Connect with us

Hi, what are you looking for?

Economy

Le leadership de Macron est en danger au milieu des tensions sur le régime de retraite

Le leadership de Macron est en danger au milieu des tensions sur le régime de retraite

Macron avait espéré que ses efforts pour relever l’âge de la retraite de 62 à 64 ans consolideraient son héritage en tant que président qui a transformé l’économie française pour le 21e siècle. Au lieu de cela, il a trouvé son leadership contesté, tant au parlement que dans les rues des grandes villes.

Sa décision effrontée de forcer un projet de loi sur la réforme des retraites sans vote a provoqué la colère de l’opposition politique et pourrait entraver la capacité de son gouvernement à adopter une législation pour les quatre années restantes de son mandat.

Les manifestants ont évoqué la parodie des manifestations après que Macron a choisi, à la dernière minute jeudi, d’invoquer le pouvoir constitutionnel du gouvernement pour adopter le projet de loi sans vote à l’Assemblée nationale.

Dans son premier commentaire public sur la question depuis lors, le dirigeant de 45 ans a exprimé son souhait que le projet de loi parvienne au bout de sa voie démocratique dans une atmosphère de respect de tous, selon un communiqué dimanche de son site. Bureau fourni à l’Associated Press.

Depuis qu’il est devenu président en 2017, Macron a souvent été accusé d’arrogance et de manque de communication. Il était considéré comme le «patron des riches», suscitant du ressentiment pour avoir dit à un chômeur qu’il n’avait qu’à «traverser la rue» pour trouver du travail, et en suggérant que certains ouvriers français étaient «paresseux».

READ  Le Fonds du Qatar pour le développement signe un protocole d'accord avec la République islamique d'Iran pour fournir une éducation à 24 900 enfants par le biais de la Fondation Education Above All - République islamique d'Iran

Maintenant, le gouvernement de Macron s’est aliéné les citoyens « depuis trop longtemps » en utilisant le pouvoir spécial dont il dispose en vertu de l’article 49.3 de la Constitution française pour imposer un changement largement impopulaire, a déclaré Brice Tintourier, directeur général adjoint de l’institut de sondage Ipsos.

Alors que les tas d’ordures grossissent et que l’odeur s’envenime, de nombreuses personnes à Paris blâment Macron plutôt que les grévistes.

Macron a déclaré à plusieurs reprises qu’il était convaincu que le système de retraite français devait être remanié pour le maintenir financé. Il dit que d’autres options proposées, telles que l’augmentation du fardeau fiscal déjà lourd, feraient fuir les investisseurs et que réduire les pensions des retraités actuels n’était pas une alternative réaliste.

L’insatisfaction du public peut grandement influencer ses décisions futures. Les manifestations spontanées, parfois violentes, qui ont éclaté à Paris et dans tout le pays ces derniers jours ont contrasté avec les manifestations et grèves largement pacifiques précédemment organisées par les principaux syndicats français.

La réélection de Macron pour un second mandat en avril dernier a consolidé sa position d’acteur majeur en Europe. Il a fait campagne sur un agenda pro-entreprises, s’engageant à s’attaquer au problème des retraites et affirmant que les Français devraient « travailler plus longtemps ».

READ  Le Paris Saint-Germain cible Randall Kolo-Mwani, Marcus Thuram et Quadeo Kone dans un été chargé avec les affaires de transfert

En juin, l’alliance centriste de Macron a perdu sa majorité à la chambre basse du parlement, même si elle détenait toujours plus de sièges que les autres partis politiques. Il a déclaré à l’époque que son gouvernement voulait « légiférer d’une manière différente », sur la base de compromis avec divers groupes politiques.

Depuis lors, les législateurs conservateurs ont accepté de soutenir certains projets de loi conformes à leurs propres politiques. Mais les tensions sur le régime de retraite et la méfiance généralisée entre les partis idéologiquement divers pourraient mettre fin aux tentatives de recherche de compromis.

Les opposants politiques de Macron à l’Assemblée nationale ont déposé vendredi une motion de censure contre le gouvernement de la Première ministre Elizabeth Borne. Les responsables gouvernementaux espèrent survivre au vote sur les propositions prévues pour lundi car l’opposition est divisée et de nombreux républicains ne devraient pas les soutenir.

Cependant, si une proposition est adoptée, ce sera un coup dur pour Macron : le projet de loi sur les retraites sera rejeté et son gouvernement devra démissionner. Dans ce cas, le président devrait nommer un nouveau gouvernement et trouver sa capacité à adopter des lois faible.

Macron espère notamment proposer de nouvelles mesures visant à faire baisser le taux de chômage de la France à 5 %, contre 7,2 % actuellement, d’ici la fin de son deuxième et dernier mandat.

Si les motions de censure échouent, Macron pourrait promulguer un âge de la retraite plus élevé, mais essayer d’apaiser ses détracteurs avec un remaniement gouvernemental.

Quoi qu’il en soit, Macron conservera son poste jusqu’à la fin de son mandat en 2027, et il conservera des pouvoirs importants en matière de politique étrangère, d’affaires européennes et de défense. En tant que commandant en chef, il peut prendre des décisions sur le soutien de la France à l’Ukraine et sur d’autres problèmes mondiaux sans l’approbation du Parlement.

READ  Le Premier ministre Modi s'engage à faire de l'Inde un pays développé d'ici 25 ans

Les pouvoirs présidentiels forts de la France sont un héritage de la volonté du général Charles de Gaulle d’un système politique stable de la Ve République qu’il a établie en 1958.

Une autre option entre les mains du président est de dissoudre l’Assemblée nationale et de convoquer des élections législatives anticipées.

Ce scénario semble peu probable pour l’instant, car l’impopularité du régime de retraite signifie que la coalition de Macron a peu de chances d’obtenir la majorité des sièges. Et si un autre parti l’emporte, il devra nommer un Premier ministre issu de la faction majoritaire, permettant au gouvernement de mettre en œuvre des politiques différentes des priorités du président.

Le Pen a dit qu’elle accueillerait favorablement sa solution.

Mathilde Bannot, une députée de la coalition de gauche Nobis, a déclaré sarcastiquement jeudi que dissoudre l’assemblée et lancer des élections était une « très bonne » idée pour Macron.

« Je pense que ce serait une bonne occasion pour le pays de réaffirmer que oui, il veut abaisser l’âge de la retraite à 60 ans. Les nupes sont toujours disponibles pour gouverner », a déclaré Bannott.

___

Suivez la couverture AP du gouvernement français sur https://apnews.com/hub/france-government

Click to comment

Leave a Reply

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

You May Also Like

Tech

F-Zero GX (Dauphin) sur Steam Deck (image: Via Twitter) Valve vient de sortir le Steam Deck – un nouvel ordinateur portable de jeu. Il...

Tech

C’est enfin là ! La conférence mondiale annuelle des développeurs d’Apple débutera lundi avec le discours d’ouverture traditionnel à 10h00 PST. Lors de cet...

Tech

Parallèlement à la mise à niveau de la puce A15 et plus encore, l’iPhone SE bénéficie d’une amélioration de la batterie par rapport à...

Uncategorized

Est-ce le début de la fin de la norme de recharge des véhicules électriques CHAdeMO? Ses jours sont définitivement comptés, du moins en France....

Copyright © 2020 ZoxPress Theme. Theme by MVP Themes, powered by WordPress.