Le gouvernement du Kosovo retarde son plan pour le nord agité après la montée des tensions

Le Premier ministre du Kosovo, Albin Kurti, lors d’une conférence de presse avec le chancelier allemand Olaf Schulz à Berlin, le 4 mai 2022. REUTERS/Hannibal Hanschke

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à Reuters.com

Mitrovica, Kosovo, 31 juillet (Reuters) – Le gouvernement du Kosovo a reporté la mise en œuvre d’une décision obligeant les Serbes du nord du pays à demander des plaques d’immatriculation délivrées par les institutions de Pristina en raison des tensions entre la police et les communautés qui ont érigé des barrages routiers.

Tard dimanche, les manifestants ont arrêté des camions remplis de gravier et d’autres engins lourds sur les routes menant aux points de passage frontaliers de Jarinje et Prncak, dans une zone où les Serbes sont majoritaires. La police du Kosovo a déclaré qu’elle devait fermer les points de passage frontaliers.

« La situation sécuritaire globale dans les municipalités du nord du Kosovo est tendue », a déclaré la mission dirigée par l’OTAN au Kosovo, la KFOR, dans un communiqué.

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à Reuters.com

A Moscou, la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova, a attribué la tension croissante à ce qu’elle a qualifié de « règles discriminatoires infondées » imposées par les autorités du Kosovo.

Quatorze ans après que le Kosovo a déclaré son indépendance de la Serbie, environ 50 000 Serbes vivant dans le nord utilisent des plaques d’immatriculation et des documents délivrés par les autorités serbes, refusant de reconnaître les institutions affiliées à la capitale, Pristina. Le Kosovo a été reconnu comme un pays indépendant par plus de 100 pays mais pas par la Serbie ou la Russie.

READ  Le chef du renseignement grec démissionne suite à des allégations d'écoutes téléphoniques

Le gouvernement du Premier ministre Albin Kurti a déclaré qu’il accorderait aux Serbes une période de transition de 60 jours pour obtenir des plaques d’immatriculation du Kosovo, un an après avoir abandonné une tentative de les imposer en raison de manifestations similaires.

Le gouvernement a également décidé qu’à partir du 1er août, tous les citoyens de Serbie visitant le Kosovo devront obtenir un document supplémentaire à la frontière pour leur accorder l’autorisation d’entrer.

Les autorités de Belgrade appliquent une règle similaire aux résidents kosovars en visite en Serbie.

Mais à la suite des tensions de dimanche soir et des consultations avec les ambassadeurs de l’Union européenne et des États-Unis, le gouvernement a annoncé qu’il retarderait son plan d’un mois et commencerait sa mise en œuvre le 1er septembre.

Plus tôt dimanche, la police a déclaré que des coups de feu avaient été tirés « en direction des unités de police mais heureusement personne n’a été blessé ».

Elle a également déclaré que des manifestants en colère ont battu de nombreux Albanais qui passaient sur des routes fermées et que certaines voitures ont été attaquées.

Les sirènes ont retenti il ​​y a plus de trois heures dans la petite ville du nord de Mitrovica, majoritairement habitée par des Serbes.

Il y a un an, après que les Serbes locaux ont bloqué les mêmes routes avec des plaques d’immatriculation, le gouvernement du Kosovo a déployé des forces de police spéciales et Belgrade a lancé des avions de combat près de la frontière.

Les tensions entre les deux pays restent élevées et la mission de l’OTAN forte de 3 770 hommes sur le terrain maintient la paix fragile du Kosovo. Des casques bleus italiens ont été aperçus dimanche à Mitrovica et dans ses environs.

READ  Les cas de COVID-19 en Chine augmentent alors que Xian intensifie les restrictions

En 2013, les deux pays se sont engagés dans un dialogue parrainé par l’UE pour tenter de résoudre les problèmes en suspens, mais peu de progrès ont été réalisés.

Inscrivez-vous maintenant pour obtenir un accès gratuit et illimité à Reuters.com

rapports de Fatos Beitsy ; Montage par Philippa Fletcher, Ron Popesky, Daniel Wallis et Sandra Mahler

Nos critères : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Désiré Faure

"Evangéliste du café sans aucune excuse. Fanatique du Web. Nerd d'Internet. Geek de Twitter."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Read also x