La promesse Call of Duty de 10 ans de Microsoft à Sony inclura PlayStation Plus

Microsoft a récemment fait de grandes promesses alors qu’il s’efforce d’encourager les régulateurs à autoriser son acquisition d’Activision Blizzard pour 69 milliards de dollars. Parmi ces promesses, Sony s’est vu proposer un accord promettant que Call of Duty resterait disponible sur les consoles PlayStation pendant dix ans – un accord qui inclurait également les droits sur PlayStation Plus.

Comme je l’ai mentionné fleurbergLes droits de vente du titre via le service d’abonnement aux jeux PlayStation de Sony ainsi que l’offre précédemment annoncée par Microsoft à Sony de dix ans de Call of Duty sur le matériel Sony ont été promis si l’acquisition d’Activision Blizzard était mise en œuvre. Sony n’a pas encore accepté l’offre et a continué de faire part de ses inquiétudes à l’Autorité britannique de la concurrence et des marchés (CMA) et à la Federal Trade Commission au sujet de la prise de contrôle.

L’offre d’inclusion dans PlayStation Plus est particulièrement remarquable en raison de la promotion accrue par Microsoft de son service d’abonnement, Xbox Game Pass. Microsoft a précédemment déclaré son intention de mettre Call of Duty sur Game Pass si l’accord était conclu, et Sony a affirmé que Game Pass menait « de manière significative » PlayStation Plus en nombre d’abonnements.

Pendant ce temps, Nintendo a récemment accepté l’accord de 10 ans proposé par Microsoft pour mettre Call of Duty sur les consoles Nintendo, et le président de Valve, Gabe Newell, a indiqué qu’il n’avait pas besoin d’un tel contrat, mais qu’il était heureux de continuer à travailler avec Microsoft « après » ( les mots de Newell). L’affaire est conclue.

READ  De nouvelles rumeurs sur l'iPhone SE affirment que le modèle 5G arrivera l'année prochaine

Malgré la confiance de Newell, l’accord n’a pas encore été conclu. Récemment, la FTC a annoncé qu’elle intenterait une action en justice pour bloquer l’acquisition d’Activision Blizzard par Microsoft, affirmant que l’accord « nuirait à la concurrence dans les consoles de jeux hautes performances et les services d’abonnement en refusant ou en empêchant l’accès des concurrents à son contenu populaire ».

Rebecca Valentine est journaliste pour IGN. Vous pouvez la retrouver sur Twitter @employé.

Valère Paget

"Fanatique maléfique de la télévision. Fier penseur. Wannabe pionnier d'Internet. Spécialiste de la musique. Organisateur. Expert de la culture pop hardcore."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Read also x