La question de la maîtrise du soft power, ou pourquoi l’Inde ne peut pas être isolée

La question de la maîtrise du soft power, ou pourquoi l’Inde ne peut pas être isolée

Ceci est une version abrégée de la deuxième conférence commémorative de Krishna Bose donnée par Nirupama Rao, ancien ministre des Affaires étrangères et ambassadeur de l’Inde, à Calcutta le 26 décembre 2021. Elle a été légèrement modifiée pour le style.

La force a été définie, tout au long de l’histoire, comme la force du puissant dominant, et non comme la force magnétique cachée de la force civilisatrice. La puissance dure est la valeur par défaut ; Le soft power est Cendrillon dans l’histoire. On dit que la puissance dure est la base sur laquelle la puissance douce tire son efficacité, sa durabilité et sa portée. Sans lui, le soft power a peu d’impact, de puissance ou de capacité de survie.

Bien qu’il y ait une certaine validité dans ce dernier argument, il ne devrait toujours pas se passer du besoin de l’Inde de mieux déployer son portefeuille d’actifs de soft power, afin de promouvoir ses objectifs et intérêts stratégiques à long terme. Un vieux proverbe indien résume tout :Jahan kaam aaye sui kaha kare talwari (Si l’aiguille suffit alors pourquoi utiliser l’épée) ?

Le professeur de l’Université Harvard, Joseph Nye, définit le soft power comme « la capacité d’obtenir les résultats souhaités par l’attraction plutôt que par la coercition ». Ses principales caractéristiques, explique Nye, sont « la culture (lorsqu’elle plaît aux autres), les valeurs (lorsqu’elles sont attrayantes et régulièrement pratiquées) et les politiques (lorsqu’elles sont considérées comme inclusives et légitimes) », allant de l’exportation de la peur à l’inspiration d’optimisme et d’espoir.

Le soft power incarne l’utilisation stratégiquement placée des communications, des médias visuels et de la parole afin de façonner le discours d’un pays. C’est essentiellement le pouvoir du « discours », un moyen de devenir, comme dans la terminologie moderne, un « influenceur » éminent d’opinion au profit de votre pays, organisation ou groupe, d’une manière convaincante et crédible.

Pour l’Inde, cette force de discours doit être liée à la force de la gouvernance et des valeurs constitutionnelles, l’ouverture et la sensibilité face aux minorités, le dynamisme de notre économie, la propreté et « l’intelligence » de nos villes, la protection des droits humains et l’attractivité . Loisirs, élégance et mode, normes élevées des universités et de l’éducation, préservation du tourisme et du patrimoine et protection de l’environnement.

Le soft power, basé sur l’esprit civilisateur de l’Inde et de la culture indienne, agit comme un agrégat de l’intérêt national lorsqu’il s’accompagne de preuves de réels progrès en matière de développement sur le terrain et de la transformation radicale de la vie indienne pour le mieux. Si nous voyions notre image dans un bassin réfléchissant géant rempli d’images d’un passé glorieux menant rapidement l’Inde vers un avenir imaginé pour être plus brillant, nous pourrions perdre l’intrigue. Une introspection s’impose ici.

READ  Le ministre français des Finances soumet des propositions de restructuration de la dette des entreprises

Il y a des années, le « gourou » de la gestion, Sumantra Ghoshal, a parlé de ce qu’il appelait les organisations et les entreprises, « l’odeur du lieu ». Il pourrait dire que l’odeur d’un lieu est telle que vous pouvez changer sa taille en cinq minutes après y être entré, qu’il soit limité par les sables désertiques de l’habitude, ou qu’il mette l’accent sur l’ambition et l’ambition légitime, l’autodiscipline et la facilité. d’action. Business, modernité, efficacité de l’État, un relent de joie, de bonnes doses de confiance mutuelle et d’énergie. L’odeur d’un lieu est déterminée par le contexte plutôt que par les personnes qui le remplissent. C’est le contexte dans lequel nous opérons en tant que société et pays. C’est « l’odeur du lieu » que l’étranger mesure lorsqu’il entre dans le pays et détermine votre attractivité et votre soft power.

L’Inde peut bénéficier du soft power coréen qui fait désormais parler de lui. Les groupes de K-pop sont parmi les groupes les plus populaires au monde. Le public en Inde apprend la langue coréenne. Le soft power de la Corée du Sud permet aux entreprises de carve-out de faire avancer les intérêts coréens dans un certain nombre de situations transfrontalières, tout en suscitant l’intérêt pour le statut de la Corée du Sud en tant que démocratie forte. Comme le concluait un récent rapport de Carnegie, « la Corée du Sud offre un nouveau paradigme pour ce à quoi pourrait ressembler un pays asiatique au XXIe siècle : une économie avancée mélangée à une civilisation ancienne qui est à la fois irréversiblement démocratique, technologiquement innovante et culturellement dynamique. « 

Membres du groupe K-pop, BTS interprète « Good Morning America » ​​​​sur ABC à Central Park à New York. Photo : Reuters/Brendan McDermid.

Dans le monde entier, nous avons 38 centres culturels indiens, établis par le Conseil indien pour les relations culturelles (ICCR). Leur nombre ne correspond pas à la taille et au poids de l’Inde sur la scène mondiale. Aux États-Unis, qui restent un grand influenceur mondial et où le public privilégié de Washington, DC, se presse avec enthousiasme pour des conférences, séminaires, lectures, expositions et performances sur l’Inde dans une institution qui est un véritable foyer de la culture indienne, pour créer un pôle culturel.

La Chine obtient un score plus élevé dans l’indice mondial du soft power que l’Inde. Au cours des dernières décennies, la Chine a consciemment cherché à « adoucir » son image à l’étranger et à gagner « le respect », en utilisant l’attrait de l’art chinois, de l’architecture, du cinéma, de la littérature, des universités et de son économie massive. Plusieurs Instituts Confucius ont également été créés pour soutenir cet objectif. Même si ces efforts n’assistent pas pleinement l’attaque de la magie chinoise en raison de la nature autoritaire de l’État chinois, les dépenses massives effectuées sur la diplomatie du soft power ont un impact significatif. Les capacités de notre pays – en termes d’infrastructures, de promotion des investissements et de ressources monétaires – sont à la traîne de la Chine dans ce domaine.

READ  Rolls-Royce rejoint le Qatar pour injecter des milliards dans les startups vertes britanniques

Il y a des domaines où l’Inde doit investir davantage pour assurer l’efficacité de son soft power. Par exemple, en tant que plus grande démocratie du monde, l’Inde n’a pas de chaîne de télévision internationale qui représente le pays dans le monde. La BBC est le meilleur défenseur mondial de la Grande-Bretagne dans la cosmopole qui définit l’espace illimité dans lequel nous vivons aujourd’hui. L’île est littéralement, doublement puissante – un son sophistiqué – pour le Qatar dans de nombreuses zones géographiques. Nous avons besoin d’une voix indienne parlant une langue internationale, 21 La langue du siècle. Notre chaîne nationale, Doordarshan, a désespérément besoin d’un relooking. Il a la capacité, le pouvoir de la connaissance et des ressources pour devenir notre canal international.

Il y a une tendance parmi la bureaucratie à suivre un précédent bien établi parce que c’est une valeur refuge, et une aversion au risque que nous portons par défaut. Les grands pays avec de réelles aspirations au pouvoir devraient oser et faire. La complexité du spectacle et l’adhésion au spectacle dans notre conscience culturelle sont essentielles. Comme le Japon de l’ère Meiji, l’Inde doit aujourd’hui rechercher dans le monde entier de nouvelles idées et meilleures pratiques en matière de communication et de projection d’images. La capacité d’adaptation, d’innovation et d’acceptation du changement doit être constante.

Un domaine d’intérêt dans le développement de notre soft power est la « diplomatie du développement ». Le ministère des Affaires étrangères gère, depuis 1964, le Programme indien de coopération technique et économique (ITEC, comme on l’appelle communément), qui comprend l’éducation et la formation d’étudiants et de jeunes professionnels des pays en développement. Il s’agit d’un programme qui a construit une énorme bonne volonté pour l’Inde au fil des ans. L’élargissement de ces programmes devrait être une nécessité stratégique, ainsi que l’initiative de partenariat pour le développement du ministère des Affaires étrangères, ainsi que le développement de nos établissements d’enseignement supérieur pour accueillir davantage d’étudiants étrangers, afin que leur nombre augmente dans notre pays. Là encore, les chiffres actuels ne correspondent pas aux étudiants étrangers qui affluent vers les établissements d’enseignement supérieur chinois.

READ  Menzies Airlines déplace Édimbourg vers le sixième pays d'Amérique latine avec l'acquisition du Chili

Nos voisins d’Asie du Sud constituent un environnement naturel dans lequel s’étend notre soft power. Il n’y a aucun doute sur le monde culturel partagé de l’Asie du Sud et sur l’influence des divertissements, de la musique, de la danse, de la poésie et de la cuisine indiens sur la région, motivés par des expériences historiques interactives, des ethnies partagées et des communications linguistiques et religieuses. Mais des incohérences dans les relations politiques, un faible quotient de confiance, des capacités insuffisantes et même des faux pas dans la diplomatie indienne au cours des décennies, des retards bureaucratiques dans la mise en œuvre des projets d’aide, des déficiences dans les liaisons d’infrastructure, les échanges commerciaux et l’interaction commerciale, et un manque général de relations régionales ont rendu l’intégration de l’Asie du Sud est incomplètement imaginé. L’absence d’un Conseil sud-asiatique communautaire et le développement d’une conscience commune en Asie du Sud sont également une conséquence directe de l’échec de l’Association sud-asiatique de coopération régionale ou de l’Association sud-asiatique de coopération régionale. Alors que l’Association sud-asiatique de coopération régionale recule dans l’ombre, la politique indienne de droit oriental axée sur les pays de l’Asie du Sud-Est et de l’ANASE, ou son accent sur l’Indo-Pacifique, est sous le feu des projecteurs et gagne du terrain. Il ne faut pas s’opposer aux initiatives d’Act East ou à celles de l’Indo-Pacifique, mais laisser l’idée de l’Asie du Sud – une région censée être un entier – sur les étagères est dommage.

Qu’est-ce donc que le soft power ?

Le soft power « fort », malgré sa richesse culturelle, ne se multiplie que lorsque l’on projette l’image d’une société dynamique, progressiste, démocratique et équitable, acteur responsable de la politique mondiale et contributrice au bien commun mondial. Selon la définition de l’Australian Lowy Institute, des ressources telles que la capacité économique et militaire, la résilience et le potentiel futur, ainsi que des mesures d’influence telles que les réseaux culturels, diplomatiques et de défense et les relations économiques, constituent ensemble la force d’un État.

Nos décideurs, experts et penseurs doivent travailler sur une carte du futur qui cartographie tous ces points et trace les chemins et les chemins vers ces destinations. Il faut se demander pourquoi nous ne sommes pas à la pointe du soft power comme la Corée avec la K-Pop, la Chine avec TikTok, ou le Japon avec l’animation. Nous devons développer des marques mondiales comme Uniqlo, ou Emirates Airlines. Nous ne pouvons pas être solitaires, captifs de pensées dépassées, à l’aise avec les premières et peur de prendre des risques, préférant notre gigantesque chambre d’écho. Nous devons comprendre l’essence d’être « moderne » et avancer les horloges pour rattraper le temps perdu.

Nirupama Rao est un ancien ministre des Affaires étrangères.

Jacinthe Poulin

"Wannabe fauteur de troubles. Fanatique de la culture pop. Nerd de zombies. Défenseur du bacon à vie. Passionné d'alcool. Accro à la télévision."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Read also x