Le leadership de la France dans l’UE suscite des inquiétudes quant à l’avenir, mais apporte avec lui l’espoir d’une solidarité renforcée

Un mois avant que la France ne prenne la présidence tournante de l’UE, un sondage d’opinion publié mercredi a révélé que si les Français ne savent pas si l’UE a les moyens de relever les défis futurs, ils s’attendent à voir plus de solidarité politique le lendemain. six mois.

Commandé par la maison mère de RFI, France Médias Monde, ainsi que France Radio et France Télévisions – et mis en œuvre par le sondage Par la voix L’enquête vise à servir de baromètre de la façon dont les Français perçoivent l’Europe alors que Paris se prépare à prendre les devants le 1er janvier.

63% des bénéficiaires ont déclaré qu’ils souhaitaient que la France reste dans l’UE, même si seulement un tiers ont déclaré qu’ils estimaient que le bloc avait fait un travail décent dans la gestion de la crise de Covid. Les deux tiers des personnes doutaient que le ralentissement économique qui en résulterait s’améliorerait de sitôt.

La plupart des 2 000 Français interrogés s’inquiètent de la fragilisation de l’UE et de la nécessité pour la France de faire de l’amélioration de la solidarité une priorité, notamment dans les domaines de la politique climatique, de l’immigration, de l’économie et de la santé.

L’UE considérée comme « essentielle »

Malgré des sentiments de déception, la majorité des Français a déclaré que l’UE reste un projet politique fondamental pour assurer la paix et “défendre les droits fondamentaux”.

Mais ils s’attendent également à ce que Bruxelles soit sérieuse au sujet de la crise climatique, avec 73% en faveur de la politique énergétique européenne et 68% espérant voir une taxe carbone aux frontières de l’Europe.

READ  Le Qatar met en place un organe de surveillance pour les premières élections législatives انتخابات

Les Français pensent également que l’Union européenne a un rôle à jouer dans la protection de ses citoyens. L’idée d’une armée européenne, réfutée par de nombreux dirigeants, avait le soutien de 63 % des bénéficiaires.

Les gens ont également dit qu’ils aimeraient voir des mesures plus strictes sur la fiscalité – peut-être sous la forme d’un impôt européen commun.

Parmi les répondants les plus optimistes, 20 pour cent venaient de communautés rurales et 30 pour cent de communautés de plus de 100 000 habitants.

Trente pour cent des PDG et 22 pour cent des cadres intermédiaires s’attendaient à une amélioration des relations européennes sous la direction de la France.

Antoinette Lefurgey

"Evangéliste du café sans aucune excuse. Fanatique du Web. Nerd d'Internet. Geek de Twitter."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read also x