Le propriétaire doit démolir un manoir de luxe de 3 millions de dollars parce qu’il a été construit près de la route

Un juge a ordonné la démolition d’une maison de luxe de 3 millions de dollars à Québec, Canada, qui a été construite il y a moins de dix ans – et la ville locale devra payer pour cela.

La décision est la plus récente d’une saga juridique de près de huit ans qui a commencé lorsque la maison a été construite près de la rue, violant les lois de zonage de Gatineau.

La décision du juge annule une exception que la ville avait accordée au propriétaire dans le but de garder le manoir tel quel.

Dans sa décision cette semaine, le juge de la Cour suprême du Québec, Michel Denel, a déclaré que le propriétaire Patrick Molla avait toutes les raisons de croire que sa maison répondait aux exigences du code du bâtiment lorsque la ville lui a accordé des permis de construire en mai 2013, Presse Canadienne mentionné.

Mais en septembre de la même année, la ville a découvert que le responsable de l’urbanisme qui avait approuvé les permis avait fait une erreur en autorisant la construction de la maison, située à environ 23 pieds de la rue. Les maisons doivent être construites à au moins 51 pieds de la rue, conformément aux réglementations locales.

Les responsables de la construction à Gatineau ont fait une erreur lorsqu’ils ont approuvé les plans de construction de la maison de Mola (photo), et ont ensuite tenté de l’excuser. La décision du juge annule cette exemption, affirmant qu’il s’agissait d’un abus de pouvoir

Un juge de la Cour supérieure du Québec a déclaré cette semaine que le manoir de 3 millions de dollars que le propriétaire Patrick Molla (photo) a construit il y a près de huit ans devra être démoli car il est si proche de la rue.

Un juge de la Cour supérieure du Québec a déclaré cette semaine que le manoir de 3 millions de dollars que le propriétaire Patrick Molla (photo) a construit il y a près de huit ans devra être démoli car il est si proche de la rue.

Au lieu de dire au mollah d’arrêter la construction de la maison, la ville l’a laissé passer à autre chose, lui disant que le problème serait réglé. En février 2014, la famille de Molla a emménagé dans la maison et lui a accordé en juillet 2014 une « dérogation mineure » pour maintenir sa conformité.

La décision de Denel annule l’exemption de Gatineau et dit qu’il n’y aura probablement pas d’autre choix que de la démolir.

Il s’est rangé du côté de voisins qui se sont plaints que la propriété n’était pas conforme au reste du quartier, et a fait valoir que l’exemption de la ville équivalait à un abus de pouvoir illégal.

“S’il avait connu le danger éventuel de démolition, il n’aurait pas continué à libérer Project Mall le 25 septembre 2013”, a déclaré Denel dans sa décision.

“Le rassurant que cette erreur technique sera corrigée avec une légère dérogation aux frais de la ville, il continue d’investir son” fonds de pension “dans sa maison avec environ 3 millions de dollars.

La ville avait demandé au tribunal de ne pas ordonner la démolition de la maison, mais Denell a noté qu’elle n’avait proposé aucune alternative.

Le juge a noté que les responsables de la ville avaient donné de faux espoirs au mollah en disant que la construction de sa maison pouvait aller de l'avant.  Al-Mulla poursuit la ville séparément pour 3,6 millions de dollars

Le juge a noté que les responsables de la ville avaient donné de faux espoirs au mollah en disant que la construction de sa maison pouvait aller de l’avant. Al-Mulla poursuit la ville séparément pour 3,6 millions de dollars

Sebastian Gileno, un avocat représentant les voisins qui se sont plaints, a déclaré que ses clients étaient heureux. “Ils sont satisfaits de la décision”, a-t-il déclaré dans un courriel à la presse canadienne. “Ils demandent que leur vie privée soit respectée.”

« Je comprends la frustration lorsque cela a été construit », a déclaré une voisine, Claudine Gagnon, « mais après longtemps, je me sens aussi mal pour le propriétaire » Nouvelles de CTV.

“Personne n’était heureux quand il a été construit, donc si cela se produit, je pense qu’il y a quelques personnes de plus ici que d’être simplement heureux”, a déclaré le voisin Mike Bird.

Séparément, en 2019, le mollah a poursuivi Gatineau pour 3,6 millions de dollars en dommages-intérêts, affirmant que les autorités municipales l’avaient induit en erreur et connaissaient les conséquences potentielles s’ils laissaient la construction se poursuivre.

Il réclame 2,9 millions de dollars en coûts de construction ainsi que plus de 600 000 $ en dommages à la réputation de Mola et aux inconvénients pour la famille de Mola.

Dans cette poursuite, Gatineau a soutenu que les sous-traitants de construction embauchés par le mollah étaient à blâmer pour l’erreur en ne respectant pas les règlements locaux dans les plans de construction. L’issue de ce procès est en attente.

L’avocat de Mola n’a pas immédiatement répondu à une demande de commentaire.

READ  L'ambassadeur du Myanmar auprès des Nations Unies est expulsé après un discours anti-coup d'État alors que l'armée intensifie sa répression contre les manifestants

Gatineau a 30 jours pour en appeler de la décision.

“Notre service juridique est en train de tout analyser, et donc aucun commentaire ne sera fait sur le dossier”, a indiqué la ville à la presse canadienne.

Désiré Faure

"Evangéliste du café sans aucune excuse. Fanatique du Web. Nerd d'Internet. Geek de Twitter."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read also x