Le classement mondial du rugby reflète la montée du nord, le niveau sud

Wellington, Nouvelle-Zélande (AFP) – La publication cette semaine du classement mondial du rugby a été en grande pompe, même si à première vue, cela ressemblait à l’un des changements de pouvoir les plus importants dans le jeu mondial depuis plusieurs années.

Quatre équipes de l’hémisphère nord ont remporté les deuxièmes matchs de leur série de trois tests contre des adversaires de l’hémisphère sud le week-end dernier, emmenant la série aux tests cruciaux qui se dérouleront sur trois continents samedi.

Pendant ce temps, la France a terminé un balayage de sa série de deux tests contre le Japon au Japon, en utilisant une équipe relativement jeune dans l’attente de la Coupe du monde qu’elle accueillera l’année prochaine.

Le nouveau classement reflète ces succès tout en indiquant un changement plus large dans l’équilibre des forces du rugby un peu plus d’un an après la Coupe du monde. Depuis l’introduction du système de classement, les équipes de l’hémisphère sud ont principalement occupé les premières places : la Nouvelle-Zélande a occupé la première place pendant la majeure partie de la première décennie.

La France a grimpé de trois places et est désormais en tête du classement pour la première fois après avoir remporté 11 tests consécutifs dont la Japan Series, un test contre la Nouvelle-Zélande en novembre dernier et le Grand Chelem des Six Nations.

L’Irlande a avancé de quatre places pour prendre la deuxième place, devant l’Afrique du Sud, championne du monde, qui est passée de la deuxième à la troisième place. La Nouvelle-Zélande est désormais quatrième, le classement le plus bas des All Blacks depuis l’introduction du système avant la Coupe du monde 2003.

READ  L'équipe de France de judo remporte l'or en judo lors de la première épreuve par équipes mixtes

L’Angleterre est de retour dans le top cinq après sa deuxième victoire test contre l’Australie, qui a chuté à la sixième place. L’Ecosse et le Pays de Galles ont également amélioré leur classement après avoir battu respectivement l’Argentine et l’Afrique du Sud le week-end dernier.

La nouvelle du classement record de la Nouvelle-Zélande est tombée sur une équipe déjà sous forte pression après sa toute première défaite à domicile contre l’Irlande. La défaite 23-12 à Dunedin a poussé les All Blacks à se démener pour éviter une séquence sans précédent de défaites à domicile qui obligerait presque certainement le rugby néo-zélandais à revoir l’entraîneur Ian Foster et ses assistants.

Lors d’une conférence de presse impromptue sur un terrain d’entraînement détrempé mardi, le capitaine des All Blacks, Sam Cane, a fait de son mieux pour minimiser la baisse des cotes d’écoute de la Nouvelle-Zélande, même s’il est peu probable qu’il soit passé inaperçu dans une équipe déjà critiquée pour sa performance. Dans la deuxième épreuve.

« Si je suis honnête, nous n’y avons pas vraiment prêté attention », a déclaré Kane. « Nous avons assez de mains pour absorber ce qui s’est passé le week-end et ensuite nous concentrer sur le jeu pour nous soucier de choses comme le classement mondial.

« Cela prendra soin de lui-même lorsque nous jouerons bien. Je ne comprends même pas exactement comment fonctionne le classement, mais c’est définitivement notre objectif de nous assurer que nous sommes de retour à la première place. »

L’Angleterre a battu l’Australie pour mettre fin à cette séquence et soulager une partie de la pression sur l’entraîneur Eddie Jones, dont le style, le choix et la personnalité ont fait de lui une cible régulière pour les médias britanniques. Jones, d’origine australienne, a déclaré qu’il aimait la critique.

READ  Preview: Lyon vs Monaco - Pronostics, actualités de l'équipe, effectifs -

« Je l’aime. Je pense que c’est cool », a-t-il dit. « J’aime ma mère qui m’appelle le matin en disant ‘Allez-vous vous faire virer?’ Quand faut-il déménager ? Retournerez-vous en Australie ?

« Pauvre maman. Mais ça ne me dérange pas parce que j’ai choisi de prendre le travail et cela arrivera toujours parce qu’il y a une fascination pour les entraîneurs exploités maintenant, n’est-ce pas? »

La question de savoir pourquoi les équipes de l’hémisphère nord surpassent désormais leurs concurrents du sud, que ce soit à domicile pendant les manches de fin d’année ou pendant la série actuelle de mi-année, a de nombreuses réponses possibles.

Il semble probable que la qualité des compétitions nationales en Grande-Bretagne et en Europe soit désormais supérieure à celle de l’hémisphère sud, où le Super Rugby a été réduit en raison du départ de clubs d’Afrique du Sud.

De nombreux entraîneurs éminents de l’hémisphère sud ont également déménagé dans le nord en l’absence d’opportunités à domicile, et leur influence sur l’amélioration des compétences est visible parmi les joueurs du nord.

Les équipes de l’hémisphère sud ont remporté huit des neuf titres de la Coupe du monde à ce jour – l’Angleterre, alors championne, battant l’Australie, alors tenante du titre, avec un but en prolongation lors de la finale de 2003 pour briser la séquence sud. Mais à l’approche de la 10e Coupe du monde, il semble que les équipes nordiques aient le dessus.

Foster, dont l’avenir avec les All Blacks pourrait reposer sur le succès du Sud ce week-end, voit cela comme une bonne chose.

READ  Coupe Davis : Andy Murray et Jimmy Murray retirés de l'équipe du capitaine Leon Smith | l'actualité du tennis

« C’était un week-end dans l’hémisphère nord », a déclaré Foster. « Donc, bien qu’il y ait un peu de morosité dans notre camp, c’est en fait vraiment génial pour le rugby mondial et ce week-end à venir va être vraiment, vraiment bon. »

Loin des principaux stades du sud, la Coupe des Nations du Pacifique s’est poursuivie le week-end dernier au Churchill Park de Lautoka, alors que les hôtes des Fidji ont perdu contre l’Australie A, un groupe de joueurs qui ont raté la sélection de Wallaby.

Cela a une fois de plus mis en évidence l’un des problèmes les plus insolubles du rugby avec des nations plus riches en plein essor tandis que des équipes nationales relativement peu financées ont du mal à rivaliser.

___

Plus d’AP Rugby : https://apnews.com/hub/rugby et https://twitter.com/AP_Sports

Antoinette Lefurgey

"Entrepreneur indépendant. Communicateur. Joueur. Explorateur. Praticien de la culture pop."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Read also x