L’émissaire français déclare que la France fournira un abri aux migrants de Calais | nouvelles | DW

Les migrants évacués des camps temporaires de la ville française de Calais se verront offrir un endroit pour les héberger plutôt que d’être laissés à errer dans les rues, a déclaré mardi Didier Lecce, chef du bureau français de l’immigration.

“Nous proposerons systématiquement des logements (pour les migrants)”, a déclaré l’émissaire à l’AFP.

Les autorités françaises démolissent régulièrement des tentes de migrants dans la ville portuaire du nord, avec des centaines de personnes campant sous des ponts ou dans les bois en attendant une chance de traverser la Manche pour la Grande-Bretagne.

Souvent, ils reçoivent peu d’avertissement et sont obligés d’aller de l’avant avec nulle part où se tourner.

Plus d’expulsions soudaines

Lesche a déclaré à l’AFP que les migrants se verraient désormais offrir un autre lieu de séjour – non pas à Calais mais ailleurs dans le nord des Hauts-de-France.

Il a également déclaré qu’il n’y aurait “plus d’expulsions soudaines” et que les migrants auraient plus de temps – “environ 45 minutes” – pour récupérer leurs affaires.

L’annonce est intervenue au milieu d’une grève de la faim d’un prêtre âgé de Calais à propos du traitement des étrangers sans abri dans la ville.

Interdire une autre “forêt”

Calais abritait autrefois un bidonville connu sous le nom de “La Jungle”. Jusqu’à 10 000 migrants y vivaient avant que la police ne le démolit en 2016.

Le gouvernement français tient à empêcher qu’un autre camp tentaculaire n’émerge à sa place.

On estime que 2 000 personnes, dont au moins 300 enfants non accompagnés, séjournaient dans et autour des camps de Calais et des environs à la mi-2021, selon des organisations humanitaires.

READ  "Quatrafino" est le test de moto le plus rapide du Qatar - SuperbikePlanet

Human Rights Watch : la police française coupable de « pratiques abusives »

Dans un rapport publié le mois dernier, Human Rights Watch a accusé la police française de maltraiter les migrants en démolissant leurs tentes, en les forçant à errer dans les rues et en confisquant leurs biens.

“Les autorités mènent ces pratiques abusives dans le but principal de forcer les gens à déménager, sans s’occuper de leur statut d’immigration ou de la pénurie de logements, ou de dissuader les nouveaux arrivants”, indique le rapport.

Montée aux franchissements de la Manche

Les immigrés venus du Moyen-Orient, d’Asie et d’Afrique ont longtemps utilisé le nord de la France comme tremplin pour gagner la Grande-Bretagne, soit en s’entassant dans des camions, soit dans de petites embarcations organisées par des passeurs.

Les autorités disent que les camps de migrants doivent être évacués car ils sont un refuge pour les passeurs qui facturent des prix exorbitants pour leurs services.

Selon les statistiques des garde-côtes français, 15 400 personnes au total ont tenté de traverser le canal au cours des huit premiers mois de cette année, soit une augmentation de 50 % par rapport à l’ensemble de 2020.

nm/jsi (AFP, LUSA, AP)

Léonard Lachapelle

"Future teen idol. Pionnier hardcore de Twitter. Evangéliste de voyage d'une humilité exaspérante."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read also x