandes foules à l’aréna Yonge-Dundas à proximité.

Antoinette Lefurgey

"Entrepreneur indépendant. Communicateur. Joueur. Explorateur. Praticien de la culture pop."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Read also x