L’Allemagne refuse de soutenir la France dans le conflit sous-marin – EURACTIV.fr

L’Allemagne a refusé de soutenir la France dans sa querelle diplomatique en cours avec les États-Unis, le Royaume-Uni et l’Australie après que ce dernier a torpillé un accord sous-marin de plusieurs milliards de dollars avec la France en faveur d’un avec Washington et Londres. Au lieu de cela, l’Allemagne a opté pour une approche plus conciliante.

Le porte-parole du SPD pour la politique étrangère, Nils Schmid, a déclaré à EURACTIV que la réaction brutale de la France était “compréhensible”, mais a souligné que “nous n’avons aucun intérêt à une nouvelle escalade et souhaitons poursuivre une coopération étroite avec les États-Unis et l’Australie”.

Après que l’Australie a annulé l’accord sur les sous-marins de 56 milliards d’euros, la France a riposté et a rappelé ses ambassadeurs à Washington et à Canberra lors d’une manifestation sans précédent.

“Ce n’est pas seulement une question franco-australienne, c’est une rupture de confiance dans les alliances”, a déclaré le ministre français des Affaires étrangères Jean-Yves Le Drian. Ouest de la France dans une interview. “Cela invite à une réflexion sérieuse sur le concept de ce que nous faisons avec les alliances”, a-t-il ajouté.

La France a déjà réussi à obtenir le soutien de l’Union européenne dans son différend avec les États-Unis.

“L’un de nos États membres a été traité de manière inacceptable, nous devons donc savoir ce qui s’est passé et pourquoi”, a déclaré la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, pour la défense de la France.

L’Union européenne évalue actuellement l’opportunité de reporter le Conseil du commerce et de la technologie États-Unis-UE, que les décideurs politiques européens et américains ont précédemment salué comme une initiative clé pour stimuler la coopération transatlantique.

READ  Delta Airlines augmente sa capacité vers la France après la réouverture du pays

Les ambassadeurs auprès de l’UE ont déjà reporté les préparatifs du conseil, qui devait s’ouvrir le 29 septembre.

Cependant, les États membres sont plus réticents à se ranger derrière la France. Une source proche du dossier a déclaré à EURACTIV que l’Allemagne, l’Autriche, l’Irlande, l’Italie, les Pays-Bas et le Danemark s’opposaient à l’idée d’un délai du Conseil du commerce et de la technologie.

Le Danemark a décidé de se ranger du côté des États-Unis dans le différend, la Première ministre danoise Mette Frederiksen déclarant qu’elle “ne comprend pas” les réactions féroces de Bruxelles et de Paris.

Cependant, l’Allemagne a décidé d’adopter une approche plus conciliante.

Alors que le ministère de l’Économie a déclaré à EURACTIV que la décision de reporter ou de mettre fin à la réunion du Conseil du commerce et de la technologie appartenait uniquement à la “Commission européenne”, le député de la CDU et porte-parole de la politique étrangère, Jürgen Hardt, a mis en garde contre la possibilité d’un report du commerce et de la technologie. . Le conseil serait un “signal fort” qui ferait dérailler les relations transatlantiques.

« Le libre-échange est particulièrement nécessaire entre des partenaires comme les États-Unis et l’Union européenne, qui partagent les mêmes valeurs, pour relever les défis auxquels l’Occident est actuellement confronté », a déclaré Hardt à EURACTIV.

Hardt a également souligné qu’il est désormais nécessaire de résoudre au plus vite la crise entre la France et les États-Unis.

“En tant que partenaire fiable pour les deux pays, l’Allemagne devrait jouer le rôle de médiateur entre eux”, a ajouté Hardt.

READ  Regardez le but brillant de la légende d'Arsenal Santi Cazorla enflammer le paysage sauvage du Qatar grâce au but de dernière minute d'Al Dam.

Cependant, il semble déjà que les tensions pourraient bientôt s’apaiser avec le président français Emmanuel Macron et le président américain Joe Biden acceptant lors d’un appel téléphonique mercredi soir d’entamer des consultations approfondies. Macron a également déclaré que l’ambassadeur de France rappelé retournerait à Washington la semaine prochaine.

(Oliver Noyan | EURACTIV.de)

Léonard Lachapelle

"Future teen idol. Pionnier hardcore de Twitter. Evangéliste de voyage d'une humilité exaspérante."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read also x