L’arrestation du directeur du bureau d’Al-Jazeera au Soudan après des manifestations

L’arrestation du directeur du bureau d’Al-Jazeera au Soudan après des manifestations

Le logo d’Al Jazeera Media Network à l’intérieur de son siège à Doha, au Qatar, le 8 juin 2017. REUTERS/Naseem Zaitoun

LE CAIRE (Reuters) – Les forces de sécurité soudanaises ont fait une descente au domicile du chef d’état-major d’Al Jazeera à Khartoum, Al-Muslim Al-Kabashi, et l’ont arrêté dimanche, a annoncé la chaîne d’information basée au Qatar, un jour après les manifestations de rue à travers le Soudan contre le armée. prend le relais.

Les forces de sécurité ont tenté de disperser les manifestations dans la capitale, Khartoum, et d’autres villes, en utilisant des gaz lacrymogènes et des tirs. Le Comité central des médecins soudanais, qui est fidèle au mouvement de protestation, a déclaré que le nombre de morts parmi les manifestants tués samedi était passé à six. Lire la suite

Des groupes pro-démocratie dirigés par des comités de résistance de quartier organisent une campagne de désobéissance civile et des manifestations contre le coup d’État du 25 octobre, avec une autre journée de manifestations prévue le 17 novembre.

Les efforts pour mobiliser l’opposition au coup d’État ont été compliqués par une panne d’Internet mobile à l’échelle nationale. Dimanche, un juge a rendu une troisième ordonnance obligeant les fournisseurs de services à retourner les appels.

Le coup d’État a mis fin à l’accord de partage du pouvoir entre les militaires et les civils qui a été mis en place après le renversement du dirigeant autocratique Omar al-Bashir en 2019.

Depuis la prise de contrôle, le commandant militaire Abdel-Fattah Al-Burhan a décidé de consolider sa position, remplaçant de hauts responsables de l’État et nommant un nouveau conseil d’administration, qui a tenu sa première réunion dimanche.

READ  La société informatique française ATOS rachète trois autres sociétés, enregistrant une baisse des ventes au premier trimestre | Reuters | Affaires

Le conseil devrait nommer un nouveau Premier ministre après l’échec des efforts de médiation des Nations Unies entre l’armée et le Premier ministre déchu Abdullah Hamdok.

Hamdok, qui est assigné à résidence, a exigé la libération d’autres civils de haut rang arrêtés pendant le coup d’État et un retour au partage du pouvoir avant les élections de 2023.

Al Jazeera a déclaré qu’il tenait les autorités militaires soudanaises responsables de la sécurité de tous ses employés.

“Al-Jazeera condamne dans les termes les plus forts les actes odieux de l’armée et appelle les autorités à libérer immédiatement Al-Kabbashi et à permettre aux journalistes de travailler sans entrave”, a-t-elle déclaré dans un communiqué.

(couvrant Naira Abdullah). Écrit par Mahmoud Murad et Idan Lewis. Montage par Raisa Kasulowski

Nos critères : Principes de confiance de Thomson Reuters.

Jacinthe Poulin

"Wannabe fauteur de troubles. Fanatique de la culture pop. Nerd de zombies. Défenseur du bacon à vie. Passionné d'alcool. Accro à la télévision."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read also x