La Polynésie française décide d’interdire l’engouement pour l’exploitation minière des fonds marins

La Polynésie française a voté un projet d’avis visant à interdire temporairement les projets d’exploitation minière des fonds marins.

Le Conseil économique, social, environnemental et culturel de la région a voté sur la proposition, tandis que deux membres se sont abstenus.

Le Conseil agit en tant que conseiller en conseillant et en recommandant lors de la promulgation de la législation du gouvernement de la Polynésie française.

Cela est intervenu après que le président du territoire, Edward Fritsch, a publié un décret interdisant l’exploitation minière des fonds marins après le Forum des îles du Pacifique.

Échantillonnage de cuivre sous-marin

Échantillonnage de cuivre sous-marin
image: minéraux du nautile

Le ministre des ressources marines, Hirimuana Maamaatuaiahutapu . Tahiti NuiTV Que cela devrait être un exemple pour les autres voisins du Pacifique.

« Kiribati, Nauru et les Îles Cook sont déjà engagés dans un processus d’exploration.

« Nous devons convaincre nos cousins ​​du Pacifique d’arrêter cette folie.

« Nous sommes le premier pays membre du forum à prendre cette décision sur l’exploration des fonds marins », a déclaré Maamaatuaiahutapu.

« La connaissance que nous avons de nos fonds marins n’est que de 5%. »

La zone économique exclusive (ZEE) de la Polynésie française couvre une superficie de plus de 4,7 millions de kilomètres carrés et constitue près de la moitié de la surface des eaux sous juridiction française.

Le conseil exhorte le gouvernement à sécuriser les ressources des fonds marins au large des territoires français d’outre-mer.

Elle a déclaré que la France ignorerait ne pas en profiter car la Polynésie française possède des terres rares que la Chine détient en réserves dans un quasi-monopole.

READ  Google rend les appels aux entreprises moins pénibles grâce à des fonctionnalités permettant d'afficher les temps d'attente, les options d'arborescence téléphonique et plus encore - TechCrunch

Le mouvement indépendantiste remet régulièrement en cause la maîtrise de la ressource par la France.

En mai, Maamaatuaiahutapu a déclaré que Wallis, Futuna, la Nouvelle-Calédonie et la Polynésie française avaient tous la même position sur l’exploitation minière en haute mer, que « si nous devons étudier ce qui se trouve au fond de l’océan, ce doit être uniquement pour l’acquisition de connaissances , et non à des fins d’exploitation. »

« Cela devrait être très clair. Nous voulons des missions d’acquisition de connaissances. Je n’ai même pas osé dire « exploration » car ce terme est souvent associé à l’exploitation. Nous avons 502 monts sous-marins répertoriés et nous n’en connaissons aucun. Je pense qu’il est important de connaître la biodiversité autour de ces monts sous-marins au-delà des minéraux qui les contiennent », avait-il déclaré à l’époque.

Jacinthe Poulin

"Wannabe fauteur de troubles. Fanatique de la culture pop. Nerd de zombies. Défenseur du bacon à vie. Passionné d'alcool. Accro à la télévision."

Related Posts

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Read also x