La Russie tombe dans la stagnation | Péninsule du Qatar

La Russie tombe dans la stagnation |  Péninsule du Qatar

Des employés travaillent sur la chaîne de montage de l’usine automobile LADA Izhevsk, qui fait partie du groupe AvtoVaz, à Izhevsk, en Russie, le 22 février 2022. File Photo/Reuters

MOSCOU : La Russie est entrée en récession, neuf mois après avoir lancé son offensive en Ukraine alors que les sanctions occidentales pèsent sur l’économie, selon des données officielles publiées mercredi.

Le produit intérieur brut s’est contracté de 4% au troisième trimestre, selon une estimation préliminaire de l’agence nationale des statistiques Rosstat.

Comme cela fait suite au même volume au deuxième trimestre, la Russie répond désormais à la définition technique d’une récession avec deux trimestres consécutifs de PIB inférieur.

Mais la baisse de 4% de la production économique entre juillet et septembre était inférieure à la contraction de 4,5% attendue par de nombreux analystes.

La contraction a été entraînée par une baisse de 22,6% du commerce de gros et une baisse de 9,1% du commerce de détail.

Parallèlement, la construction a augmenté de 6,7 % et l’agriculture de 6,2 %.

L’économie russe souffre d’une myriade de problèmes.

Les sanctions occidentales ont limité les exportations et les importations, y compris pour les composants de fabrication clés et les pièces de rechange.

Les entreprises ont également souffert de pénuries de personnel, la mobilisation partielle ayant retiré des centaines de milliers d’hommes de la main-d’œuvre.

Malgré le ralentissement économique, le taux de chômage en Russie était de 3,9 % en septembre, selon Rosstat.

En conséquence, l’économie russe est devenue plus dépendante des exportations d’énergie, qui représentaient environ 40 % des revenus du gouvernement fédéral.

READ  Le Sri Lanka demande conseil au FMI dans un contexte d'aggravation de la crise

Selon le bureau de Boris Titov, le commissaire présidentiel aux entrepreneurs, environ un tiers des 5 800 entreprises russes interrogées ont connu une baisse de leurs ventes au cours des derniers mois.

La mobilisation de 300.000 réservistes en septembre a touché un tiers des entreprises, selon la même enquête, précise le quotidien Kommersant.

Il n’est pas surprenant que la situation ait continué à se détériorer, a déclaré Dmitry Polevoy, directeur des investissements chez Locko Invest à Moscou.

Cependant, l’économie russe a jusqu’à présent mieux résisté aux sanctions occidentales que ne le prévoyaient de nombreux économistes.

Le 8 novembre, la banque centrale a prédit que le produit intérieur brut se contracterait de 3,5 % cette année.

Le Fonds monétaire international et la Banque mondiale estiment respectivement une baisse du PIB de la Russie à 3,4 % et 4,5 %.

La résilience de l’économie est due en grande partie à la hausse des prix mondiaux de l’énergie à la suite de l’attentat en Ukraine et à une politique monétaire restrictive.

Après que la Russie ait été frappée par des sanctions occidentales, la banque centrale a considérablement augmenté son taux d’intérêt directeur de 9,5 % à 20 % dans le but de contrer l’inflation et de soutenir le rouble.

La Banque de Russie l’a rapidement réduit par la suite, le laissant le mois dernier à 7,5% dans ce que la gouverneure Elvira Nabiullina a décrit comme un signe de « l’adaptation » de l’économie à une « nouvelle réalité ».

Mais de nombreux analystes pensent que les choses vont empirer pour l’économie russe avant de s’améliorer.

« Le produit intérieur brut pourrait se contracter encore plus fortement, jusqu’à 7% » au quatrième trimestre, a déclaré Polevoy à l’AFP.

READ  Marcel Walz, Joe Netter et Sarah French forment la nouvelle société de production Neon Noir - Date limite

Valery Mironov, de l’École supérieure d’économie de Moscou, a déclaré que les sanctions avaient un effet différé sur l’économie russe.

« Il est clair que les problèmes existent, mais en fait, nous voyons leurs effets retardés jusqu’en 2023 », a-t-il déclaré, alors que le gouvernement prenait des mesures pour soutenir les entreprises.

Le gouverneur de la Banque centrale, Nabiullina, a déclaré la semaine dernière que les sanctions occidentales étaient fortes et a averti que « leur impact sur l’économie russe et mondiale ne doit pas être sous-estimé ».

Jacinthe Poulin

"Wannabe fauteur de troubles. Fanatique de la culture pop. Nerd de zombies. Défenseur du bacon à vie. Passionné d'alcool. Accro à la télévision."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Read also x