L’ancien Premier ministre Khan déclare que l’élection partielle du Pakistan est un « référendum » sur sa popularité

L’ancien Premier ministre Khan déclare que l’élection partielle du Pakistan est un « référendum » sur sa popularité

émis en : la moyenne:

Islamabad (AFP) – L’ancien Premier ministre pakistanais, Imran Khan, est candidat à sept des huit sièges à l’Assemblée nationale lors d’une importante élection partielle dimanche, un vote qu’il qualifie de « référendum » sur sa popularité.

L’élection partielle est le dernier développement du débat politique qui a commencé après l’éviction de Khan le 10 avril par un vote parlementaire de censure.

Cela survient alors que la nation est aux prises avec les effets des inondations dévastatrices de la mousson qui ont touché plus de 30 millions de personnes et laissé un tiers du pays sous l’eau.

Les candidats peuvent briguer plusieurs sièges aux élections pakistanaises. S’ils remportent plus d’un vote, ils choisissent de le conserver, et un vote séparé doit être organisé plus tard pour ceux qui sont tombés.

Cependant, il est rare qu’un candidat se présente pour autant de sièges que Khan le fait dimanche, et son mouvement embêtant mesure clairement sa popularité.

« Ce n’est pas qu’une simple élection, c’est un référendum », a-t-il déclaré lors d’un rassemblement vendredi soir à Karachi, la ville portuaire animée du sud du pays de 220 millions d’habitants.

Khan a organisé des dizaines de rassemblements depuis son éviction – attirant des foules de dizaines de milliers de personnes – et s’est bientôt engagé à annoncer la date d’une « longue marche » pour ses partisans dans la capitale, Islamabad.

Et demande au gouvernement de coalition dirigé par Shahbaz Sharif de convoquer des élections générales immédiates au lieu d’attendre jusqu’en octobre de l’année prochaine.

READ  Qatar - L'hiver de nos malaises

« S’il remporte le plus de sièges, il mettra plus de pression sur le gouvernement », a déclaré à l’AFP le politologue Hassan Askari Razavi.

Mais le gouvernement rejettera l’appel aux élections, affirmant qu’il ne reflète pas la volonté nationale.

Khan a déjà remporté une série de victoires récentes lors d’élections partielles, alors que son parti pakistanais Tehreek-e-Insaf (PTI) s’est emparé en juillet de l’assemblée d’État du Pendjab, la province la plus peuplée du pays.

viens à travers

Il est, jusqu’à présent, sorti largement indemne d’une série d’affaires contre lui et son parti.

Les tribunaux pakistanais sont fréquemment utilisés pour contraindre les législateurs à des procédures fastidieuses et longues que les observateurs des droits de l’homme ont critiquées pour avoir étouffé la dissidence politique.

Khan blâme le gouvernement actuel pour la forte inflation, bien que la plupart des analystes s’accordent à dire que Sharif a hérité des problèmes économiques du pays.

Les inondations catastrophiques de cet été ont noyé un tiers de la population pakistanaise, déplacé huit millions de personnes et causé des dégâts estimés à 28 milliards de dollars.

Des partisans de l’ancien Premier ministre pakistanais Imran Khan agitent des drapeaux lors de son discours à Karachi Asif Hassan, AFP

Les Nations Unies ont mis en garde contre une « deuxième vague » de la catastrophe, le nombre de morts dues aux maladies d’origine hydrique et à la malnutrition pouvant dépasser 1 700 noyades et électrocutions dans la cascade initiale.

Khan est arrivé au pouvoir en 2018 sur une plate-forme populiste promettant des réformes sociales, le conservatisme religieux et la lutte contre la corruption, renversant des décennies de règne de deux dynasties politiques rivales ponctuées par une prise de pouvoir militaire.

READ  Le rétablissement du programme du FMI témoigne de la confiance des institutions financières internationales au Pakistan : un élément clé

Mais durant son règne, l’économie stagne et il perd le soutien de l’armée, qu’on lui reproche d’avoir aidé à son élection.

Les élections de dimanche ont eu lieu dans huit circonscriptions de trois provinces – trois au Pendjab et trois au Khyber Pakhtunkhwa, où le parti de Khan domine, et deux au Sind.

« C’est en effet un véritable test de sa popularité, à condition que les élections se déroulent dans une atmosphère libre et équitable et ne soient pas truquées », a déclaré Imtiaz Gul du Centre de recherche et d’études sur la sécurité à Islamabad.

« S’il remporte la majorité des sièges, ce sera à nouveau un témoignage du succès de son récit qu’il a construit depuis qu’il n’est plus au pouvoir, et cela mettra évidemment plus de pression sur le gouvernement. »

Jacinthe Poulin

"Wannabe fauteur de troubles. Fanatique de la culture pop. Nerd de zombies. Défenseur du bacon à vie. Passionné d'alcool. Accro à la télévision."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Read also x