Le Premier ministre israélien revient devant le tribunal alors que les parties réfléchissent à son sort

Jérusalem (AFP) – Le procès pour corruption du Premier ministre Benjamin Netanyahu a repris lundi, avec un témoin clé peignant le portrait d’un dirigeant israélien obsédé par son image, forçant un important média à s’attirer les faveurs de sa famille et à discréditer ses opposants.

Le témoignage est intervenu alors que les chances de Netanyahu d’obtenir un nouveau mandat après les élections législatives du mois dernier semblent diminuer dans les pourparlers politiques à enjeux élevés organisés par le chef de file de l’État à quelques kilomètres de là.

Dans un discours télévisé à l’échelle nationale, Netanyahu a accusé les procureurs de l’avoir persécuté dans le but de saper la volonté des électeurs et de le chasser de ses fonctions.

«Voici à quoi ressemble la tentative de coup d’État», a-t-il déclaré.

Pris ensemble, les témoignages judiciaires et les consultations politiques ont indiqué une lutte de plus en plus ardue pour Netanyahu alors qu’il se bat pour sa vie politique.

Dans un rituel post-électoral, le président Reuven Rivlin consulte les différents partis élus au Parlement avant de sélectionner un candidat pour former un nouveau gouvernement. La majorité des législateurs étant opposés à l’idée de donner un autre mandat à Netanyahu, Rivlin pourrait donner le poste à un autre candidat, peut-être dès lundi soir.

Yohanan Plesner, chef de l’Institut israélien de la démocratie, a déclaré que les consultations “rendent difficile pour le président d’accorder le mandat à Netanyahu”. Il a dit qu’il était “très clair que Netanyahu n’est pas proche” de réunir une majorité à la Knesset de 120 sièges.

Netanyahu a été accusé de fraude, d’abus de confiance et d’acceptation de pots-de-vin dans trois affaires distinctes. Les actions de lundi, les premières depuis deux mois, ont marqué le début de la phase des poursuites, car une longue file de témoins prendront position contre le Premier ministre.

READ  Au moins 800 Éthiopiens tués après avoir défendu `` l'Arche d'Alliance ''

La session s’est concentrée sur l’affaire la plus grave contre Netanyahu – dans laquelle il était accusé de promouvoir une réglementation qui fournissait des centaines de millions de dollars de dividendes à Bezeq Communications en échange d’une couverture positive sur le site d’information populaire de la société.

Ilan Yeshua, l’ancien rédacteur en chef de Walla, a décrit un système dans lequel les propriétaires de Bezeq, Shaul et Iris Elovitch, l’ont fait pression à plusieurs reprises pour qu’il publie des informations positives sur Netanyahu et discrédite les opposants au Premier ministre.

L’explication donnée par les époux? Il a dit: “C’est ce que voulait le Premier ministre”.

Il a dit que la pression s’est poursuivie pendant “des heures d’affilée” pendant plusieurs années. Elotviches, également défendeurs dans l’affaire, images sélectionnées, titres, choix de mots et autres contenus.

Joshua a déclaré qu’ils lui avaient également ordonné d’écrire des articles défavorables sur les opposants de Netanyahu, leur donnant des titres méprisants. Naftali Bennett, un ancien allié de Netanyahu devenu rival, était connu comme un “fauteur de troubles religieux”, et l’ancien ministre des Finances Moshe Kahlon, qui est d’origine nord-africaine, était qualifié de “souriant” et “arabe”.

Joshua a déclaré qu’il n’avait jamais parlé directement avec Netanyahu et que les demandes provenaient également de médiateurs, y compris l’ancien assistant de Netanyahu Nir Hefetz, qui s’est transformé en témoin d’État et devrait également témoigner contre le Premier ministre.

Joshua a déclaré: “Il était clair que je devais me conformer aux demandes de Nair pour publier des articles positifs et supprimer les articles négatifs.”

Il a dit que son personnel était indigné par la pression, et l’un des rédacteurs en chef a même appelé le Premier ministre “Kim” après le dictateur nord-coréen Kim Jong Un.

Il a dit que Shaul Elovitch avait qualifié Netanyahu de “grand gars” et qu’il lui aurait également montré des SMS du fils du Premier ministre, Yair, demandant que les articles soient modifiés ou supprimés.

READ  Le `` racisme rampant '' a laissé des dizaines de milliers de morts dans la guerre noire et asiatique sans souvenir, selon une enquête britannique

A un moment de la procédure, Iris Elovitch s’est exclamée: “Combien pouvez-vous mentir?”

Dans un autre cas, Netanyahu a été accusé d’avoir accepté des centaines de milliers de dollars de cadeaux de riches associés, dont le magnat du cinéma hollywoodien Arnon Milchan et le milliardaire australien James Packer. Dans le troisième cas, Netanyahu est accusé d’avoir tenté d’organiser une couverture positive dans un grand journal israélien en échange de la limitation de la distribution d’un journal populaire soutenant Netanyahu. Netanyahu nie toutes les accusations.

Dans sa déclaration télévisée, Netanyahu a accusé les procureurs d’avoir mené une «chasse aux sorcières» contre lui.

Ils n’ont pas enquêté sur un crime. Ils ne cherchaient pas un crime. “Ils sont allés après un homme. Ils sont allés après moi.”

Au début de l’audience de lundi, Netanyahu s’est assis avec son avocat pendant que le procureur en chef Liat Ben Ari a lu les charges retenues contre lui.

“La relation entre Netanyahu et l’accusé est devenue une monnaie qui peut être échangée”, a-t-elle déclaré. “La monnaie peut fausser le jugement d’un fonctionnaire.”

Puis il a quitté la salle d’audience avant le témoignage de Joshua.

À l’extérieur de la salle d’audience, des dizaines de partisans et d’opposants du Premier ministre se sont rassemblés pour protester au milieu d’une forte présence policière, soulignant les profondes divisions israéliennes.

Bien que la décision dans le procès puisse prendre des mois, voire des années, la procédure devrait avoir lieu jusqu’à trois jours par semaine, une distraction embarrassante et chronophage qui ne manquera pas d’amplifier les appels à Netanyahu à démissionner.

Les élections du 23 mars sont considérées comme un référendum sur la direction de Netanyahu, ses opposants faisant valoir qu’un politicien jugé pour de graves accusations n’est pas apte à gouverner. Les élections israéliennes, les quatrièmes en deux ans, se sont soldées par une impasse.

READ  Saudi Arabia and Qatar reopen airspace and maritime borders ahead of the Gulf Cooperation Council summit

Netanyahu cherche désespérément à rester au pouvoir, dans l’espoir d’utiliser sa position de plateforme d’intimidation pour attaquer les procureurs et éventuellement former un gouvernement qui pourrait lui accorder l’immunité. Mais ce scénario semblait de plus en plus lointain lundi.

Ni les alliés de Netanyahu ni ses adversaires n’ont obtenu une majorité au pouvoir. Son sort peut être Bennett, le chef du parti de droite de droite, et Mansour Abbas, le chef d’un petit parti islamiste arabe qui ne s’est pas encore engagé dans les blocs pro ou anti-Netanyahu.

Lundi, Bennett s’est recommandé comme prochain Premier ministre, creusant l’impasse politique en Israël et réduisant considérablement le chemin de Netanyahu vers la réélection.

Mais le principal concurrent de Netanyahu, Yair Lapid, a également du mal à obtenir le soutien de la majorité.

Yamina n’a que sept sièges au Parlement, ce qui en fait une longue occasion de former une coalition au pouvoir. Bennett espère devenir un candidat consensuel capable de combler les divisions profondes entre factions rivales.

Rivlin sélectionnera bientôt un Premier ministre nommé qui disposera de six semaines pour former une coalition. S’il estime qu’il n’y a pas de choix clair, il peut également envoyer la question directement à la Knesset, ordonnant aux législateurs de choisir un membre comme Premier ministre ou de forcer une nouvelle élection.

La loi israélienne n’oblige pas les premiers ministres à démissionner lorsqu’ils sont inculpés, et Netanyahu a refusé de le faire. Certains des opposants à Netanyahu ont parlé de l’adoption d’une loi interdisant à un politicien accusé d’exercer la fonction de Premier ministre afin de le disqualifier avant une nouvelle élection.

___

L’écrivain d’Associated Press Joseph Krause à Jérusalem a contribué à ce rapport.

Désiré Faure

"Evangéliste du café sans aucune excuse. Fanatique du Web. Nerd d'Internet. Geek de Twitter."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read also x