Le Qatar arrête des travailleurs qui protestaient contre les retards de salaire avant la Coupe du monde

Le Qatar arrête des travailleurs qui protestaient contre les retards de salaire avant la Coupe du monde

Dubaï, Émirats Arabes Unis — Un groupe de défense a déclaré que le Qatar avait récemment arrêté au moins 60 travailleurs étrangers qui avaient protesté pendant des mois sans salaire et expulsé certains d’entre eux, trois mois seulement avant que Doha accueille la Coupe du monde de football 2022.

Cette décision intervient alors que le Qatar fait face à un examen international intense de ses pratiques de travail avant le tournoi. Comme d’autres États arabes du Golfe, le Qatar est fortement dépendant de la main-d’œuvre étrangère. La manifestation des travailleurs il y a une semaine – et la réaction du Qatar à celle-ci – pourrait ajouter à l’anxiété.

Le chef d’un cabinet de conseil en droit du travail enquêtant sur l’incident a déclaré que les arrestations jetaient de nouveaux doutes sur les promesses du Qatar d’améliorer le traitement des travailleurs. « Est-ce que cette réalité ressort vraiment ? », s’est interrogé Mustafa Kadri, PDG du groupe Equidem.

Dans une déclaration à l’Associated Press dimanche soir, le gouvernement qatari a reconnu qu' »un certain nombre de manifestants ont été arrêtés pour avoir enfreint les lois sur la sécurité publique ». Il a refusé de fournir des informations sur les arrestations ou les expulsions.

Des séquences vidéo publiées en ligne montrent environ 60 travailleurs en colère contre leurs salaires manifestant le 14 août devant les bureaux de Doha d’Al-Bandari International Group, un conglomérat qui comprend la construction, l’immobilier, les hôtels, les services de restauration et d’autres projets. Equidem a déclaré que certains manifestants n’avaient pas été payés depuis sept mois.

Les manifestants ont coupé un carrefour sur le troisième périphérique de Doha, devant la tour Al-Shumoukh. Les images correspondaient à des détails bien connus de la rue, notamment la présence de plusieurs images géantes de l’émir au pouvoir du Qatar, le cheikh Tamim bin Hamad Al Thani, regardant les passants.

READ  Abonnez-vous pour lire | temps financier

Le groupe international Al-Bandari, qui est une société privée, n’a pas répondu aux demandes de commentaires et un numéro de téléphone en son nom n’a pas été atteint lors de plusieurs tentatives pour le contacter.

Le gouvernement qatari a reconnu que l’entreprise n’avait pas payé les salaires et que son ministère du Travail paierait « tous les salaires et avantages en retard » aux personnes concernées.

« La société faisait déjà l’objet d’une enquête de la part des autorités pour non-paiement des salaires avant l’incident, et d’autres mesures sont actuellement prises après l’expiration du délai de règlement des salaires impayés », a déclaré le gouvernement.

Qadri a déclaré que la police a ensuite arrêté les manifestants et les a détenus dans un centre de détention où certains ont décrit avoir été exposés à une chaleur étouffante sans climatisation. La température de Doha cette semaine a atteint environ 41 degrés Celsius (105,8 degrés Fahrenheit).

Qadri a décrit la police disant aux détenus que s’ils pouvaient se mettre en grève par temps chaud, ils pourraient dormir sans climatisation.

Un travailleur détenu, qui a appelé Equidem depuis le centre de détention, a décrit jusqu’à 300 collègues du Bangladesh, d’Égypte, d’Inde, du Népal et des Philippines. Il a dit que certains d’entre eux ont reçu des salaires après la manifestation, tandis que d’autres n’en ont pas reçu. Ses commentaires n’ont pas pu être confirmés.

Le Qatar, comme d’autres États arabes du Golfe, a par le passé expulsé des travailleurs étrangers protestataires, liant les visas de résidence à l’emploi. Le droit de former des syndicats reste étroitement contrôlé et n’est disponible que pour les Qataris, tout comme le droit de réunion limité du pays, selon le groupe Freedom House basé à Washington.

READ  France Malvar inspire la vie intentionnelle

Le Qatar, un petit pays riche en énergie de la péninsule arabique, abrite le réseau d’information par satellite Al Jazeera, financé par l’État. Cependant, l’expression dans le pays est toujours étroitement contrôlée. L’année dernière, le Qatar a détenu, puis expulsé, un agent de sécurité kenyan qui a écrit et parlé publiquement des problèmes des travailleurs migrants dans le pays.

Depuis que la FIFA a attribué le tournoi au Qatar en 2010, le pays a pris des mesures pour réformer les pratiques d’embauche du pays. Cela comprend l’élimination du soi-disant système de parrainage, qui lie les travailleurs à leurs employeurs, qui ont demandé s’ils pouvaient quitter leur emploi ou même quitter le pays.

Le Qatar a également adopté un salaire mensuel minimum de 1 000 riyals qatariens (275 dollars) pour les travailleurs, ainsi que des allocations de nourriture et de logement requises pour les employés qui ne les reçoivent pas directement de leurs employeurs.

Des militants comme Qadri Al Doha ont demandé que davantage soit fait, en particulier lorsqu’il s’agit de s’assurer que les travailleurs sont payés à temps et sont protégés contre les employeurs abusifs.

« Le Qatar nous a-t-il tous trompés ces dernières années ? », a demandé Al-Qadri. , notant que les réformes récentes ont peut-être servi de « couverture » aux autorités pour permettre la poursuite des pratiques commerciales en vigueur.

La Coupe du monde débute en novembre au Qatar.

———

L’écrivain d’Associated Press John Gambrel à Dubaï, aux Émirats arabes unis, a contribué à ce rapport.

———

Suivez Malak Harb sur Twitter à www.twitter.com/malakharb.

Jacinthe Poulin

"Wannabe fauteur de troubles. Fanatique de la culture pop. Nerd de zombies. Défenseur du bacon à vie. Passionné d'alcool. Accro à la télévision."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Read also x