Le gouvernement brésilien cherche à libérer les camionneurs du blocus pro-Bolsonaro

São Paulo (Reuters) – Les autorités brésiliennes ont cherché mardi à assouplir le blocage des camionneurs qui protestaient contre les résultats de l’élection présidentielle du pays après des signes indiquant qu’il perturbait la distribution de carburant, la production de viande et la capacité d’envoyer des céréales au port.

Le blocus a été signalé pour la première fois dimanche au milieu de manifestations généralisées de chauffeurs de camion et d’autres partisans du président brésilien Jair Bolsonaro, défiant sa courte défaite électorale face au gauchiste Luis Inacio Lula da Silva.

Les camionneurs, l’une des principales circonscriptions de Bolsonaro qui ont bénéficié de sa politique de baisse des prix du carburant, ont déjà perturbé l’économie brésilienne en fermant des autoroutes ces dernières années.

Certains camionneurs ont appelé à une intervention militaire pour maintenir Bolsonaro au pouvoir. Le président a fait une brève déclaration mardi après-midi, la première depuis le vote de dimanche, et a déclaré que les manifestations reflétaient un mécontentement à l’égard du processus électoral, mais a déclaré qu’il respecterait la constitution, qui stipule un transfert de pouvoir le 1er janvier.

Bolsonaro n’a pas reconnu sa défaite, mais son chef de cabinet a déclaré que son équipe entamerait le processus de transition vers le gouvernement de Lula.

Dans son discours, Bolsonaro a déclaré que les manifestants devraient éviter de détruire des biens ou « d’entraver leur droit d’aller et venir », mais il ne leur a pas ordonné de rentrer chez eux.

Dans un communiqué publié en fin de journée, le ministère des Infrastructures du pays a déclaré qu’il demandait un « soutien » aux manifestants pour éviter les pénuries d’approvisionnement.

READ  Des incendies majeurs éclatent dans les dépôts pétroliers russes | Russie

« Nous œuvrons pour rétablir au plus vite la libre circulation des personnes et des véhicules. En plus d’assurer le droit d’aller et venir de nos résidents, il est essentiel de maintenir le fonctionnement des services essentiels et de transporter des marchandises sur les routes », dit le ministère.

Les manifestants bloquaient partiellement ou complètement les autoroutes à environ 190 endroits mardi soir, selon la police fédérale des autoroutes, mais cela représente une légère baisse par rapport au nombre de blocages précédents. La police a déclaré que 419 points de contrôle avaient été dégagés.

Plus tôt, les manifestants ont bloqué la route principale menant à l’important port d’exportation de céréales de Paranagua pour une deuxième journée.

Pendant ce temps, une source a déclaré que les fabricants de volailles et de porcs pourraient devoir arrêter l’abattage à certains endroits dès mercredi.

À Santa Catarina, l’un des États les plus durement touchés par les manifestations, un groupe de pression d’éleveurs de porcs locaux a déclaré qu’il y avait des perturbations dans la livraison des animaux pour l’abattage et l’expédition des produits vers les marchés.

Valeria Lima, directrice du raffinage au lobby de l’énergie IBP, a déclaré que la distribution de carburant était « dans un état critique », ajoutant qu’elle pensait que le gouvernement devrait mettre en place un comité de crise pour faire face aux manifestants.

L’IBP a déclaré qu’il y avait un risque élevé de pénurie de carburant à Santa Catarina et Parana, et un potentiel de troubles à Sao Paulo, l’État le plus riche du Brésil.

Rome (RAIL3.SA)La principale compagnie ferroviaire a déclaré à Reuters que les manifestations avaient réduit le nombre de camions dans certaines de ses gares alors qu’il y avait des perturbations dans certaines parties des chemins de fer à Moritz, Parana et Joinville, Santa Catarina.

READ  Le Vatican manque de réserves pour couvrir le déficit et demande des dons

Les données de la police ont montré que le Mato Grosso, le plus grand producteur de céréales du Brésil, était parmi les plus durement touchés par les barrages routiers qui ont commencé après la fermeture des bureaux de vote dimanche, avec au moins 25 fermetures ou fermetures partielles mardi après-midi.

L’autorité portuaire de Santos, la plus grande d’Amérique latine, a confirmé dans l’après-midi que les choses restaient normales car les manifestations n’ont pas perturbé ses opérations à terre.

(Reprise) Par Ana Mano, Andre Romani, Marta Nogueira et Niara Figueiredo Montage par Alistair Bell, Rosalba O’Brien et Leslie Adler

Nos critères : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Désiré Faure

"Evangéliste du café sans aucune excuse. Fanatique du Web. Nerd d'Internet. Geek de Twitter."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Read also x