Le syndicat tunisien appelle à la grève nationale sur les salaires et l’économie

Le syndicat tunisien appelle à la grève nationale sur les salaires et l’économie

Beyrouth : Lundi, les autorités libanaises ont commencé à enlever les barrières en béton autour du bâtiment du parlement du pays après que d’anciens manifestants ont élu des parlementaires.

Des mesures de sécurité ont été prises alors que des manifestations antigouvernementales massives ont éclaté en 2019. Elles seront assouplies après l’élection de dizaines de nouveaux réformistes à la législature de 128 membres, dont certains ont pris part au mouvement de protestation. .

Certains des nouveaux députés avaient appelé à l’abolition des restrictions avant d’assister à la première session du nouveau parlement.

Et le ministre de l’Intérieur Bassam Mawlawi a assisté au début des travaux hier après-midi.

Une déclaration du bureau du président du Parlement, Nabih Berri, a déclaré que le nettoyage se terminera avant la prochaine session du Parlement.

Cette décision intervient après l’élection de 15 députés du groupe Forces for Change qui ont manifesté dans les rues autour du Parlement, en plus d’un certain nombre de députés indépendants.

Le député de Beyrouth Ibrahim Mneimneh a déclaré à propos des forces du changement : « Il n’y a pas besoin de barrières placées autour de la maison du peuple, car c’est pour le peuple. Ce sont des barrières inutiles. »

Il a déclaré que la décision de Berri était le résultat de la prise de conscience par les forces dirigeantes traditionnelles de leur « déclin de popularité, alors elles ont décidé de répondre aux demandes populaires ».

Le représentant Waddah Sadiq, un ancien manifestant, a déclaré que les clôtures autour du Parlement sont un mur de séparation. Sadiq Hazin, « La Chambre des représentants représente aujourd’hui ceux qui appellent au changement, ils ont donc décidé d’alléger les procédures. »

READ  Le compte financier du Qatar restituera le "excédent" cette année à la suite de la "reprise" des prix du pétrole: EIU

Sadiq a déclaré que les crises économiques et de vie « se multiplient et que les gens peuvent à nouveau se retrouver dans un état de rejet. Nous avons besoin de pression pour y faire face ».

Il a déclaré que le gouvernement précédent n’avait pris aucune mesure corrective efficace.

Le député a déclaré que le plan approuvé par le gouvernement n’inclut pas la reprise ni l’économie. « Par conséquent, nous entrons dans une étape difficile et nous serons du côté du peuple. »

Le représentant Elias Jarada, ophtalmologiste de la ville méridionale d’Ibl al-Saqi, surnommé « Docteur des pauvres », a déclaré que « la Chambre des représentants est la maison du peuple, et il n’y a pas de murs séparant les représentants de la nation ».  » et citoyens. »

Il a déclaré que toutes les barrières qui empêchent les gens d’entrer sur la place Nejmeh doivent être supprimées avant que les députés ne soient invités à une session.

Ali Hamdan, conseiller médias du président du Parlement, a déclaré à Arab News : « Ces mesures ne sont pas le signe d’une confiance excessive. Au contraire, des élections ont eu lieu et les résultats ont amené des représentants des manifestants au Parlement.

« Ces gens font partie de la rue », a-t-il dit, « et vous pourriez les appeler un mouvement, un soulèvement ou un changement. »

Il a déclaré que le président de la Chambre des représentants avait décidé de prendre une mesure pour réduire les mesures de sécurité, mais que « cela ne sera pas complètement levé autour du Parlement ».

Il a déclaré que certains au Liban craignaient toujours des revers en matière de sécurité.

READ  La course coûteuse au Sénat du Nevada entre l'avortement et l'économie

Il a ajouté : « Il y a des crises successives, dont celle du dollar des douanes et la hausse des prix des télécoms, et nous avons été témoins de ce qui s’est passé en Grèce et à Chypre.

La zone autour du bâtiment a été modifiée avec des murs en béton qui fermaient toutes les routes menant à la place Nejmeh.

Les hôtels de la région ont fermé à la suite des dégâts causés par chaque vague de protestations populaires visant le Parlement depuis le 17 octobre 2019.

Les institutions, commerces et commerces ont quitté le quartier après que celui-ci soit devenu plus difficile d’accès. La zone s’est transformée en une ville fantôme à cause des coupures de courant et de l’absence de personnes.

Les réunions du Parlement y ont été suspendues après l’explosion du port de Beyrouth le 4 août 2020, qui a endommagé le bâtiment.

Le Parlement a temporairement déplacé ses réunions au Palais de l’UNESCO, situé à l’ouest et au sud de la capitale.

Bien que le site temporaire fournisse un auditorium spacieux, des sièges confortables et une distanciation sociale comme requis pendant la pandémie, il ne fournissait pas le vote électronique des députés ni la liste électronique des présences des députés.

Beshara Asmar, chef de la Confédération générale du travail, a déclaré qu’il craignait que « des discussions futiles ne se poursuivent à mesure que les crises deviennent plus complexes ».

Jacinthe Poulin

"Wannabe fauteur de troubles. Fanatique de la culture pop. Nerd de zombies. Défenseur du bacon à vie. Passionné d'alcool. Accro à la télévision."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Read also x