Le président du Mexique veut que les investisseurs mexicains rachètent l’unité de Citi

Le président du Mexique veut que les investisseurs mexicains rachètent l’unité de Citi

délivré en : Modifié:

Mexico (AFP) – Le président mexicain Andres Manuel Lopez Obrador a déclaré jeudi qu’il souhaitait que les investisseurs mexicains rachètent l’activité bancaire domestique du géant américain Citi, qui a annoncé son intention de se retirer.

“Nous pouvons en faire quelque chose de très bien si, sans mesures autoritaires, nous pouvons rendre cette banque mexicaine”, a déclaré Lopez Obrador dans un message vidéo publié sur les réseaux sociaux.

Il s’est félicité d’une manifestation d’intérêt pour une acquisition d’entreprise de l’homme d’affaires controversé Ricardo Salinas Blego, dont l’empire commercial comprend une autre banque et un autre réseau de télévision.

Il a déclaré que les autres acheteurs potentiels incluent le milliardaire Carlos Slim – l’homme le plus riche du Mexique – et Carlos Hank Gonzalez, qui dirige la banque mexicaine Banorte.

“Bien sûr, cela ne signifie pas interdire aux étrangers de participer”, a ajouté Lopez Obrador, qui s’est engagé à réformer le modèle économique “néolibéral” du Mexique.

“Nous ne sommes pas fermés. Nous ne sommes pas chauvins. Nous ne sommes pas contre les étrangers, mais nous aimerions que cette banque soit mexicaine”, a-t-il déclaré.

Citi a annoncé mardi qu’elle prévoyait de mettre fin à ses activités au Mexique auprès de clients grand public, petits et moyens, conformément à des initiatives similaires sur d’autres marchés étrangers.

Il maintiendra le travail du client institutionnel dans le pays pour fournir des conseils financiers et des services de banque privée.

Les sociétés que Citi cède au Mexique – où elles opèrent sous la marque Citibanamex – ont généré 3,5 milliards de dollars de revenus et 1,2 milliard de dollars de bénéfices avant impôts au cours des trois premiers trimestres de 2021.

READ  The Yogurt Wars sent bon, révélant le protectionnisme inconstant de l'establishment français

C’est la troisième banque privée du Mexique, après les espagnoles BBVA et Santander.

Jacinthe Poulin

"Wannabe fauteur de troubles. Fanatique de la culture pop. Nerd de zombies. Défenseur du bacon à vie. Passionné d'alcool. Accro à la télévision."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read also x