Le laboratoire pharmaceutique Sanofi investit 180 millions de dollars dans la start-up française d’IA Oken

Le laboratoire pharmaceutique Sanofi investit 180 millions de dollars dans la start-up française d’IA Oken

Un tube à essai devant le logo Sanofi affiché sur cette illustration prise le 8 septembre 2021. REUTERS/Dado Ruvic/Illustration

PARIS (Reuters) – Le fabricant pharmaceutique Sanofi investit 180 millions de dollars dans la startup française Oken, dont les algorithmes prédictifs visent à améliorer la recherche et le développement de nouveaux traitements contre le cancer, a annoncé jeudi le groupe Sanofi, basé à Paris.

L’accord donne à Sanofi une participation de 10 à 15 % dans Oken et transforme Oken en une “licorne” – une startup évaluée à plus d’un milliard de dollars, a déclaré Thomas Cluzel, co-fondateur et PDG de la société.

L’accord, géré par le directeur numérique de Sanofi, Arnaud Robert, comprend également un partenariat dans lequel Okin a accepté de créer des modèles prédictifs et d’aider à évaluer la réponse au traitement contre quatre types de cancer sur sa plateforme.

Sanofi a déclaré qu’il paierait 90 millions de dollars d’avance pour les trois premières années de coopération avec Owkin. Le groupe pharmaceutique effectuera des paiements supplémentaires si les modèles biomédicaux d’Oken s’avèrent efficaces.

“C’est notre plus gros contrat”, a déclaré Cluzel, MD, un médecin de recherche clinique. « Cela montre la confiance de la société pharmaceutique dans notre technologie et notre plate-forme : elle comprend son importance dans la découverte de médicaments et les essais cliniques. »

Les investisseurs précédents d’Owkin incluent notamment GV, anciennement Google Ventures, la branche capital-risque d’Alphabet Inc (GOOGL.O), qui a participé à la précédente levée de fonds de 75 millions de dollars de la société.

Oken ne mentionne pas le montant des investissements dans le PIB et ne divulgue pas ses ressources financières.

READ  Un ex-flic végétalien se prépare à devenir le deuxième maire noir de New York

Oken, basé à Paris, a développé ses propres algorithmes et plateforme d’intelligence artificielle en les envoyant à des centres médicaux et de recherche. Il installe et exécute des serveurs localement dans chacun des centres qui ont accepté d’accorder l’accès à ses données – la matière première indispensable à partir de laquelle les algorithmes d’Owkin affinent leurs capacités d’analyse.

Cela signifie que les ensembles de données ne sont pas centralisés sur une seule plate-forme et restent entre les mains de chaque hôpital ou centre de recherche, explique Oken.

Ce processus, bien que coûteux, a déclaré Cluzel, garantit que les données médicales sont conservées localement et réduit le risque de piratage.

(Reportage par Matthew Rosemin) Montage par Leslie Adler

Nos critères : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Jacinthe Poulin

"Wannabe fauteur de troubles. Fanatique de la culture pop. Nerd de zombies. Défenseur du bacon à vie. Passionné d'alcool. Accro à la télévision."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read also x