L’ANC a décidé de décider du sort de Cyril Ramaphosa

Le président sud-africain Cyril Ramaphosa a déclaré que le Congrès national africain au pouvoir déciderait de son sort cette semaine, après avoir annoncé qu’il combattrait un rapport accablant sur un scandale de vol dans sa ferme de gibier.

La plus haute instance de l’ANC débattra lundi d’un rapport d’un panel présidé par un ancien juge en chef suggérant que Ramaphosa pourrait avoir commis une faute grave en relation avec l’incident de 2020, alors même que ses avocats se préparaient à contester ses conclusions.

« Il appartient au Comité exécutif national, auquel je suis responsable, de prendre toute décision », a déclaré Ramaphosa dimanche, quelques semaines à peine avant que le parti n’organise un vote à la direction qui devait être réélu. Il a ajouté qu’il assistera à la réunion de la Commission électorale nationale.

Ramaphosa a subi des pressions pour démissionner après que la commission a déclaré aux législateurs cette semaine qu’elle avait de sérieux doutes sur son récit de la raison pour laquelle il gardait 500 000 $ en espèces dans un canapé de la réserve de chasse de Vala Vala avant qu’il ne soit volé.

Les découvertes de l’équipe frappent fort RamaphosaRéputation de réformateur arrivé au pouvoir en 2018 sur la promesse de restaurer un gouvernement propre après des années de pillage du pays sous son prédécesseur, Jacob Zuma.

Le rapport parlementaire indique qu’il semble qu’il y ait plus d’argent non bancaire stocké dans la réserve de chasse Vala-Fala de Ramaphosa que les 580 000 dollars qui ont été volés, et qu’il n’a peut-être pas signalé le vol par les voies de police appropriées.

READ  Limitation de vitesse à Paris : la ville freine avec une règle de 30 km/h

Samedi, le porte-parole du président a déclaré qu’une réponse juridique au rapport était en cours de rédaction.

Les partisans de Ramaphosa l’ont exhorté à poursuivre ce qu’ils considèrent comme de graves lacunes dans le rapport. Ils se plaignent d’avoir outrepassé sa compétence et de s’être fondé sur des preuves limitées.

Les législateurs sud-africains doivent voter mardi sur l’acceptation du rapport et entamer une procédure de destitution complète.

Des experts juridiques ont déclaré qu’une contestation judiciaire du rapport du président gèlerait ou compliquerait le processus.

Ramaphosa a toujours nié tout acte répréhensible lié au vol du Fala Fala, affirmant qu’il avait signalé le crime à l’Unité de protection présidentielle après en avoir pris connaissance et que l’argent était le produit légitime de la vente du buffle à un homme d’affaires soudanais.

Le comité a déclaré que ces explications étaient insuffisantes car il y avait un doute important quant à la légalité de la source des fonds, laissant le président avec un cas à répondre.

Une bataille judiciaire sur le rapport Falla Falla pourrait éclipser la présidence de Ramaphosa même s’il est reconduit à la tête de l’ANC. L’économie la plus industrialisée d’Afrique souffre de coupures de courant et d’une croissance stagnante.

Arthur Fraser, ancien chef de l’agence d’espionnage sud-africaine sous Zuma et commissaire des prisons sous Ramaphosa, a révélé le vol plus tôt cette année, accusant le président de l’avoir dissimulé.

Désiré Faure

"Evangéliste du café sans aucune excuse. Fanatique du Web. Nerd d'Internet. Geek de Twitter."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Read also x