Le président par intérim de la Bolivie fait face à un mandat d’arrêt pour terrorisme et sédition | Bolivie

L’ancien président par intérim de la Bolivie fait face à un mandat d’arrêt pour terrorisme et incitation à la sédition alors que les procureurs agissent contre les responsables qui ont soutenu l’éviction de l’ancien président. Evo MoralesSon parti – qui est maintenant de retour au pouvoir – le considère comme un coup d’État.

Janine Anez, qui dirigeait une administration conservatrice qui a pris le pouvoir après la démission de Morales en novembre 2019, a déclaré que «la persécution politique avait commencé».

Vendredi, Ones a déclaré que le mouvement vers le Parti socialiste au pouvoir “avait décidé de revenir à la méthode des dictatures”.

L’annonce fait suite à des mandats d’arrêt émis jeudi contre l’ancien commandant des forces armées et de la police, qui a exhorté Morales à démissionner au milieu des manifestations nationales contre sa réélection, que les opposants ont insisté sur le fait d’avoir été forgées.

Alvaro Coimbra, qui a été ministre de la Justice sous Nez, a déclaré sur Twitter qu’il faisait également face à un mandat d’arrêt et que l’un de ses adjoints avait été arrêté.

Après près de 13 ans à la présidence, Morales s’est envolée en exil en novembre 2019 à l’invitation de la police et des chefs militaires, et Ones, qui était à plusieurs échelons sur la ligne de succession, a pris le pouvoir lorsque ses supérieurs ont également démissionné.

Les autorités intérimaires elles-mêmes ont tenté de poursuivre Morales Et des membres éminents de son gouvernement, les accusant de truquer les élections et de réprimer illégalement l’opposition.

Mais Le parti de Morales a de nouveau remporté les élections sous la direction de son successeur choisi, Louis ArsEt l’ancien chef est rentré chez lui.

READ  Deux coups de COVID sont efficaces contre la variante indienne - English Health Authority

La Société permanente indépendante pour les droits de l’homme en République démocratique du Congo (RDC) a condamné la décision d’arrêter l’ancien général William Kaliman et l’ancien chef de la police Evan Calderon. Bolivie, Un groupe qui a émergé à l’origine pour affronter les dictatures militaires dans les années 1970 et 1980.

Les alliés et les opposants de Morales affirment avoir été victimes de persécutions meurtrières avant ou après avoir été forcé de démissionner.

Caliman et Calderon ont soutenu que seule la démission de Morales peut calmer la nation polarisée. Clément, que Morales avait nommé, fut remplacé peu après le départ de la gauche.

Également sous enquête, Luis Fernando Camacho, gouverneur élu de la province de Santa Cruz, qui a été un partisan majeur des efforts visant à expulser Morales. Ni lui ni Nez n’ont encore fait l’objet de mandats d’arrêt. Les efforts officiels pour interroger Camacho ont été interrompus jeudi lorsqu’un grand groupe de ses partisans est apparu dans la salle d’audience.

Désiré Faure

"Evangéliste du café sans aucune excuse. Fanatique du Web. Nerd d'Internet. Geek de Twitter."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read also x