Le Parlement français approuve le permis de vaccin

Reuters /Sarah Messonnier

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à Reuters.com

PARIS (Reuters) – Le Parlement français a donné son approbation finale dimanche aux dernières mesures du gouvernement pour lutter contre le virus COVID-19, y compris un permis de vaccin qui a été protesté par des manifestants anti-vaccins.

Les représentants à la Chambre des représentants ont voté 215 pour, 58 contre, ouvrant la voie à l’entrée en vigueur de la loi dans les prochains jours.

La nouvelle loi, qui a rencontré des difficultés au Parlement car les partis d’opposition ont trouvé certaines de ses dispositions trop sévères, obligera les gens à obtenir un certificat de vaccination pour entrer dans les lieux publics tels que les restaurants, les cafés, les cinémas et les trains longue distance.

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à Reuters.com

Actuellement, les personnes non vaccinées peuvent entrer dans ces lieux avec les résultats d’un récent test COVID-19 négatif. Samedi, le ministère de la Santé a déclaré que près de 78% de la population avait reçu des vaccinations complètes.

Le président Emmanuel Macron, qui devrait briguer un second mandat lors de l’élection présidentielle d’avril, a déclaré ce mois-ci au journal Le Parisien qu’il voulait « irriter » les personnes non vaccinées en leur compliquant la vie au point qu’elles finiraient par se faire vacciner contre le COVID. .

Des milliers de manifestants anti-vaccins ont manifesté samedi à Paris et dans certaines autres villes contre la loi, mais leur nombre a fortement chuté par rapport à la semaine précédente, à la suite des propos de Macron.

READ  Le Premier ministre britannique Boris Johnson condamne les abus racistes contre l'équipe de football d'Angleterre

La France est en proie à sa cinquième vague de COVID-19 avec de nouveaux cas quotidiens atteignant régulièrement des niveaux record de plus de 300 000. Cependant, le nombre de cas graves plaçant des personnes dans des services de soins intensifs est bien inférieur à la première vague de mars-avril 2020.

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à Reuters.com

(Reportage par Lee Thomas. Montage) Par Raisa Kasulowski

Nos critères : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Désiré Faure

"Evangéliste du café sans aucune excuse. Fanatique du Web. Nerd d'Internet. Geek de Twitter."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Read also x