Le Qatari Nasser Mohammed tire la sonnette d’alarme sur la Coupe du monde

Né et élevé au Qatar, je suis maintenant médecin et je vis à San Francisco.

Cette année de la Coupe du Monde de la FIFA, je prends la parole contre l’homophobie et je pense que nous devrions tous le faire aussi.

J’ai été élevé dans une communauté et une famille musulmanes très conservatrices. Je n’avais pas accès à Internet. Je n’avais pas accès aux médias occidentaux et n’avais aucune vision des personnes LGBT autour de moi.

Quand j’étais un jeune adolescent, j’ai réalisé que j’étais différent de la plupart des gens. Je ne savais pas comment décrire ma différence avec ceux qui m’entouraient, et il n’y avait tout simplement pas de canal pour discuter de ce que je vivais. Je pensais que ce serait quelque chose que je ferais quand je serais plus vieux et prêt à me marier.

Au Qatar, nous nous marions généralement à la fin de l’adolescence ou au début de la vingtaine, principalement dans des cadres arrangés. J’étais très conservateur quand j’étais adolescent et j’avais très peur de sortir des sentiers battus en général au Qatar.

Certains de mes amis m’ont raconté des histoires sur les forums de discussion en ligne et comment des flics en civil arrêtent des hommes essayant de rencontrer d’autres hommes dans un cadre romantique. J’ai aussi entendu parler de flagellation et de peines de prison.

Je suis resté pour la plupart seul jusqu’à ce que j’entre à l’école de médecine. C’est lors d’un voyage aux États-Unis en 2010 que j’ai réalisé que j’étais gay, que je pouvais choisir de ne pas épouser une femme à la maison et d’être heureux aux États-Unis.

READ  Le Conseil national du tourisme du Qatar forme 6000 chauffeurs de Karwa à l'excellence du service

Ce fut un moment de crise absolue pour moi. Je savais qu’au Qatar, non seulement je serais heureux si je suivais cette voie, mais en fait je serais en danger. Cela allait à l’encontre de ma communauté et de mon éducation religieuse. Je ne pouvais pas comprendre comment cela pouvait être quelque chose qui m’arrivait; J’ai supposé que ce devait être quelque chose que j’avais choisi.

Nasser Mohamed est maintenant médecin à San Francisco et espère que la couverture de la Coupe du monde de football dans son pays d’origine, le Qatar, y abordera les violations des droits des LGBT.
Naser Muhammad

J’ai quitté le Qatar pour le Connecticut en 2011, pour ma résidence post-médicale, et je n’avais aucune intention de revenir. En 2015, j’ai déménagé à San Francisco et j’ai demandé l’asile politique parce que j’avais peur de retourner au Qatar où je continuais à apparaître comme un homme gay. Elle a obtenu l’asile en 2017.

Au cours des 10 dernières années, j’ai soigné la communauté LGBT en ambulatoire et j’ai entendu des histoires du monde entier qui se sont terminées à San Francisco.

Entre la préparation professionnelle et un peu d’activisme LGBT, j’ai beaucoup appris sur ce qui arrive aux autres Qataris LGBTQ. Il y a un effort systématique absolu pour rendre cette question invisible dans la culture qatarienne. Les médias sont contrôlés par le gouvernement et tout contenu gay est retiré. Les écoles n’en parlent pas.

Être une personne LGBT est une infraction pénale dans le système juridique du Qatar, tout comme les relations sexuelles entre deux hommes. Il existe des pratiques de thérapie de conversion parrainées par l’État et aucune psychothérapie de confirmation LGBT n’est proposée.

L’accès à un soutien sensible en matière de santé sexuelle comporte des risques.

Les forces de l’ordre déploient également des efforts systématiques pour trouver et emprisonner les personnes LGBT. Toutes ces histoires sont inédites, en raison des graves répercussions de la parole.

Pour qu’une personne LGBT parle depuis le Qatar, elle doit être prête à perdre tout ce qu’elle a là-bas, y compris sa relation avec sa famille et ses amis. Je suis déjà passé par là, en passant sur la BBC en anglais et en arabe cette année pour mettre en lumière nos problèmes qui sont encore dans l’ombre.

Je suis le premier Qatari LGBT que je connaisse à sortir en public.

Le Qatar se prépare à accueillir la Coupe du monde de football cette année. De nombreuses inquiétudes concernant les violations des droits de l’homme font surface.

En sortant, j’espère faire la lumière et apporter mon soutien à la communauté LGBT au Qatar.

La réputation et l’image du Qatar sont actuellement dessinées par la FIFA et David Beckham en tant que visage officiel de l’événement, comme étant bienvenu.

Cependant, les responsables qatariens continuent de persécuter la communauté LGBT et disent à la presse étrangère que « les amoureux LGBT sont les bienvenus ». Cependant, nous ne sommes pas les bienvenus chez nous.

L’émergence de la communauté LGBT locale au Qatar et l’exposition à leur traitement sont absolument essentielles pour nous aider à continuer à obtenir l’asile lorsque nos vies sont menacées.

L’apparence est également un élément essentiel de la promotion des droits de l’homme au fil du temps. Je fais ma part pour parler, et je commence à pétition Pour protester avec environ 50 000 partisans jusqu’à présent.

Je demande aux individus et aux organisations de prendre la parole et de dire quelque chose cette année. Le silence n’est pas seulement bénéfique, il nous est en fait nocif. Améliorez ma voix avec votre voix et aidez-nous à dire « L’amour n’est pas un crime ».

Nasir Muhammad sur Instagramet il Gère le site Web LGBTRightsQatar.org.

Léonard Lachapelle

"Future teen idol. Pionnier hardcore de Twitter. Evangéliste de voyage d'une humilité exaspérante."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Read also x