Le gouverneur Yoshimi Yamashita à la Coupe du monde du Qatar veut que le match brille

Yoshimi Yamashita du Japon est l’une des trois femmes sélectionnées par la FIFA pour être arbitres de la Coupe du Monde de la FIFA 2022 au Qatar.

Yoshimi Yamashita du Japon est l’une des trois femmes sélectionnées par la FIFA pour être arbitres de la Coupe du Monde de la FIFA 2022 au Qatar.

L’arbitre japonais Yoshimi Yamashita est d’accord avec Pelé ou quiconque a été le premier à décrire le football il y a des décennies comme le « beau jeu ».

Yamashita est l’une des trois femmes sélectionnées par la FIFA pour être arbitres de la Coupe du monde masculine au Qatar, qui débutera le 21 novembre, la première fois qu’une femme prend en charge la plus grande scène du football. Elle voit son travail ainsi : laisser le jeu briller comme il se doit.

Lundi à Tokyo, elle a déclaré dans une interview à Agence de presse. « Je fais de mon mieux pour cela, et je vais faire tout ce que je dois faire à ce moment-là. Donc, si j’ai besoin de communiquer avec les joueurs, je le ferai. Si j’ai besoin de montrer une carte, je montrerai une carte. Au lieu de contrôler, je pense à ce que je devrais faire. « Je le fais dans le grand but de mettre en évidence l’attractivité du football. »

Trois arbitres assistants aussi

Stéphanie Frappart de France et Salima Mukansanga du Rwanda ont été sélectionnées. Il y a 36 arbitres au total. La FIFA a également nommé trois arbitres assistants dans un groupe de 69 arbitres : Newsa Pak du Brésil, Karen Diaz Medina du Mexique et Catherine Nesbitt des États-Unis.

Bien qu’il soit possible que les trois soient responsables des jeux, ce n’est pas acquis. Ils seront également utilisés comme les soi-disant « quatrièmes dirigeants » sur la touche. Cependant, ils ne peuvent pas être utilisés comme auxiliaires.

« Chaque match officiel sera suivi de près dans les mois à venir avec une évaluation finale des aspects techniques, physiques et médicaux peu avant la Coupe du monde », a déclaré Massimo Busacca, directeur de l’arbitrage de la FIFA, dans un communiqué.

Focus sur le Japon

La sélection de Yamashita se concentre sur le faible classement du Japon dans la plupart des mesures de l’égalité de rémunération pour les femmes et dans les études mondiales sur l’égalité des sexes.

Les femmes ne détiennent que 14,3% des sièges à l’Assemblée législative nationale du Japon – classées 152e sur 190 pays dans une étude publiée il y a plusieurs mois par le Service de recherche du Congrès des États-Unis. Une autre étude sur l’écart de rémunération entre les sexes a classé le Japon au 120e rang sur 156 pays.

« Je serais très heureuse si les femmes pouvaient jouer un rôle actif dans le sport de cette manière, et si le sport et en particulier le football pouvaient mener cela », a déclaré Yamashita. « Au Japon, il y a encore un long chemin à parcourir dans le monde du football (en termes de participation des femmes), donc ce serait formidable si cela était lié à encourager la participation des femmes de différentes manières, pas seulement dans le football ou dans les sports. ”

Le football féminin est en plein essor au Japon

Le football féminin a ouvert la voie au Japon. Les Japonaises ont remporté la Coupe du monde féminine de 2011, ont terminé deuxièmes en 2015 et ont toujours fait partie des équipes d’élite du jeu.

Yamashita s’est entraîné lundi à l’extérieur de Tokyo, avec des températures atteignant 35 ° C (95 ° F). Elle a ri lorsqu’on lui a rappelé que les matchs au Qatar – situé à la pointe de la péninsule arabique – seront plus frais, se jouant l’hiver dans l’hémisphère nord et dans des stades climatisés.

Yamashita semblait détendu pendant l’interview, loin de la pression évidente. Elle était arbitre pour la ligue masculine de la J-League et était également responsable de l’équivalent de la Ligue asiatique à la Ligue des champions européenne pour les hommes. Elle a également géré des matchs lors des Jeux olympiques de Tokyo l’an dernier.

Elle a déclaré: « Bien sûr, je pense que la pression est énorme et je pense que j’ai beaucoup de responsabilités. Mais je suis vraiment heureuse d’assumer ce devoir et la pression, alors j’essaie de le prendre positivement et d’essayer d’être heureux. »

Excitation

Elle a décrit l’excitation de quitter la salle d’attente juste avant le match. « Je pense que ça me remonte le moral à ce moment-là. J’ai l’impression que c’est le moment où je change le plus de vitesse », a-t-elle déclaré.

La différence entre le match masculin et féminin, a-t-elle dit, était bien sûr la vitesse. Mais ce n’est pas seulement que certains hommes peuvent courir plus vite. « C’est la vitesse, mais pas seulement la vitesse des joueurs », a-t-elle déclaré. « Ce n’est pas la vitesse de la balle. C’est juste la vitesse du jeu. Pour moi, cela signifie que je dois prendre des décisions plus rapides – plus de vitesse. »

Yamashita a mené la majeure partie de l’interview en japonais, mais a déclaré qu’elle utiliserait l’anglais et « les gestes du visage et du corps » pour communiquer avec les joueurs au Qatar. « Habituellement, quand je donne une carte, je ne dis rien », dit-elle en se tournant vers l’anglais. « Mais quand je donne un avertissement, je leur dis juste que je ne suis pas content. Ils comprennent. »

READ  L'histoire convoque l'officier de l'IAS Suhas Yathraj aux Jeux paralympiques de Tokyo

Antoinette Lefurgey

"Entrepreneur indépendant. Communicateur. Joueur. Explorateur. Praticien de la culture pop."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Read also x