L’Egypte accueille favorablement l’invitation du Qatar | Nouvelles arabes

L’Egypte accueille favorablement l’invitation du Qatar |  Nouvelles arabes

AMMAN : Un ancien chef de la cour royale jordanienne et un autre homme comparaîtront cette semaine devant la Cour de sûreté de l’État pour leur rôle présumé dans un complot visant à “déstabiliser le pays”.

Le procureur général du pays a confirmé les charges retenues contre Sharif Hassan bin Zaid et Bassem Awadallah, l’ancien chef de la cour royale.

Tous deux sont accusés de travailler avec le prince Hamzah, l’ancien prince héritier.

Dans l’acte d’accusation, dont une copie a été vue par Arab News, Awadallah et Bin Zaid ont été accusés de “tentative de saper le régime, la sécurité et la stabilité du pays”, ainsi que “d’incitation à la sédition”.

Le 2 juin, ils ont été déférés à la Cour de sûreté de l’État, qui entend les affaires liées au terrorisme et à la sûreté de l’État. Le procès devrait commencer la semaine prochaine.

Awadallah et Bin Zaid ont été arrêtés le 3 avril avec 15 autres personnes soupçonnées d’être impliquées dans l’affaire, dont le prince Hamzah. Les autorités jordaniennes ont déclaré qu’Awadallah, Bin Zeid et le prince Hamzah tentaient de déstabiliser la Jordanie en coopérant avec des « entités étrangères ».

L’intervention du prince Hamzah au sein de la famille hachémite a été dissoute sur les instructions de son demi-frère, le roi Abdallah II. La Cour royale jordanienne a publié une lettre signée par le prince Hamzah dans laquelle il a prêté allégeance au roi Abdallah et a souligné qu’il agirait “toujours pour le bien de Sa Majesté le roi et de son prince héritier pour assistance et soutien”.

READ  Rencontrez Jellyfishbot, le robot qui adore manger les déchets marins

L’acte d’accusation dans l’affaire Fitna indiquait qu’il y avait suffisamment de preuves pour prouver « qu’il existe un lien étroit » entre le prince Hamzah et les accusés, Awadallah et bin Zaid.

Elle a également déclaré que ben Zaid avait recommandé Awadallah au prince Hamzah pour les aider à mobiliser un soutien extérieur dans leur complot visant à renverser le régime et à installer le prince Hamzah sur le trône.

Les charges ont indiqué que les trois hommes se réunissaient régulièrement au domicile d’Awad Allah, qui aurait “encouragé l’émir à intensifier ses rencontres avec des notables et des chefs tribaux”.

L’acte d’accusation indiquait que le prince Hamzah était alors passé à la soi-disant « phase de critique ouverte » et avait commencé à attaquer les institutions nationales et à les accuser d’incompétence.

Les accusations affirment également que le prince Hamzah a utilisé la tragédie de l’hôpital pour mobiliser les Jordaniens et attiser la colère du public contre l’État.

Sept patients COVID-19 sont décédés en mars à l’hôpital général de New Salt, au nord-ouest de la capitale Amman, lorsque l’approvisionnement en oxygène de l’hôpital a échoué.

L’incident a exaspéré le public, forçant le ministre jordanien de la Santé de l’époque, Nazir Obeidat, à démissionner.

L’acte d’accusation comprenait un certain nombre de SMS qu’Awadallah, Bin Zaid et le prince Hamzah se sont envoyés au cours du mois de mars, quelques jours avant l’annonce de l’affaire.

Le 13 mars, Awadallah a envoyé un message via WhatsApp à Bin Zaid dans lequel il a déclaré : « Il est temps pour lui ». Le même jour, le prince Hamzah a écrit à Bin Zaid : « Il y a une autre personne qui dit : « Allez-y », et cette dernière a répondu : « Cette (tragédie médicale) est considérée comme l’étincelle.

READ  Diplomatie climatique italienne, innovation verte à AgriteQ-EnviroteQ

Avant les rassemblements prévus pour le 24 mars, les procureurs ont déclaré que ben Zeid avait envoyé un SMS au prince Hamzah pour l’avertir : “A partir de maintenant, il ne devrait pas y avoir que des mots, il doit y avoir du leadership”.

Des militants affiliés au mouvement jordanien uni, le Hirak, ont appelé à une marche nationale pour commémorer le 10e anniversaire des manifestations de masse de l’opposition en 2011 organisées par le Mouvement de la jeunesse du 24 mars.

Bin Zaid a envoyé un autre message au prince Hamzah l’exhortant à « saisir l’opportunité, peut-être pas aujourd’hui ni demain, mais je suis sûr que cela n’arrivera pas en juin, par exemple. Dieu est à vos côtés.”

Dans un autre SMS adressé au prince Hamzah, Bin Zaid a déclaré : « Les choses arrivent mon ami, et comme l’homme (Awad Allah) l’a encore dit le jour dernier, la chose arrivera plus tôt que vous ne le pensez.

Jacinthe Poulin

"Wannabe fauteur de troubles. Fanatique de la culture pop. Nerd de zombies. Défenseur du bacon à vie. Passionné d'alcool. Accro à la télévision."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read also x