La véritable histoire derrière “The Dig” de Netflix et Sutton Hoo | L’histoire

La véritable histoire derrière “The Dig” de Netflix et Sutton Hoo |  L’histoire

À l’été 1937, lorsque le spectre de la Seconde Guerre mondiale planait sur l’Europe, Edith Pretti, Veuve riche qui vit près de Woodbridge, une petite ville du Suffolk, en Angleterre, elle a rencontré un conservateur de musée local pour discuter de l’excavation de trois monticules de terre de l’autre côté de sa propriété. Sutton Hoo. (Le nom est dérivé du vieil anglais: “Sut” avec “tun” signifie “régler” et “hoh” se traduit par “en forme d’épine de talon.”) Après qu’un archéologue amateur scientifique s’est désigné. Brun basilicEt le forage Le printemps suivant a commencé.

Au cours de l’année suivante, Brown, qui a ensuite été rejoint par des archéologues de Le British MuseumIl trouva de l’or et découvrit la tombe médiévale la plus riche d’Europe. La tombe date du sixième ou septième siècle après JC, et la tombe vieille de 1400 ans – qui aurait appartenu à un roi anglo-saxon – contenait des fragments d’un navire de 88 pieds de long (détérioration de la coque en bois d’origine) et une chambre funéraire remplie de centaines de trésors somptueux. Le British Museum, qui abrite aujourd’hui le trésor, Pris en considération Un “monument funéraire étonnant à une échelle épique” a été trouvé.

L’importance de l’enterrement de Sutton Hoo ne peut être sous-estimée. Non seulement le site a fait la lumière sur la vie au début de la période anglo-saxonne au Moyen Âge (environ 410-1066), mais il a également incité les historiens à revoir leur réflexion sur l’âge sombre, l’époque qui a suivi le départ de l’Empire romain. des îles britanniques au début du cinquième siècle. Contrairement aux croyances dominantes selon lesquelles la période était dépourvue d’arts ou de richesse culturelle, les artefacts de Sutton Hoo reflétaient une société laïque dynamique.

READ  Festival du film queer de Perth PRIDE 2021





Basil Brown (à l’avant) a dirigé les fouilles à Sutton Hoo.

(Domaine public via Wikimedia Commons)

«La découverte de 1939 a changé notre compréhension de certains des premiers chapitres de l’histoire anglaise», dit-il. Sue BrowningSutton Hoo, conservateur des collections européennes du début du Moyen Âge, qui a supervisé les artefacts au British Museum. «Le temps qui était considéré comme arriéré a été éclairé comme à la fois cultivé et sophistiqué. La qualité et la quantité des artefacts à l’intérieur de la chambre funéraire étaient des prouesses artistiques artistiques qui ont changé notre compréhension de la période.

Compte tenu du drame inhérent aux fouilles de Sutton Hoo, ce n’était qu’une question de temps avant que Hollywood se fasse sa propre vision des événements. forage, Nouveau film Netflix avec Carey Mulligan comme Pretty et Ralph Fiennes comme Brown, adapté de 2016 un roman Le même nom a été donné par John Preston, neveu de Peggy Peggott, archéologue junior de l’équipe Sutton Howe. Le film retrace ses fouilles, y compris les histoires des personnages principaux, les tensions entre eux et les engagements romantiques. Preeti, qui a donné naissance à un jeune fils, a toujours été fascinée par l’archéologie et le recrutement de Brown pour commencer à creuser les monticules qu’ils croient tous les deux être les tombes des Vikings. Lorsque Brown détecte les premiers fragments d’un navire, le forage se poursuit à pleine puissance.

Moins quelques points d’intrigue insérés pour une narration dramatique (relation de Brown avec l’archéologue du British Museum Charles Phillips Pas aussi controversé qu’il a été dépeint, par exemple), le film adhère principalement à la vraie histoire, selon le scénariste. Moira Bovigny. Mais Pavini affirme que dans le texte, elle a déjà effacé l’obsession de Pretti pour la «spiritualité» et son penchant pour parler aux morts.

Même avec des incohérences historiques, Netflix fait un service public en ce sens qu’il présente l’extraordinaire histoire de Sutton Hoo à une nouvelle génération de téléspectateurs. À la fois, forage Il met en évidence le rôle que joue l’archéologie dans la découverte de récits jusqu’alors inconnus.

Bovigny qui s’est adapté Jane Eyre Pour Screen en 2011, il a fait des recherches approfondies sur Sutton Hoo, étudiant les cahiers, les rapports d’enquête et les photos de Brown, et s’est inspiré de «chaque morceau de trésor qui a été enregistré, mesuré et dessiné pour la postérité».

«On est étonné de la tendresse que Brown ressentait envers tous les artefacts», dit Bofini. “Il a parlé du respect et de l’amour de la famille presque cachés dans les artefacts, et de la grande culture et de l’artisanat à l’extérieur et à l’extérieur de l’Empire romain.”

Bandoulière dorée avec incrustations d'agate et de verre

Bandoulière dorée avec incrustations d’agate et de verre

(Rob Roy via Wikimedia Commons sous CC BY-SA 2.5)

Au cours de plusieurs fouilles en 1938 et 1939, Brown et l’équipe archéologique ont trouvé 263 objets enterrés dans la chambre centrale de l’immense navire anglo-saxon. Les clous de fer, qui ont été identifiés comme faisant partie du navire de la marine, étaient la première preuve pour alerter un archéologue de l’énorme navire enterré sur le site, a déclaré Browning.

Alors que les archéologues se sont penchés sur eux, ils ont été surpris par la taille, la qualité et la variété du trésor. Parmi les objets découverts figurent des ustensiles de banquet luxueux, des bols suspendus luxueux, de l’argenterie byzantine, des textiles fins et des accessoires dorés incrustés d’agates sri-lankaises.

La chambre funéraire de la tombe était remplie d’armes et de matériel militaire de haute qualité. On pense que le bouclier trouvé à l’intérieur était un cadeau diplomatique de la Scandinavie; Les fermoirs d’épaule semblent avoir été modelés sur ceux portés par les empereurs romains, indiquant que le propriétaire du bouclier s’est inspiré de différentes cultures et règles de pouvoir pour affirmer son autorité.

Les artefacts comprenaient également une boucle de ceinture avec un mécanisme à triple verrouillage, et sa surface est décorée d’images semi-abstraites montrant des serpents suspendus les uns sous les autres. Brown a trouvé des pièces d’or frappées en Aquitaine, en France, avec un couvercle orné de cornaline. La housse de portefeuille est aujourd’hui l’un des meilleurs exemples de cloisonné, une technique dans laquelle les pierres sont fixées par des bandes d’or.

Bien que les éléments minéraux survivent mieux dans le sol acide du Suffolk que les objets organiques comme le tissu et le bois, l’équipe a trouvé un certain nombre d’artefacts inattendus, y compris des objets bien préservés. Coléoptère jaune.

«Chaque partie du site funéraire est une pièce importante du puzzle, même quelque chose d’aussi simple que de petites coupes en bois», explique Browning. “La plupart des gens (qui voient le groupe) ont tendance à les ignorer parce qu’ils ne sont pas brillants. Mais quand nous analysons ces choses et regardons comment elles sont placées et quel type de travail y a été consacré, elles auraient mis beaucoup de temps à faites-les faire. Ainsi, même les choses les plus petites et les plus fanées sont importantes.

Les enterrements de navires élaborés pleins de trésors étaient rares en Angleterre anglo-saxonne, en particulier Vis La dernière fin Du début de la période médiévale. La richesse des marchandises funéraires trouvées à Sutton Hoo – ainsi que l’emplacement et le contenu du navire, qui nécessitait beaucoup de main-d’œuvre pour le transport – indique que ses habitants avaient auparavant un statut social très élevé, et peut-être même la propriété mais l’identité de l’individu reste un mystère. (Le candidat souvent cité est King Pionnier D’East Anglia, décédé vers 625.) En 1939, note que Le British Museum, Tout ce qui reste du défunt est un «espace de forme humaine entre les trésors en lui».

Selon Burning, Radwald régnait à cette époque et «avait probablement autorité sur les royaumes voisins, ce qui lui aurait valu un bon adieu».

Une réplique du casque emblématique Sutton Hoo

Une réplique du casque emblématique Sutton Hoo

(Domaine public via Wikimedia Commons)

L’objet le plus célèbre qui sort de Sutton Hoo est le Casque Décoré avec des images de guerriers, de danses, de combats et de créatures féroces, y compris le dragon dont les ailes forment les sourcils de la coiffe et la queue de son corps et de sa bouche. L’agate tapisse les sourcils, dont l’un est soutenu par des réflecteurs en feuille d’or. Le bouclier a été trouvé extrêmement corrodé et brisé en centaines d’obus, et a été minutieusement restauré par les gardes du British Museum au début des années 1970.

Le 25 juillet 1939, Priti a organisé une réception sur le site de Sutton Hoo pour célébrer la conclusion des fosses. Le terrain adjacent au site d’excavation est conçu comme une plate-forme d’observation. Phillips du British Museum a prononcé un bref discours sur le navire, mais il a été noyé par le rugissement du moteur d’un Spitfire volant dans le ciel alors que l’Angleterre se préparait à la guerre. Peu de temps après, des nouvelles ont commencé à apparaître dans la presse concernant les résultats des fouilles, en partie à partir d’informations divulguées par un membre de l’équipe de fouilles. Quelques jours plus tard, les artefacts de Sutton Hoo ont été transférés au British Museum et, après quelques disputes juridiques, ils ont officiellement fait partie de la collection en cadeau de Pretty.

Le public a eu un aperçu des artefacts pour la première fois à l’Exposition de 1940, mais cette opportunité ne durera pas longtemps car ils ont été cachés dans le métro de Londres pour être gardés pendant la guerre. Après la victoire alliée en 1945, la collection a été restituée au British Museum, où les travaux de restauration et de restauration ont commencé.

Mais l’analyse des artefacts a soulevé plus de questions, et la tombe de Sutton Hoo a été de nouveau excavée à l’aide des développements scientifiques pour améliorer l’analyse. En 1983, les troisièmes fouilles sur le site ont conduit à la découverte d’une autre colline, qui contenait un guerrier et son cheval.

Aujourd’hui, les artefacts de Sutton Hoo sont toujours exposés au British Museum, où chaque année, en période non épidémique, les visiteurs découvrent les trésors extraordinaires d’un roi anglo-saxon enterré dans l’opulence d’il y a 1400 ans. Plus de 80 ans après que Brown a commencé à tamiser le sol sablonneux de Sutton Hoo, les trésors qu’il a découverts n’ont pas diminué. Comme il l’écrivait dans son journal en 1939, «c’est la découverte d’une vie».

Emmy Tailler

"Fanatique maléfique de la télévision. Fier penseur. Wannabe pionnier d'Internet. Spécialiste de la musique. Organisateur. Expert de la culture pop hardcore."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Read also x