Le Qatar et le Royaume-Uni discutent de la Coupe du Monde de la FIFA 2022 et renforcent la coopération médiatique

Le Qatar et le Royaume-Uni discutent de la Coupe du Monde de la FIFA 2022 et renforcent la coopération médiatique

Le président tunisien Kais Saied a déclaré que la Tunisie « est entrée dans une nouvelle phase », mardi, avec une nouvelle constitution qui est presque certaine d’être approuvée par référendum, avec la quasi-totalité des pouvoirs concentrés dans son bureau.
Le référendum de lundi a eu lieu un an après le lendemain de la destitution du gouvernement par Saïd et de la suspension du Parlement, portant un coup majeur à la seule démocratie qui a émergé après les soulèvements du printemps arabe de 2011.
Il ne faisait guère de doute que la campagne du « Oui » gagnerait, et un sondage a montré que les suffrages exprimés – à peine un quart des 9,3 millions d’électeurs – étaient massivement favorables.
La plupart des opposants à Saied ont appelé au boycott, et bien que le taux de participation ait été faible, il était supérieur aux nombres impairs auxquels s’attendaient de nombreux observateurs – au moins 27,5 % selon la commission électorale contrôlée par Saied.
Said a annoncé que « la Tunisie est entrée dans une nouvelle phase », après s’être adressé aux partisans de la célébration dans le centre de la capitale tunisienne, quelques heures après la fermeture des bureaux de vote.
« Ce que le peuple tunisien a fait (…) est une leçon pour le monde et une leçon pour l’histoire à une échelle sur laquelle se mesurent les leçons de l’histoire », a-t-il déclaré.
Le Front de salut national, une coalition des principaux opposants à Saied, a déclaré que le projet de constitution serait inclus dans un « coup d’État » et que « 75% des Tunisiens ont refusé d’accepter un projet de coup d’État ».
Said, un professeur de droit de 64 ans, a dissous le parlement et pris le contrôle du pouvoir judiciaire et de la commission électorale le 25 juillet de l’année dernière.
Ses opposants affirment que ces mesures visent à consolider un régime autoritaire plus d’une décennie après la chute du dictateur Zine El Abidine Ben Ali, tandis que ses partisans disent qu’elles sont nécessaires après des années de corruption et de troubles politiques.

READ  Un protocole d'accord entre l'Institut international des comptables agréés et le Qatar Financial Center ouvre la voie à l'exportation de services comptables vers le Qatar

Un sondage « Oui » réalisé par la télévision d’Etat a montré que « réformer le pays et améliorer la situation » ainsi que « soutenir Kais Saied/son projet » étaient leurs principales motivations pour soutenir la constitution.
Et 13 % se disent « convaincus de la nouvelle constitution ».
Des groupes de défense des droits et des experts juridiques ont averti que le projet accorde à la présidence des pouvoirs étendus et incontrôlés, lui permet de nommer un gouvernement sans l’approbation du Parlement et rend sa destitution presque impossible.
Said Benarbia, directeur régional de la Commission internationale des juristes, a déclaré à l’AFP que la charte « accorde au président presque tous les pouvoirs et lui enlève tout contrôle sur son pouvoir ».
Il a ajouté : « Il n’y a plus aucune garantie qui puisse protéger les Tunisiens des exactions de Ben Ali ».
Saeed a menacé à plusieurs reprises ses ennemis au cours des derniers mois, diffusant des sermons vidéo contre des ennemis anonymes qu’il appelle des « germes », des « serpents » et des « traîtres ».
Lundi, il a promis que « tous ceux qui ont commis des crimes contre le pays seront tenus responsables de leurs actes ».
L’expert tunisien Youssef Sharif a tweeté mardi que « la plupart des gens ont voté pour l’homme ou contre ses adversaires, mais pas pour son document ».
L’analyste Abdellatif Hanachi a déclaré que les résultats signifiaient que Saïd « peut désormais faire ce qu’il veut sans tenir compte de personne d’autre ».
La question est maintenant de savoir quel est l’avenir des partis et des organisations d’opposition ?
En plus de remodeler le système politique, le vote de lundi a été considéré comme un baromètre de la popularité personnelle de Saïd, près de trois ans après qu’un parti politique extérieur a remporté la première élection présidentielle démocratique directe en Tunisie.
Sur les 7 500 électeurs interrogés, 92 à 93 % étaient dans le camp du « oui », a déclaré Hassan al-Zarkouni, chef du groupe Sigma Council qui a fourni le jour du scrutin.
Il a déclaré à l’AFP que la participation, attendue autour de 22%, était « très bonne » étant donné qu’environ deux millions de personnes ont été automatiquement inscrites sur les listes électorales depuis les élections législatives de 2019.
La participation aux élections a progressivement diminué depuis la révolution de 2011, passant d’un peu plus de la moitié lors d’un scrutin parlementaire quelques mois après l’éviction de Ben Ali à 32 % en 2019.
Zargouni a déclaré que ceux qui ont voté « oui » lundi l’ont fait principalement pour « remettre le pays sur les rails et améliorer la situation ».

READ  Le Qatar cible 25% des transports publics électriques d'ici 2022: USQBC

Jacinthe Poulin

"Wannabe fauteur de troubles. Fanatique de la culture pop. Nerd de zombies. Défenseur du bacon à vie. Passionné d'alcool. Accro à la télévision."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Read also x