Le conflit entre la France et le Royaume-Uni entrave l’avancée des franchissements du canal

“L’immigration alimente ce sentiment que Boris Johnson ne comprend pas sa base politique de cols bleus”, a déclaré Matthew Goodwin, professeur de politique à l’Université du Kent. Contrairement aux préoccupations précédentes concernant l’immigration, a-t-il déclaré, traverser le canal “est une forme d’immigration plus émotionnelle et symbolique qui amplifie le sentiment parmi certains électeurs que le gouvernement ne peut pas faire grand-chose pour contrôler la question”.

Goodwin a déclaré que ce n’était pas une coïncidence si la crise des migrants coïncidait avec le retour de Nigel Farage, le leader de droite pro-Brexit qui a longtemps poussé les appels anti-immigration au premier plan en Grande-Bretagne. M. Farage, désormais présentateur pour GB News, milite régulièrement contre l’afflux de bateaux.

Si la question des immigrés a longtemps été une source de frictions entre la Grande-Bretagne et la France, elle a également produit des exemples de coopération créative.

En 2003, les deux pays ont signé le traité du Touquet, qui centralise les agents aux frontières dans leurs juridictions respectives afin qu’ils puissent vérifier les passeports des voyageurs avant de traverser le canal. Cela réduit le nombre de demandeurs d’asile en Grande-Bretagne car certains sont refoulés avant d’atteindre le sol britannique, où ils ont le droit, en vertu du droit international, de demander l’asile.

Les diplomates craignent désormais que ce traité ne soit victime d’une escalade des tensions. Le ministère français des Affaires étrangères a insisté sur le fait qu’il respecterait l’accord. Mais M. Zemmour, par exemple, a appelé la France à le déchirer, disant que c’était une insulte aux Français. Cela ferait plus de mal à la Grande-Bretagne qu’à la France, ont déclaré les experts, car l’afflux de migrants est à sens unique.

READ  Les cas de coronavirus en Nouvelle-Zélande bondissent avec des batailles de type delta

En outre, ils ont déclaré que la Grande-Bretagne et la France devaient travailler ensemble pour développer des moyens de surveiller le littoral. Dans sa lettre, M. Johnson a suggéré d’envoyer des policiers britanniques pour aider à patrouiller les plages françaises – une suggestion qui n’ira probablement nulle part avec les Français, et un signe que les deux pays travaillent toujours sur des pages différentes.

Désiré Faure

"Evangéliste du café sans aucune excuse. Fanatique du Web. Nerd d'Internet. Geek de Twitter."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read also x