Le bâton ou l’entorse : comment Didier Deschamps doit-il gérer la vieille garde française ? | France

uneEssayer de tirer des conclusions des matches internationaux de ce mois-ci s’accompagne d’un avertissement clair que les joueurs sont tout simplement fatigués. La saturation scandaleuse des matches, alimentée par l’appétit sans fin pour la compétition des autorités du football et leur mépris total pour la santé des footballeurs, a entraîné une baisse significative de la qualité du jeu dans tous les domaines. Alors que le fantastique festival de football de 11 mois de la saison prochaine se profile, les joueurs pourraient être pardonnés de faire une pause.

Dans le cas de la France, cependant, d’autres facteurs sont responsables de ce qui a été la pire rupture internationale du contrat de Didier Deschamps. Leur défense était fragile, le jeu de construction était brillant et la touche finale n’était pas là. Deschamps a choisi de nouveaux visages et des sélections expérimentales, mais à peine cinq mois avant la Coupe du monde, la France n’était pas plus proche de savoir comment elle s’alignerait.

Quatre matches de la Ligue des Nations sans victoire, dont des défaites contre le Danemark et la Croatie, ont ravivé des problèmes qui étaient sous la surface, souvent masqués par des moments de brillance individuelle. De l’incertitude tactique à un remaniement épuisant du personnel, les matchs de ce mois ont apporté plus de questions que de réponses aux champions du monde, qui se battent maintenant pour éviter la relégation au deuxième niveau de la Ligue des Nations.

Les blessures consécutives ne facilitaient guère la tâche. Le problème de genou de Kylian Mbappe, la position de la cuisse de Raphael Varane et les problèmes de forme physique fréquents de N’Golo Kante sont les cicatrices d’une bataille difficile. Plusieurs joueurs ont dépassé leurs balles de break.

Les événements hors du terrain ont également été touchés. Deschamps a perdu son père au début du mois et a raté le premier match. À son retour, il était typiquement sobre, mais après le match contre la Croatie, il a révélé, de manière compréhensible, qu’il n’avait pas « la force et l’énergie habituelles » à offrir à ses joueurs.

Pour Deschamps, la cohésion d’équipe a toujours pris le pas sur le talent individuel. Bien qu’il ait souvent été ridiculisé pour son soi-disant favori, sa technique a donné des résultats, à l’exception d’un fiasco lors du Championnat d’Europe de l’été dernier, lorsque la France a été éliminée par la Suisse en huitièmes de finale. Cependant, sa commutation constante entre différentes configurations tactiques au cours des deux dernières semaines suggère qu’il ne sait pas comment faire ressortir le meilleur de son équipe talentueuse.

Trouver un moyen d’intégrer efficacement Karim Benzema et Mbappe est le principal défi auquel Deschamps est confronté. Ils ont été les meilleurs attaquants du monde cette saison – Mbappe a marqué ou aidé 47 buts pour le PSG, plus que n’importe quel joueur en Europe, et Benzema a été le meilleur buteur de la Ligue des champions et de la Liga – donc ce ne serait pas concevable laisser l’un ou l’autre sur le banc.

Cependant, étant donné à quel point ils sont proches de jouer régulièrement côte à côte en Espagne, Benzema exhortant explicitement Mbappe à le rejoindre à Madrid, les fiançailles glaciales de ce mois-ci sont quelque peu déconcertantes. Ils ont connu des saisons difficiles, donc une baisse d’intensité était inévitable, mais leur isolement sur le terrain – les uns des autres et du milieu de terrain français – a grandement contribué au manque de décision de l’équipe.

Il est tentant de penser à la prochaine Coupe du monde comme le dernier acte d’une génération synonyme de l’ère Deschamps – Hugo Lloris, Antoine Griezmann et Raphaël Varane ont dépassé ou approchent un siècle de matches – la nouvelle génération a désespérément besoin de donner vie à un monde troublé. équipe.

Cette situation est particulièrement alarmante pour Griezmann, qui a disputé 20 matchs sans but pour le club et le pays. Les pauses internationales ont souvent servi de répit pendant les périodes difficiles dans la forme de son club, mais maintenant, sa période de sécheresse avec l’Atlético Madrid s’est glissée dans sa stature impressionnante jusqu’à présent dans l’équipe nationale. Avec Christopher Nkunko et Moussa Diaby émergeant comme des partants fiables, un changement de garde n’est peut-être pas trop loin. Les joueurs clés de la dernière décennie sont sur le point de partir – avec Olivier Giroud comme le premier à partir malgré une saison primée avec Milan.

Quelques joueurs ont émergé des deux dernières semaines avec un certain crédit – Mike Minan, Aurelien Chuamini et Ibrahima Konate ont tous apporté quelque chose à la table. Boubacar Camara, au rebond d’une brillante saison à Marseille et d’un passage un peu déconcertant à Aston Villa, s’est montré à la hauteur face à l’Autriche, avant de régresser complètement lors du match suivant.

Compte tenu des divers facteurs atténuants en jeu ce mois-ci, il sera difficile de juger de la performance de la France. Cependant, les problèmes préexistants ont été exacerbés et mis en évidence. Deschamps espère que ses deux derniers matches de la Ligue des Nations en septembre offriront une belle chance après une pause bien méritée, mais avec une relégation en deuxième division pour l’éviter.

La France a poursuivi sa malheureuse tradition de franchir le premier obstacle en essayant de défendre un titre international. S’ils veulent changer cette tendance lors de la Coupe du monde, ils devront trouver un système qui libère Benzema et Mbappe tout en offrant une ligne de défense plus sûre. Bien que la flexibilité tactique ne soit pas nécessairement une mauvaise chose, la nature réactionnaire des changements de Deschamps, combinée aux découvertes de l’équipe, indique un problème plus profond que la simple recherche d’un plan B.

La formation 3-4-3, qui a débuté lors de leur défaite contre la Suisse à l’Euro mais qui a été largement utilisée depuis lors, devait se poursuivre. La défaite contre le Danemark au Stade de France a conduit Deschamps à repenser ses positions, optant plutôt pour le 4-4-2 lors des deux matches suivants. La défaite de la France face à la Croatie a été un microcosme de ce souci tactique : parti d’un 4-3-3 raté, le sélectionneur est ensuite revenu en 4-4-2, renforçant la défense mais affaiblissant toute initiative offensive.

L’avenir de Deschamps est également incertain. Après une décennie en charge, son contrat expire à la fin de l’année, avec Zinedine Zidane en attente. Le transfert des responsabilités après la Coupe du monde ne signalera pas nécessairement un changement majeur d’approche – l’accent restant sur un homme-manager respecté en tant qu’ancien professionnel, plutôt qu’un tacticien – mais ce sera une rupture nette pour inaugurer une nouvelle ère. , où les piliers sont progressivement supprimés au profit d’une nouvelle génération de jeunes joueurs. À moins que Zidane n’accepte d’abord le poste au PSG. Dans ce cas, la prolongation potentielle de Deschamps devrait dépendre fortement de la distance parcourue par la France en finale de la Coupe du monde, tandis que la lointaine possibilité qu’Arsène Wenger prenne enfin les commandes pourrait également entrer dans le domaine des possibles.

READ  Le Qatar Off-Road Championship Series débute à Sealine

Léonard Lachapelle

"Future teen idol. Pionnier hardcore de Twitter. Evangéliste de voyage d'une humilité exaspérante."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Read also x