Le Japon autorise les visites de groupe non guidées à partir de septembre

Le Japon autorise les visites de groupe non guidées à partir de septembre

Le Japon autorisera des visites non guidées de tous les pays à partir du 7 septembre et plus du double du nombre de personnes qu’il autorise par jour, car il annule certains des contrôles Covid-19 les plus stricts parmi les principales économies.

Mais les mesures annoncées par le Premier ministre Fumio Kishida mercredi, ne permettent pas l’entrée aux touristes individuels. Le Premier ministre n’a pas non plus mis en place de changements aux restrictions de visa qui imposent des restrictions élevées à l’entrée dans le pays.

Kishida a déclaré que le plafond d’entrée quotidien passera à 50 000 personnes contre 20 000 actuellement. Il a également déclaré qu’il souhaitait assouplir les contrôles aux frontières pour stimuler les visites de personnes essayant de profiter de la faiblesse du yen – et éventuellement assouplir les contrôles aux frontières au même niveau que les autres membres du Groupe des sept pays industrialisés.

Le gouvernement de Kishida a commencé à autoriser un nombre limité d’entrer dans le pays à partir de juin, sous réserve de règles strictes telles que la participation à une visite guidée et le port de masques faciaux. Le Japon a accueilli environ 246 000 visiteurs étrangers l’année dernière, un chiffre bien loin du record de 31,9 millions en 2019.

Les participants aux voyages à forfait non guidés devront toujours respecter les itinéraires définis par les agences de voyages, et les individus ne seront pas autorisés à explorer par eux-mêmes en vertu des règles assouplies. Les restrictions en cours sont encore plus sévères que des endroits comme l’Australie, Singapour et le Royaume-Uni, qui imposent peu ou pas d’action et commencent à relancer leurs industries touristiques assiégées.

READ  Le bénéfice net des activités a augmenté de 8,4 % pour atteindre 73,6 millions QAR au premier trimestre

Les compagnies aériennes, les hôtels et les détaillants au Japon sont impatients de retrouver les affaires qu’ils ont perdues. Les quelques étrangers autorisés à entrer dans le pays l’année dernière ont dépensé 120 milliards de yens (866 millions de dollars). En 2019, ils ont dépensé 4 800 milliards de yens, soit quarante fois plus, selon l’Agence japonaise du tourisme.

Les actions liées au tourisme ont augmenté après l’annonce de Kishida, les compagnies aériennes ANA Holdings Inc clôturant la séance du matin à Tokyo en hausse de 2,9% et Japan Airlines en ajoutant 3,4%.

La semaine dernière, Kishida a déclaré qu’à partir du 7 septembre, le Japon supprimerait l’obligation de montrer un résultat Covid-19 négatif pour entrer dans le pays pour les voyageurs qui ont reçu trois doses du vaccin.

Bien que les exigences en matière de tests soient assouplies, il reste le problème des visas d’entrée. Les frontières du Japon ne sont actuellement ouvertes qu’aux personnes ayant la nationalité japonaise, ainsi qu’à celles qui ont des visas touristiques de longue durée et antérieurs. Les exemptions de visa ont été suspendues pour les passeports applicables pendant la pandémie.

Concernant la politique énergétique, Kishida a déclaré lors de la conférence de presse que bien qu’il n’y ait aucun changement dans la position du gouvernement sur la réduction de sa dépendance à l’énergie nucléaire, il est important de maintenir toutes les options disponibles pour garantir que le pays réponde aux besoins des consommateurs. Il a ajouté que le gouvernement souhaite que les experts expriment leur opinion sur la possibilité de développer et de construire la prochaine génération de réacteurs nucléaires d’ici la fin de l’année.

READ  Infantino au Qatar : les travailleurs migrants sont fiers de travailler dur

Jacinthe Poulin

"Wannabe fauteur de troubles. Fanatique de la culture pop. Nerd de zombies. Défenseur du bacon à vie. Passionné d'alcool. Accro à la télévision."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Read also x